keyboard_arrow_left Retour
LU AILLEURS / CULTURE

Le théâtre se joue au téléphone

C omme de nombreuses activités artistiques, le théâtre a également été placé en quarantaine pour contenir l'expansion du Covid-19. Pour faire face à cette situation, certaines compagnies ont établi une relation avec le public à travers des monologues, des poèmes et des textes réalisés ad hoc, récités sur une ligne téléphonique. Une idée qui s'étend de l'Italie à l'Espagne en passant par la France. Revue de presse.

Le théâtre veut redémarrer et quelques uns ont trouvé une solution pour continuer à le faire malgré les contraintes liées à la pandémie: remplacer la scène par le téléphone. 

En Italie, l'activité théâtrale reprend avec la programmation à Gênes du Théâtre on a line (jusqu'au 7 juin au Teatro della Tosse) de Cuocolo/Bosetti, dit le journal génois, Il Secolo XIX. Le spectacle par téléphone de la compagnie Cuocolo/Bosetti, en collaboration avec la Fondazione Luzzati et le Teatro di Dioniso à Turin, a été conçu il y a presque 10 ans, en 2011 mais il semble parfaitement adapté à la période que nous vivons. Il consiste en une liaison téléphonique, en tête à tête, entre l'actrice Roberta Bosetti et son interlocuteur. Un spectacle qui se déroule entre de parfaits inconnus. Chaque appel téléphonique développe une histoire différente, précisément parce qu'il est interactif. 

La Cuocolo/Bosetti - une compagnie italo-australienne primée - crée depuis 20 ans un type de théâtre qui croise la réalité et la fiction et s'adresse à un petit public auquel on demande de partager l'événement théâtral de la vie, dans une relation très personnelle.

La particularité de cette forme théâtrale fait que même les spectateurs à l'étranger peuvent en profiter: le spectacle est disponible en plusieurs langues: en italien, anglais ou français. Pour le billet en ligne, c'est par ici.

Il faut indiquer vos disponibilités en indiquant le jour, l'heure et la langue. Ensuite, on compose un numéro de téléphone à l'heure fixée (également par Whatsapp pour les personnes vivant à l'étranger), accompagné d'un mot de passe qui est envoyé. La durée du spectacle varie, entre un quart d'heure et une demi-heure. 

Si vous êtes amateur de poésie plus que de théâtre, alors il faut vous tourner vers les Consultations poétiques. L'initiative du Théâtre de la Ville de Paris a été imaginée il y a une dizaine d’années par l'inventif metteur en scène et directeur du Théâtre de la Ville, Emmanuel Demarcy-Mota et le dramaturge Fabrice Melquiot, comme l'explique le site Que faire à Paris. En février dernier, à l’occasion des représentations du Rhinocéros d’Eugène Ionesco mis en scène par Emmanuel Demarcy-Mota au 13ème Art (la plus grande salle de spectacles dans le sud de Paris) elles ont rencontré un immense succès: cinquante Consultations poétiques gratuites s’étaient déployées dans des centres hospitaliers, un centre commercial, des librairies, des bibliothèques, des établissements scolaires, des maisons d’associations et des bars, touchant plus de 200 personnes de tous âges. Depuis le début du confinement, des formations par téléphone ont été inventées pour augmenter le nombre de consultants et répondre à la forte demande du public. 

L'idée a tellement plu que plusieurs théâtres ont décidé de devenir partenaires de ce projet: le Teatro della Pergola de Florence (Italie), le Festival International de Sibiu (Roumanie), le Teatro Lliure de Barcelone (Espagne), le Festival International d’Istanbul (Turquie).  

 Les actrices et acteurs établissent une relation amicale avec le "spectateur" par téléphone et, après quelques questions, ils choisissent et récitent un poème qui, selon eux, convient le mieux à l'humeur de l'appelé. Les consultations poétiques s'adressent à tous gratuitement et sont ouvertes aussi aux enfants, à partir de 8 ans, et aux adolescents dès 13 ans. Les consultations ont lieu du lundi au samedi de 10h30 à 19h, pour les enfants et adolescents tous les jours de 15h à 16h. Pour réserver une date, par ici.

Si la langue n'est pas une barrière, et si vous êtes à l'aise avec l'espagnol, il y a un projet qui mérite d'être mentionné. Il a été conçu pour aider les personnes âgées et leur apporter de la compagnie avec la lecture de pièces de théâtre. C'est ainsi que le Teatro x Telefono est né avec l'approbation de l'Institut et de Compluemprende, un bureau de l'Université Complutense de Madrid, qui soutient ces initiatives pour rendre la crise et le confinement moins pénibles.

«Nous voulions continuer à faire du théâtre et nous avons vu que les personnes âgées consomment surtout de la télévision, alors nous avons décidé d'amener le théâtre à leur téléphone», explique Mélanie Werder, une des organisatrices, au journal espagnol El Independiente

Dans le cadre du projet, il y a deux aspects, l'un d'eux est le Théâtre x téléphone, dans lequel il faut s’inscrire comme bénévole. Les organisateurs fournissent un texte et un numéro de téléphone que les bénévoles appellent pour raconter chaque jour un fragment d'une histoire à la personne contactée. Dans l'autre concept, des étudiants ou des groupes de théâtre envoient leur propre micro-pièce restée en attente à cause de l'enfermement.

Mélanie Werder et Elena Moncayola (les deux chercheuses de l'Instituto del Teatro de Madrid) sont les créatrices et les promotrices de cette initiative pilote qui a été lancée à la fin du mois d'avril. La première phase de cette expérience est terminée, mais les appels recommenceront les 9, 10 et 11 juin. Cela vous inspire? Cliquez ici

Pour l'instant, il y a trois théâtres mentionnés dans ces articles, peut-être y en aura-t-il d'autres. Mais ils naviguent à contre-courant. Les gouvernements du monde entier annoncent des coupes dans la culture au nom de l'économie. Un paradoxe, puisque nous avons survécu au confinement grâce à la culture, qui nous aidera sûrement à surmonter la crise à venir. Pendant des siècles, ce qui va mal est surmonté par le chant, la lecture, le théâtre. L'autre aspect de la crise est que la meilleure chose que ce virus laisse derrière lui est la liberté d'imagination.


Lire aussi: Cessons l'épicerie comptable, pour une aide massive et immédiate à la culture, Chantal Tauxe


 

Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr (présidente), Geoffrey Genest, Yves Genier, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud, Jacques Pilet, Chantal Tauxe (ordre alphabétique).

© 2020 - Association Bon pour la tête | une création WGR