Média indocile – nouvelle formule

Bon Pour La Tête a cinq ans!

Qui y croyait? Notre toute petite équipe – renforcée depuis lors – et pas grand monde. Mais le besoin était plus grand encore que nous l’imaginions d’un site indépendant, à la recherche de sujets peu ou pas traités, ouvert à la discussion, dans un véritable esprit d’ouverture. L’audience n’a cessé de croître. Grâce à vous, chères lectrices, chers lecteurs. Grâce à votre fidélité et vos efforts pour nous faire connaître.

Dans ce but, nous mettons le site en accès libre total pour deux semaines. Nous vous remercions chaleureusement, ainsi que toutes celles et ceux qui s’expriment dans ce lieu de liberté. Nous ne nous gargarisons pas du succès, mais il nous pousse à faire mieux et plus à l’avenir. Alors n’attendez pas le dixième anniversaire pour nous faire signe, et pour vous abonner!


Rejoignez-nous dès maintenant en vous abonnant.

Ou faites un don pour soutenir notre travail.

# 1 juillet 2022

semaine n°26

Actuel

Les faîtières d’étudiants, cas d’école des pressions politiques contemporaines

Jonas Follonier

La «Conférence Universitaire des Associations d’Etudiant.e.x.s» (CUAE) de l’Université de Genève s’est trouvée récemment sous le feu des projecteurs depuis sa confrontation avec le rectorat. Au centre du bras de fer, la plainte qu’avait envisagée l’université contre les activistes LGBTQI+ qui avaient empêché avec violence la tenue de conférences sur la question du genre, parce qu’ils jugeaient les invités transphobes. La CUAE avait demandé à l’université de ne pas déposer plainte et de reconnaître le caractère «transphobe» des conférenciers en question. L’université a plié. Sans doute en partie par trouille, mais ce n’est pas le sujet ici. Plutôt celui-ci: que dire du caractère représentatif ou non de ces revendications pour les étudiants? Quel regard les autres faîtières estudiantines romandes portent-elles sur cette genevoiserie? Quelles sont leurs missions? Comment fonctionnent-elles? Tour d’horizon.

Ce qui s’est passé à Genève le mois dernier n’est pas anodin. Nous parlons de la censure d’opinions et de crachats au visage d’intellectuels français venus simplement présenter leur livre à un petit public curieux de se confronter à un avis nuancé sur les débats qui secouent actuellement la notion de genre. Les psychanalystes Céline Masson et Caroline Elliachef étaient venues le 29 avril parler de leurs critiques à l’égard de la médicalisation précoce des enfants qui désirent changer de sexe; le philosophe Eric Marty était quant à lui venu le 17 mai parler de la différence entre l’approche anglo-saxonne et l’approche européenne du genre dans l’histoire des idées. Traitées de «transphobes», ces personnalités – situées à gauche! – ont été violemment contraintes d’annuler leur prise de parole sur le sol helvétique. Sur cette indéfendable affaire se superpose un deuxième scandale: mise sous pression par la CUAE – la «Conférence Universitaire des Associations d’Etudiant.e.x.s» – l’Université de Genève (UniGE) a abandonné son dépôt de plainte contre les transactivistes ayant fait preuve de violence. Le rectorat a négocié avec la faîtière d’étudiants un accord commun – incluant tous les étudiants et collaborateurs de l’université – portant sur la défense de valeurs fondamentales telles que la liberté académique, la liberté d’expression, le refus de la violence, etc. Lire la suite...


Le dessin de la semaine

« Remise en cause du droit à l'avortement aux Etats-Unis »

Un dessin Valott