Média indocile – nouvelle formule

# 24 décembre 2021

semaine n°51

Actuel

L’euphorie du pouvoir

Jacques Pilet

Le plaisir inavoué de la puissance politique peut naître partout. Chez le syndic qui mène sa commune à la baguette comme chez les ministres nantis soudain d’une autorité exceptionnelle à la faveur d’une crise. On le voit aussi à Berne. Avec des conséquences qui vont bien au-delà des questions sanitaires.

L’histoire l’a maintes fois démontré, en Suisse comme ailleurs. Les gouvernants s’accommodent fort bien des états d’urgence et redoutent d’en sortir. Quand un conseiller fédéral à la réputation très moyenne avant la pandémie apparaît dans la tourmente comme le Père de la nation, il n’est pas interdit de penser que malgré ses mines dramatiques, il puisse ressentir un contentement inavoué à cette célébrité, à voir tous les regards accrochés à ses multiples apparitions. Il en va de même avec ses collègues d’autres pays. En temps de crise le dirigeant voit dans son sillage une foule qui rassemble des bords politiques très divers, soudain docile. Le rêve de tout leader. La majorité populaire, saisie par la peur, balaie les divisions et s’unit sous l’autorité du chef. Le président Macron en sait quelque chose: la plupart de ses adversaires concèdent qu’il a «bien géré la crise», ce qui contribue à maintenir son niveau encore élevé de popularité. Celle-ci est due bien sûr à d’autres facteurs. Mais la pandémie lui ajoute un bonus en vue de sa réélection. En Suisse, le ministre de la santé n’est pas seul à tirer parti de la donne actuelle. L’ex-conseiller fédéral Pascal Couchepin lâchait dans une interview un mot révélateur: «Il n’est pas sûr qu’hors de ce temps de crise, le Conseil fédéral aurait osé saborder l’accord-cadre Suisse-UE sans aucun débat parlementaire ni consultation populaire.» L’état d’urgence est plus qu’une norme juridique, ce peut devenir un état d’esprit. Lire la suite...


Le dessin de la semaine

« Joyeux Noël! »

Un dessin Tony Marchand