Média indocile – nouvelle formule

# 17 septembre 2021

semaine n°37

Actuel

L’astroturfing et la propagande à l’heure des réseaux sociaux

Martin Bernard

Pour défendre les intérêts de leurs clients, les firmes de relations publiques ont développé des stratégies visant à rendre toute analyse objective de la réalité sociale, économique ou politique extrêmement difficile pour les décideurs et le grand public. L’une des techniques de cette «industrie du mensonge» est l’«astroturfing». Elle consiste à promouvoir un message en donnant l’impression qu’il est appuyé par un véritable mouvement d’opinion.

A l’ère d’internet, les stratégies de manipulation de l’opinion publique ont pris de l’ampleur, notamment sur les réseaux sociaux. L’un des outils d’influence souvent utilisés par les industriels et certains milieux politiques est l’astroturfing. Cette pratique consiste à organiser des mouvements de revendications semblant provenir de citoyens «lambdas», mais qui sont en fait stimulés et pilotés dans l’ombre par des agences de relations publiques pour défendre les intérêts de leurs commanditaires (déstabiliser une cible précise ou attirer l’attention des médias, par exemple). Il n’existe pas de consensus parmi les chercheurs sur une définition exacte de l’astroturfing. Mais il est possible de décrire cette pratique comme une stratégie de communication dont la particularité «réside dans le fait que sa source est occultée et qu’elle prétend à tort être d’origine citoyenne» ou défendre les intérêts du grand public, explique la chercheuse québécoise Sophie Boulay. Cette dernière parle même d’«usurpation de l’identité citoyenne pour que les messages émis bénéficient d’une plus grande crédibilité». Lire la suite...


Le dessin de la semaine

« A l'improviste »

Un dessin Tony Marchand