Média indocile – nouvelle formule

Culture

Culture / Ni gossip ni conversion, juste un Gad drôle et touchant


PARTAGER

«Reste un peu», Gad Elmaleh, 93min. Actuellement en salles.



Ah oui! Il paraît que Gad Elmaleh n’est plus juif, il serait devenu catholique maintenant… Reste un peu fait jaser. Surtout au niveau gossip. Est-ce que le film va nous dire si Gad a changé de religion, de métier, de copine ou de voiture? Le film peut dire ce qu’il veut, comme l’humoriste garde pour lui ce qu’il veut. Ce n’est pas un documentaire, mais une fiction à traits autobiographiques. Bien sûr que Gad parle de lui, bien sûr qu’il y a du vrai, mais attention à ne pas faire d’une simple comédie un coming out religieux, une propagande pro-catho ou que sais-je encore. Reste un peu raconte le cheminement spirituel, les doutes et les attaches familiales d’un humoriste quinquagénaire sépharade qui est fasciné par la Vierge Marie. Dans le film, après trois ans aux Etats-Unis, Gad revient en France pour préparer secrètement son baptême. Lorsque ses parents découvrent, cachée dans ses affaires, une statue de la Vierge, c’est l’affolement tragicomique. Avec cette comédie, on rit franchement, on s’amuse et on se détend. Même si certaines répliques sont un peu convenues et que la mise en scène passe de plans très beaux à des plans bâclés, on n’en tient pas rigueur car sa prétention n’est ni littéraire ni esthétique. L’important est qu’elle soit comique, et c’est bien le cas. Un comique vraiment touchant aussi, notamment quand je me vois dans ma relation à mes propres parents à travers celle de Gad aux siens. Touchant aussi parce que les personnages y sont simples, spontanés et plus vrais que nature – presque tous les personnages, comme les parents Elmaleh, sont interprétés par eux-mêmes. Touchant enfin pour ce qui est du chemin de foi de Gad: où qu’il aille, quoiqu’il choisisse, il ne perd jamais de vue que c’est la liberté du cœur et l’amour de ses proches qui nous guident vers Dieu.

VOS RÉACTIONS SUR LE SUJET

0 Commentaire

À lire aussi