keyboard_arrow_left Retour
CULTURE / Film

Le Caire confidentiel

A insi donc, Robert Aldrich ne serait pas mort. C'est la première bonne nouvelle. On l'aurait vu tourner en Égypte un de ces polars rapides et inventifs qui faisaient notre bonheur d'adolescents au cinéma Bio. C'est la seconde bonne nouvelle. La troisième étant qu'Aldrich pense encore que «donner un sens à la vie conduit à la folie».

En Egypte, il a pris le pseudonyme de Tarik Saleh. Il fait oublier ainsi ses origines suédoises. Il se fond dans la population du Caire, Tarik Saleh. Il sait que la corruption n'est pas une habitude, mais un devoir. Un flic plutôt probe l'apprendra à ses dépens – c'est l'immense acteur Fares Fares qui incarne l'inspecteur Noureddine. Avec cette réplique culte qui suscite l'hilarité dans les salles cairotes: «Ici, on n'est pas en Suisse». Une seule règle: survivre.

Le film est mené comme un match de boxe où la succession des événements sont autant de rounds d'un combat. Le...

Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Luc Debraine, Sarah Dohr, Zeynep Ersan Berdoz, Isabelle Falconnier, Denis Masmejan, Patrick Morier-Genoud, Florence Perret, Jacques Pilet (ordre alphabétique).

© 2017 - Association Bon pour la tête | une création WGR