keyboard_arrow_left Retour
CHRONIQUE / in#actuel

Wiesel, un an après

S 'ouvrir à la surprise de la redécouverte littéraire, artistique; changer de longueurs d’onde, prendre du champ, bref: se montrer in#actuel. Autrement dit, indocile. Une autre façon encore d’aborder l’actualité.

Il y a un peu plus d’une année, le 2 juillet 2016, à New York, s’éteignait Elie Wiesel. Il avait quatre-vingt-sept ans. L’annonce de sa mort suscita une immense émotion. Car avec lui disparaissait l’un des grands témoins de la Shoah – déporté à quinze ans, en 1944, à Auschwitz puis à Buchenwald –, Wiesel vit périr ses parents et sa plus jeune sœur. Mais il n’était pas seulement ce survivant de l’horreur absolue; il était l’une des grandes figures morales de notre temps. Ce qui lui valut en 1986 le Prix Nobel de la Paix. Etrangement pourtant, le premier anniversaire de sa mort est passé...

Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Luc Debraine, Sarah Dohr, Zeynep Ersan Berdoz, Isabelle Falconnier, Denis Masmejan, Patrick Morier-Genoud, Florence Perret, Jacques Pilet (ordre alphabétique).

© 2017 - Association Bon pour la tête | une création WGR