keyboard_arrow_left Retour
ACTUEL / STATISTIQUES

Covid-19: état de situation de la mortalité en Suisse

A u cours de la seconde vague attribuée à l’épidémie du Covid-19, la Suisse a observé une mortalité exceptionnellement élevée. Les semaines les plus touchées de novembre ont vu une augmentation du taux de décès de 50%, par rapport aux cinq années précédentes. En comparaison, le taux de mortalité global relevé depuis le début de l’année et jusqu’en semaine 49 (7.81%) a peu varié par rapport à 2015 (7.69%). Il exprime tout de même un excédent de 110 décès par million d’habitants, mais se situe dans l’intervalle de valeurs observées au cours des 25 dernières années.

Le classement des cantons en fonction de leur mortalité toutes causes confondues révèle que trois cantons romands, dont Genève et Vaud, font partie des 10 cantons qui présentent un taux de mortalité inférieur à la moyenne helvétique. Cette observation réfute ainsi l’idée largement répandue que tous les cantons romands ont une surmortalité par rapport au reste du pays. Comme lors de la vague de printemps, aucune surmortalité n’a globalement été observée dans le pays chez les personnes âgées de 0 à 64 ans. 

Le mois de novembre 2020 marqué par une mortalité exceptionnelle

En novembre 2020, la Suisse a présenté une mortalité exceptionnelle. Elle s’élève à près d’un décès pour mille habitants au cours du mois, correspondant à un mois grippal très fort. Il faut remonter à l’année 1957 (grippe asiatique) pour trouver une mortalité aussi élevée en novembre, ou encore aux mois de janvier 1983, 1997 et 2000 (Source: OFS mortalité, OFS population).

Les semaines 45 à 47 témoignent d’une augmentation de l’ordre de 50% du nombre de décès hebdomadaires, par rapport à la moyenne des cinq années précédentes à la même période. 

Fig. 1: Taux de mortalité hebdomadaire en Suisse par million d’habitants, relevé jusqu’en semaine 49/2020 - Données de Office Fédéral des Statistiques (OFS) au 15.12.2020: lien mortalité et lien démographie

Le taux de mortalité en 2020 avoisine celui de 2015

Le taux de mortalité observé en 2020, incluant toutes les causes de décès, s’élève à environ 7.81 décès pour mille habitants durant les 49 premières semaines de l’année. Relativement, il surpasse de 1.6% le taux de mortalité de 2015 observé à la même période qui s’élevait à 7.54 décès pour mille habitants. 2015 était une année marquée par une forte grippe et par la canicule.

Ce taux de mortalité semble faible, dans le contexte de la pandémie, mais s’explique en partie par le fait qu’après la vague du printemps, la Suisse a connu une période de plusieurs mois de sous-mortalité, compensant la surmortalité de novembre. 

Fig. 2 : Taux de mortalité global en Suisse, relevé pour les 49 premières semaines des années 2010 à 2020Source: (OFS) au 15.12.2020 : mortalité 2020 , mortalité 2010-2019 , démographie 2020 et démographie 1950-2019

Taux de mortalité par canton

Le taux de mortalité toutes causes confondues, calculé depuis le début l’année 2020, indique que les cantons de Vaud, Fribourg et Genève ont globalement une mortalité inférieure à la moyenne helvétique. Le canton du Tessin témoigne d’un des plus hauts taux de décès en Suisse.

Fig. 3 : Taux de mortalité toutes causes confondues par canton Suisse, relevé pour les 49 premières semaines de l’année 2020Source: (OFS) au 15.12.2020: Décès par cantons, population par cantons

Les différences intercantonales du taux de mortalité sont fortement liées à l’âge moyen de la population. Ainsi, les cantons de FR, VD et GE ont en moyenne des populations plus jeunes que celle du pays, alors que le canton du Tessin a la population la plus âgée de Suisse.  

Fig. 4 : Âge moyen de la population résidente par canton en 2013. Données : RTS 16.10.2014 

Mortalité par classe d’âge

Comme lors de la vague de printemps, aucune surmortalité n’a été observée chez les personnes âgées de 0 à 64 ans, au cours de la seconde vague d’épidémie.

Fig. 5 : Nombre de décès hebdomadaires par classe d’âge entre la 1ère semaine de 2015 et la semaine 49 de 2020. Source: (OFS) au 15.12.2020: lien mortalité

L’âge médian des personnes décédés et positives au Covid-19 est de 86 ans, soit 84 ans pour les hommes et 88 ans pour les femmes (OFSP). Il se situe en dessus de l’espérance de vie relevée en Suisse en 2019 (hommes 81.9 ans et femmes 85.6 ans).

Garder le sens des proportions et ouvrir la discussion

Dans quelques semaines, les données de l’OFS et de l’OFSP permettront de tirer un bilan complet de la mortalité en Suisse pour cette année particulière 2020. Le spectre d’une épidémie aussi mortelle que la grippe espagnole s’est effacé au fil des mois passés. La description de l’OFS résume parfaitement la violence de la pandémie de grippe Espagnole: «Au cours des années précédant 1918, les taux de mortalité annuels étaient très stables. Ils se situaient en moyenne pour les hommes à 14 pour mille et pour les femmes à 13 pour mille. En 1918, ils augmentaient jusqu’à 21 pour mille pour les hommes et à 18 pour mille pour les femmes» (Source: OFS).

Ainsi, la proportion de décès observée en 2020 dans le pays n’a rien à voir avec celle de la grippe espagnole, mais s’inscrit dans un intervalle de valeurs déjà observées au cours des 25 dernières années.

Fig. 6: Taux de mortalité observé en Suisse à partir de 1950. Source: (OFS) au 29.09.2020, Données démographiques 1950-2019 

Des aspects encore peu discutés au cours de la crise mériteraient d’être intégrés dans les prochains thèmes traités par nos politiques et médias. Il s’agit en premier lieu des conséquences du vieillissement de la population sur la mortalité globale dans le pays. Au cours des années à venir, la dynamique de mortalité risque d’être fortement bousculée, car les «baby-boomers» dominent la pyramide des âges du pays.

Les plus âgés de cette génération ont environ 75 ans et atteindront l’âge de l’espérance de vie actuelle dans le courant de cette décennie. La potentialité d’un excédent du nombre de décès au sein de cette génération se dessine pour les années à venir, du fait notamment de la grandeur inhabituelle de ce groupe d’âge.

Fig. 7: Pyramide des âges de la Suisse: (a) situation en 2019 superposée à celle de l’an 2000; (b) prévision faite par l’OFS pour l’an 2050 selon un modèle de référence et comparaison à la situation de l’an 2000. Source: OFS, 15.12.2020

Le second aspect est le bilan de la gestion de cette crise. Bien qu’il soit encore tôt pour que nos autorités ou encore des instances de contrôle s’y attèlent, il faut reconnaître que nous vivons la première situation de crise sanitaire depuis la révision de la loi sur les épidémies qui a été acceptée par vote populaire en septembre 2013. Dans ce nouveau cadre, on trouve notamment les situations particulières et extraordinaires au sens de la loi d’épidémie, la compétence de l’OMS pour déclarer la situation particulière, un transfert de compétences des cantons vers le conseil fédéral pour déclarer des vaccinations obligatoires,… L’apparition de moyens de lutte qui n’avaient encore jamais été utilisés auparavant, tel le confinement, laissent beaucoup de traces au sein de la population. Le réel gain justifiant une mesure aussi drastique devra être confirmé et les potentiels effets collatéraux devront être mis sur la table de discussion.


Remarques

Afin de tenir compte des variations démographiques, la mortalité été présentée sous forme de «taux de mortalité brute». Pour une période d’observation donnée, ce taux est calculé en rapportant le nombre de décès par rapport à la population moyenne. 

La population moyenne utilisée pour l’année 2020 correspond aux effectifs de la population résidente permanente et non permanente, relevés par l’OFS au second trimestre. Pour les années antérieures à 2020, la population moyenne a été déterminée par une moyenne arithmétique des effectifs considérés au 31 décembre de l’année considérée et de l’année précédente.

L’auteur déclare n’avoir aucun conflit d’intérêts. 

Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr (présidente), Yves Genier, Anna Lietti, Patrick-Morier-Genoud, Jacques Pilet (ordre alphabétique).

© 2021 - Association Bon pour la tête | une création WGR