keyboard_arrow_left Retour
ACTUEL / L'autre poudre blanche 3/3

Censure et autres restriction de liberté d'expression

L ’histoire se déroule à Bogota, Colombie, à la fin de l’année 2016. Des appels téléphoniques menaçants. Des bugs informatiques inexpliqués. Des hommes, dans des voitures garées, prenant des photos de la directrice d’un petit groupe de défense des consommateurs, à l’entrée du siège. Un article en trois épisodes, ou comment l’autre «poudre blanche» est devenue un objet de conflits et d’intimidations en Colombie.


Episode précédent: «Postobón ou la défense hypocrite (plus c’est gros, plus ça passe…)»


Suite à ces menaces, la directrice d’Educar Consumidores, ne prend plus sa voiture seule. Et elle a demandé aux médias locaux de couvrir les intimidations. Mais ces derniers ont également subi les pressions de groupes opposés à la taxe.

Les rédacteurs en chef d’El Espectador (journal quotidien) ont déclaré qu’ils voulaient donner une voix aux deux parties dans la bataille pour la taxe sur le soda sur les pages de journaux, bien que les éditoriaux aient déjà soutenu la taxe.

Les dirigeants de l’industrie étaient mécontents de la position du journal, mais se sont mis en colère quand une vidéo a été produite dans le cadre d’une émission bimensuelle appelée La Pulla, qui s’est moquée des opposants à la taxe en les parodiant (vraiment?) comme ignorant des preuves scientifiques sur les risques d’une consommation excessive de sucre.

«Une fois que nous avons publié la vidéo, les choses sont devenues folles», a déclaré Pablo Correa, rédacteur en chef du journal.

Avec un ton à la fois effronté et indigné, La Pulla aborde les sujets les plus controversés de la journée. Dans l’épisode de la taxe sur les boissons gazeuses, la présentatrice María Paulina Baena, les lèvres enjolivées de grain de sucre, accuse l’industrie et les membres du Congrès de répandre la désinformation sur la taxe proposée. Elle termine la vidéo avec l’image d’une bouteille de Sprite et un slogan d’une des publicités populaires pour la boisson: «La Cosa Como Son» (Les choses telles qu’elles sont).

La vidéo a été publiée juste avant minuit le 15 décembre 2016, attirant rapidement 500’000 vues. Dans la matinée, Fidel Cano, éditeur d’El Espectador, a déclaré qu’il avait reçu un appel d’un responsable de la publicité du journal, qui lui avait dit qu’un représentant de Coca-Cola avait appelé pour réclamer que la bouteille de Sprite soit retirée de la vidéo.

Avec la perspective de litiges et de pertes de revenus publicitaires, il a retiré la bouteille de la vidéo. Mais dans un petit acte de défi, il a laissé le slogan publicitaire Sprite de fin.

La vidéo modifiée est devenue virale, attirant plus de deux millions de vues et suscitant une discussion publique sur la censure et le pouvoir de l’industrie du soda.

«Ont-ils gagné?», a déclaré M. Cano. «Pas vraiment.»

Vidéo La Pulla:


Et les exemples de médias ayant subi des pressions ne manquent pas. Dans la branche colombienne du site d’information en ligne Vice, la rédaction s’est heurtée aux dirigeants de la publicité pour leurs efforts visant à faire taire une chronique critiquant l’industrie du soda. Vice avait auparavant publié deux articles d’opinion en faveur de la taxe sur les boissons gazeuses et la troisième colonne contestée a finalement été diffusée, mais pas sur la page d’accueil, ce qui rendait difficile la recherche pour les lecteurs.

L’incident a entraîné la démission de Juan Camilo Maldonado, rédacteur en chef fondateur du Vice-Colombie, qui n’en a pas expliqué les raisons.

Liberté d’expression tardive

Finalement, à la fin de l’année 2016, ce sont les opposants à la taxe qui remportent la victoire. Grâce à une manœuvre procédurale complexe, les dirigeants du Congrès ont mis fin à la taxe sur les boissons gazeuses et l’ont retirée du vaste train de réformes fiscales.

Le Dr Esperanza Cerón et son équipe ont remporté une maigre victoire le 2 novembre 2016. La Cour constitutionnelle colombienne a renversé la décision de Superindustria de faire taire Educar Consumidores et a déclaré que l’agence «ne peut adopter aucune mesure impliquant un contrôle préalable sur l’information».

Ce fut une grande victoire pour la liberté d’expression en Colombie», a déclaré Mme Cerón. «Quel dommage qu’il soit arrivé trop tard.»

L’été dernier, Postobón a lancé «une nouvelle stratégie sociale axée sur la nutrition». Lancée à Manaure, une zone rurale du nord de la Colombie, la campagne porte sur une nouvelle boisson à la saveur de mangue destinée aux enfants, appelée Kufu.

Postobón a loué les vitamines et les minéraux ajoutés à la boisson, mentionnant qu’ils favorisent le développement cognitif, renforce le système immunitaire et aide à avoir des os en bonne santé, se basant sur un compte rendu qui a été publié dans le journal La República. Journal acquis l’an dernier par… l’Organisation Ardila Lülle (propriétaire de Postobon)!

Postobón a déclaré qu’ils dépenseraient 120’000 dollars pour évaluer une initiative, qui fournirait chaque jour du Kufu gratuit à des milliers d’enfants pauvres de la région.

L’article de La República ne mentionne cependant pas un ingrédient clé: le sucre. Selon l’étiquette de la boisson, chaque jus contient 13 grammes de sucre, soit plus de la moitié du niveau quotidien recommandé pour les enfants.

FIN


Précédemment dans Bon pour la tête

«Sans sucre, merci», par Anna Lietti

«Une stratégie de la dépendance, par Nestlé», par Diana-Alice Ramsauer

«Nounou Magdalena: 100 ans de sollicitude» (#Colombie), par Doménica Canchano Warthon

Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr (présidente), Geoffrey Genest, Yves Genier, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud, Jacques Pilet, Chantal Tauxe (ordre alphabétique).

© 2020 - Association Bon pour la tête | une création WGR