Média indocile – nouvelle formule

# 22 avril 2022

semaine n°16

Actuel

Les Américains mènent le bal du gaz jusqu’en Méditerranée

Jacques Pilet

Le monde a les yeux rivés sur la guerre entre la Russie et l’Ukraine. Il se passe pourtant, dans l’ombre, des manœuvres entre Etats qui peuvent être lourdes de menaces. Ainsi, le différend libano-israélien sur les frontières maritimes tourne mal. Un point chaud car les eaux revendiquées par les deux parties sont riches en gaz et en pétrole. Les Israéliens ont déjà commencé les extractions avec des compagnies américaines. Et la médiation des Etats-Unis, convenue il y a une dizaine d’années, n’arrange pas les choses.

Le Liban a émis successivement deux revendications. L’une, dite minimale, porte sur une zone de 860 km2, l’autre, plus récente sur 1'430 km2 de plus, soit un total de 2'290 km2. Des discussions indirectes ont eu lieu entre les deux pays, sans succès mais sans rupture, l’un fort de sa puissance militaire et politique, l’autre affaibli par une crise économique effroyable et des divisions profondes à sa tête. Le président américain a envoyé un nouvel émissaire, un proche, pour trouver une issue: Amos Hochstein, né en Israël où il est très bien vu. Un «médiateur» qui s’aligne sans surprises sur les positions israéliennes. Devant les divergences, il eut la curieuse idée de proposer aux deux parties d’exploiter conjointement une partie de ces eaux richissimes et de s’en partager les fruits. Cela fit hurler les Libanais, pour une question de souveraineté et aussi par crainte de se retrouver les dindons de la farce. Le Hezbollah, la bête noire d’Israël, puissant acteur à Beyrouth, qui ne s’était pas emparé du sujet jusque-là, s’est jeté dans la bataille avec des mots très durs. Lire la suite...


Le dessin de la semaine

« L'OFSP a mandaté McKinsey pour une étude sur la vaccination »

Un dessin Valott