keyboard_arrow_left Retour
Même pas peur (6)

Quand la peur devient une arme de gouvernement

T errible à dire: le terrorisme peut parfois servir à certains gouvernements. Celui de Manuel Valls en a usé et abusé. La France a été cruellement victime, avec 239 morts depuis 2015. Mais le premier ministre de François Hollande, au lendemain de l’attentat de Nice, a attisé la peur en affirmant que «le terrorisme fait partie de notre quotidien», en assurant que d’autres tragédies de ce type se reproduiraient «sûrement». Cette posture, pensait-il, renforcerait son autorité.

D’autres pays, dans l’est européen, brandissent la même menace alors qu’ils n’ont jamais été touchés. En créant la psychose, ils pensent trouver l’appui populaire. Quelle victoire pour les terroristes dont le but est précisément – le mot qui les désigne l’indique – de susciter la peur pour déstabiliser nos sociétés! 

La sensibilité à un même danger bien réel varie beaucoup d’un pays à l’autre. Certains se refusent à toute peur collective durable. L’exemple le plus frappant: l’Espagne ou plus précisément la Catalogne. Les 17 et 18 août 2017, deux attentats faisaient 15 morts et...

Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Luc Debraine, Sarah Dohr, Zeynep Ersan Berdoz, Isabelle Falconnier, Denis Masmejan, Patrick Morier-Genoud, Florence Perret, Jacques Pilet (ordre alphabétique).

© 2018 - Association Bon pour la tête | une création WGR