keyboard_arrow_left Retour
Le billet du vaurien

YouTube et moi

Certains s'étonneront de ne plus voir mes vidéos: elles ont toutes été supprimées par YouTube. Depuis dix ans environ, je prenais plaisir quotidiennement à tenir mon journal intime avec cette caméra-stylo dont rêvait Alexandre Astruc. Elle était enfin à ma disposition. J'en ai usé et abusé me moquant de l'esprit du temps, prenant la défense d'Éric Zemmour et de David Hamilton, improvisant des aphorismes cyniques, laissant la parole à deux de mes poètes favoris – Ishikawa Takuboku et Richard Brautigan – et filmant souvent mon ami Steven Sampson, le double de Philipp Roth, entouré de délicieuses créatures. J'y ai relaté mes périples en Asie et mes après-midis à la piscine de Pully où le tennis de table tenait une large place, autant que les adolescentes qui nous observaient ébahies.

Ces vidéos avaient également un aspect documentaire. Je pense avoir été le seul à filmer Paul Nizon, le grand écrivain suisse, dans sa chambre à coucher, le philosophe Clément Rosset louant Vladimir Poutine, le psychanalyste François Roustang racontant les sermons qu'il tenait du haut d'une chaire à la cathédrale de Francfort ou encore Marie Céhère devisant avec Frédéric Beigbeder. La séquence la plus réussie était celle de Frédéric Schiffter parlant du blabla et du chichi de la philosophie dans un Lavomatic. Je m'arrête là pour ne pas vous accabler. Car maintenant il n'en reste rien. C'est un délinquant du Net qui vous parle, condamné sans sursis et à une peine perpétuelle. J'oubliais de dire que, comme Houllebecq, avec lequel je suis le plus souvent en accord, je faisais l'éloge de Trump et me faisais un point d'honneur de ne rien lâcher aux furies féministes qui nous pourrissent la vie, ni aux adeptes de cette nouvelle religion – aussi idiote que les précédentes – qui veut qu'on s'emploie à «sauver la planète». Dans ma dernière vidéo, je citais le mot du philosophe Wittgenstein: «La bombe atomique est certes un remède amer, mais salutaire.»

Il ne vous reste plus qu'à témoigner votre gratitude à YouTube de vous épargner de telles immondices et à moi de vous remercier d'avoir supporté des propos aussi abjects, même tempérés par des Schlager de Christian Anders et illustrés le plus souvent par de jeunes Japonaises kawaï.

Une expérience prend fin. Je ne m'en lamente pas. J'en prends acte simplement, conscient que tout est condamné à disparaître.

VOS RÉACTIONS SUR LE SUJET

2 Commentaires

@Reiwa 05.01.2019 | 23h39

«Vous devriez être un sacré optimiste malgré les apparences. Les véritables pessimistes gardent des copies de ce qu'ils font et l'on peut mesurer le degré de leur atteinte du pessimisme par le nombre de sauvegardes qu'ils possèdent. Essayez quand même de demander à un pirate, si vous en connaissez un, de vous les retrouver. Pour vous consoler, pensez au Christ, qui n'a jamais écrit qu'une seule fois sur le sable, et nous l'évoquons encore aujourd'hui. Dans votre cas vous avez écrit beaucoup, et comme disait Michel Butor: "un mot écrit est une victoire contre la mort". Bonne Année!»


@Emma 14.01.2019 | 08h26

«Vive Monsieur Roland Jaccard, Écrivain, vive BPLT et vive la LIBERTÉ.»


Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr, Geoffrey Genest, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud (président), Jacques Pilet, Chantal Tauxe, Faridée Visinand, Ondine Yaffi (ordre alphabétique).

© 2019 - Association Bon pour la tête | une création WGR