Média indocile – nouvelle formule

Culture

Souvenirs / Célébrer la lecture et l’amitié


PARTAGER

«Par instants, la vie n’est pas sûre», Robert Bober, Editions P.O.L, 341 pages



Je vous parle d’un temps que les moins de soixante ans ne peuvent pas connaître… Le réalisateur et écrivain Robert Bober nous emmène dans ses souvenirs en vrac. Par instants, la vie n’est pas sûre s’adresse à un ami de cœur de l’auteur: Pierre Dumayet (1922-2011). Parce que «j’ai préféré te parler plutôt que parler de toi». Ensemble, ils ont conçu des émissions télévisées culturelles. Notamment Lectures pour tous, diffusée chaque semaine de 1953 à 1968 en France, sur ORTF télévision. Vieillot tout ça, non? Un peu, mais les souvenirs de Bober nous parlent d’auteurs qu’on lit encore aujourd’hui, à l’instar de Duras ou Perec. Et, de toute manière, c’est toujours un plaisir de flâner dans le passé. Mais le livre de Bober, c’est surtout une célébration de la lecture et l’amitié. Les deux sont intimement liées sous la plume de l’auteur. Si lui, qui était couturier, est arrivé à la lecture, c’est grâce à des rencontres et à des amitiés. Le livre est un ami. L’ami est un livre qu’on ne finit jamais de découvrir à travers les pages et les années. Bober nous émeut, il nous fait rire et pleurer. Il s’adresse aussi à nous. Comme à des amis, comme à son ami Dumayet.

VOS RÉACTIONS SUR LE SUJET

1 Commentaire

@Gio 16.04.2021 | 08h45

«J’en aurais voulu un peu plus ; cet article est vraiment minimaliste et c’est le deuxième du genre après celui de Kundera. Dommage !»