keyboard_arrow_left Retour
SÉRIE MEDIAPORAMA (3) – Slash média

L'écho bobo-gaucho d'une génération

«Slash média», donne parfois l’impression d’exister uniquement au travers de Malick Touré Reinhard, son fondateur. Très présent sur les réseaux sociaux, il l’est maintenant également de plus en plus dans les médias traditionnels. Son profil intrigue, évidemment et peut-être pour les mauvaises raisons: il est atteint de myopathie, se déplace uniquement en chaise roulante et a une volonté de fer. Alors c’est vrai, «Slash média» est un peu son joujou. Mais pas seulement. C’est aussi l’écho d’une génération de jeunes qui ont envie de prendre la parole. Des voix qui hésitent parfois, que l’on peut critiquer souvent, mais surtout qui estiment qu’elles ont une place à prendre.

Vous avez entendu parler de «crise de la presse» ces derniers mois? Nous aussi. Si la concentration de l’info en quelques groupes médiatiques est une réalité, et si la remise en cause des modèles économiques traditionnels représente aujourd’hui un débat primordial, il n’est en revanche pas utile de s’apitoyer sur son sort en matière de diversité. Passons un grand coup d’essuie-glace sur notre pare-brise embué et regardons: des projets audacieux se faufilent un peu partout dans notre paysage médiatique encombré. Bon pour la tête s’est penché sur quelques-uns d’entre...

Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Luc Debraine, Sarah Dohr, Zeynep Ersan Berdoz, Isabelle Falconnier, Denis Masmejan, Patrick Morier-Genoud, Florence Perret, Jacques Pilet (ordre alphabétique).

© 2018 - Association Bon pour la tête | une création WGR