keyboard_arrow_left Retour
EN IMAGES

La possibilité d'une île: Delft

A h, larguer les amarres, partir au large… en cet étrange printemps 2020, la fringale d’ailleurs azurés est mise à rude épreuve. Pour nous faire patienter, le photographe Stephan Engler nous ouvre son album de voyages au chapitre « îles lointaines».

Cette île fait partie du Sri Lanka et se situe au Nord dans le détroit de Palk. Son gouverneur-général de l’époque Rijckloff van Goens (1619-1682) lui donna le nom de Delft, en hommage à la ville de son pays qui fut l'un des sièges de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales. Chez les locaux, elle est également connue sous le nom tamoul de Neduntheevu ou Neduntivu, la langue usuelle au nord du Sri Lanka. Constamment balayée par les vents, elle se situe à environ 10 kilomètres de Kurikadduwan, le quai d’embarquement le plus proche de Jaffna la principale ville du Nord du pays. Son accès par les moyens publics est assez «rock and roll» avec les ferries vétustes gérés par la marine sri-lankaise, souvent bondés, mais gratuits suivant les heures. Sur cette île de 50 kilomètres carrés, en sillonnant les chemins qui traversent les cocoteraies et palmeraies, à part quelques cyclistes, il n’y a presque personne. Cela donne l’impression que Delft est peu habitée, pourtant environ 1000 insulaires vivent ici dispersés sur son territoire. Une des caractéristiques de Delft sont les centaines de murs de séparation en coraux construits par les habitants. Ici c’est une matière première naturelle et inépuisable, il suffit de ramasser les coraux blanchis rejetés sur les plages au fil du temps.

Les principales curiosités sont à visiter avec un des tuk-tuk constamment parqué sur le port. Il y a quelques vestiges archéologiques datant de la colonisation, la forteresse, le pigeonnier hollandais, ainsi que la cour de justice britannique et le vieil hôpital récemment rénové. Mais je pense que cette île hors du temps possède une particularité et une atmosphère bien à elle. Le côté terre est représenté par les chevaux de Delft descendant des montures apportées par les Hollandais, et le côté mer par le contraste saisissant des bateaux de pêches colorés sur la plage de sable fin.


Parcourez aussi l'album photo de Stephan Engler aux pages Rangiroa, Tobago Cays et île Rodrigues

Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr (présidente), Geoffrey Genest, Yves Genier, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud, Jacques Pilet, Chantal Tauxe (ordre alphabétique).

© 2020 - Association Bon pour la tête | une création WGR