Média indocile – nouvelle formule

«Ce n'est pas la constance qui nous fonde, mais l'instabilité, et tous ceux qui cherchent à être cohérents se font des illusions. Tout réside dans le fait d'accepter ce que nous sommes et de nous ouvrir à l'éventail immense des possibilités que la vie nous propose en permanence. Accepter le monde: voilà le secret.»

Valerio Varesi, in «Or, encens et poussière»

# 30 juillet 2021

semaine n°30

Actuel

La propulsion électrique, une impasse élitiste plus qu’une solution à la mobilité humaine?

Bon pour la tête

«La prise de courant bat la pompe à essence!» C'est ce qu’affirmaient des présentateurs de la télévision alémanique. Pour la première fois, il se vend davantage de voitures à moteur électrique que de voitures diesel. C’est une très bonne nouvelle pour l'environnement, pour autant que l'on ne considère que les gaz d'échappement et la pollution par le CO2 − et uniquement si l'on compare les voitures diesel et électriques. Dans les faits, en juin, seulement environ 14% des voitures vendues neuves en Suisse étaient «entièrement électrifiées».

Un homme qui en sait plus que quiconque sur la mobilité et les systèmes d'entraînement ne partage pas cet engouement: si l'on calcule l'impact total sur l'environnement (dont le CO2 et les gaz d'échappement ne représentent qu'une partie), la célèbre voiture électrique de la marque américaine Tesla, par exemple, est écologiquement «une catastrophe», affirme l'ingénieur grison Mario Illien. Il déclare: «Les voitures électriques ne sont pas une solution pour le climat mondial».  Pourquoi? «L'efficacité globale d'un système est importante, et pas uniquement un moyen de cultiver son image et d’apaiser sa conscience.» Mario Illien calcule que sur l'énergie utilisée pour charger leurs batteries, les voitures électriques n'en mettent finalement que 11% sur la route sous forme de poussée via leurs roues motrices. Le diesel, tant décrié, est deux fois plus efficace, à plus de 20%. Les moteurs à essence les plus performants, eux, ont un rendement de 50%. Il s'agit des moteurs de Formule 1 où l'efficacité décide de la victoire ou de la défaite dans la course. Lire la suite...


L'image de la semaine

« Pomme chance... »

Un dessin Lou Marchand



Précédente édition

# 23 juillet 2021