Média indocile – nouvelle formule

# 30 avril 2021

semaine n°17

Actuel

Les errances d’un pouvoir myope

Jacques Pilet

Des gouvernements qui gèrent au jour le jour sans grande vision de l’avenir, il n’en manque pas. Mais à cet égard, le Conseil fédéral est caricatural. Face à l’Europe, il n’a aucun recul, aucune sérénité, il s’enferre. Depuis le voyage de Guy Parmelin à Bruxelles, c’est l’agitation générale. Les discours fusent dans tous les sens. Souvent sans grande connaissance du dossier. Le bal des émotions et des préjugés.

On n’ose pas attendre des sept prétendus Sages une vision large. Ils sont trop myopes. Pourtant le tableau est préoccupant. La Suisse, comme tous les Européens, est bousculée par deux puissances. Les Etats-Unis, avec les fameuses GAFAs et un pouvoir qui exerce son influence partout, allant jusqu’à prescrire aux banques helvétiques avec quel pays elles ont le droit de traiter ou pas. En face, la puissante Chine qui achète à tour de bras des enseignes suisses et joue de son pouvoir économique dans le monde entier. Il est si évident que seule l’Union européenne peut espérer faire le poids face à ces géants. Et l’environnement! Aucune issue n’est pensable sans l’unité du continent. Mais tout cela paraît dépasser l’horizon provincial de nos dirigeants. Alors, allons dans le détail. Il a été dit tant de contre-vérités dans les débats de ces derniers jours. L’accord-cadre avec l’UE est en fait à bout touchant. Avec une palette d’avantages que bien des Etats tiers nous envieraient. Restent quelques points dits litigieux et montés en épingle. Vraiment pas de nature à changer le cours de l’histoire! Parler de «divergences profondes», c’est empoisonner le climat des pourparlers. Ou préparer l’échec. Lire la suite...


Le dessin de la semaine

Actuel / Regarder dans la même direction - Matthias Rihs