Média indocile – nouvelle formule

Culture

Culture / Changer de vie avec Franck Dubosc

Loris S. Musumeci

9 septembre 2022

PARTAGER

«Rumba la vie», Franck Dubosc, avec Franck Dubosc, Jean-Pierre Darroussin et Michel Houellebecq, en ce moment au cinéma.



«Tu sais ce que c’est un chauffeur de bus? un mec qui regarde sa vie dans un rétroviseur.» Tony (Franck Dubosc), est un chauffeur du bus scolaire, la cinquantaine, vieux garçon. Ses habitudes: manger un steak, boire une bière, chez lui en camisole, fumant en même temps, et regardant la télé, un film de guerre ou un hommage à Johnny. Ce chauffeur connaît tous les enfants qu’il emmène à l’école. Aucun ne quitte le bus sans avoir tapé dans la main Tony. Chaque jour est un jour de routine pour ce beauf solitaire. Jusqu’au jour où il fait un malaise cardiaque dans les toilettes de son entreprise. Son collègue et seul ami, Gilles (Jean-Pierre Darroussin), le sauve de justesse. Il se réveille à l’hôpital, bouleversé. La vie tient à peu de choses. «Est-ce que je vais mourir?», demande-t-il au docteur Mory (Michel Houellebecq). «Oui, un jour, mais vous savez, mourir c’est à la portée de tout le monde, c’est vivre qui est difficile», lui répond-il. Alors Tony veut renouer avec son passé. Il part à la recherche de son ex, qu’il a abandonnée il y a vingt ans, alors qu’ils venaient d’avoir une petite fille. Il retrouve aussi sa fille. Elle est prof de rumba à Paris. Sans lui dire qu’il est son père, il s’inscrit à son cours, lui le vieux cow-boy ultra-masculin. Tony veut changer de vie pour sa fille. Il redécouvre, sur des pas de danse, l’enfant qu’il a abandonnée un jour. Il embrasse à nouveau la vie, et nous invite à faire de même. Par le rire et le ridicule, sans prétentions artistiques, Dubosc a encore vu juste, et son Rumba la vie se savoure comme un pas de danse, quand le corps se libère. 

VOS RÉACTIONS SUR LE SUJET

0 Commentaire