keyboard_arrow_left Retour
JournArles 4/6

Culture suisse, bonne pour la tête (en Provence)

C haque jour, un écho des Rencontres de la photographie d’Arles, en Provence. Le festival, en pleine semaine d'ouverture, est marqué comme d’accoutumée par une forte présence suisse. Aujourd’hui, un petit tour de cette culture confédérée descendue le long du Rhône, un été durant. Et une remarque d'une responsable de Pro Helvetia sur l'état du débat culturel dans la presse suisse.

«Nous avons ici la possibilité d’inscrire la culture suisse dans le débat public. Chez nous, ce débat est de moins en moins présent. Notamment parce que la presse ne le porte plus, au point de pratiquement faire disparaître ses sections culturelles.» On le voit, Marianne Burki, responsable des arts visuels à la Fondation suisse pour la culture Pro Helvetia, ne mâchait pas ses mots en ce jeudi aux Rencontres de la photographie. Marianne Burki prenait la parole lors d'une réception à l'espace 99, géré par Présence Suisse. Pour elle, aucun doute: moins de presse, moins d’idées à partager sur la création.

Ce qui n’est pas le cas en descendant le Rhône, à Arles, où la culture suisse se discute en mille et une occasions. A la Fondation Luma, l’espace 99 (lire nonante-neuf) permet aux institutions vaudoises de l’image d’avoir une visibilité de premier plan. Pro Helvetia organise des conférences-débats d’artistes suisses à Cosmos, réservé aux éditeurs de livres de photographie. Le lieu accueille aussi les grands formats de Christian Lutz sur les migrants, récemment montrés au Théâtre de Vidy, ou l’installation des images de Stephen Gill montrées lors du Festival Images de Vevey en 2016.

Tournis sur l'alpage des idées reçues

Le Lausannois Philippe Dudouit et la Grisonne Ester Vonplon concourent au Prix Découverte. J’ai déjà évoqué les rockers zurichois 60’s de Karlheinz Weinberger et la traque des statues fracassées de Lénine par Niels Ackermann. L’école de photo de Vevey présente les travaux de ses étudiants au 99. L’ECAL investit la Bourse du Travail en compagnie du musée FOAM d’Amsterdam, en attendant d’organiser la fête de clôture de la semaine d’ouverture des Rencontres d’Arles. Le Musée de l’Elysée montre huit finalistes de son prix international, dont le lauréat Matthias Bruggmann, au 99 toujours. L’Elysée, la Collection de l’art brut et la Confédération collaborent à la première exposition des photographies de Jean Dubuffet.

Ainsi de suite, à donner le tournis sur l’alpage des idées reçues, juste pour suggérer que la culture suisse sait très bien parler d’elle-même. A l’étranger.





Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr (présidente), Geoffrey Genest, Yves Genier, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud, Jacques Pilet, Chantal Tauxe (ordre alphabétique).

© 2019 - Association Bon pour la tête | une création WGR