keyboard_arrow_left Retour
LU AILLEURS / SOCIÉTÉ

La vérité au fond d'une tasse de café

E n Turquie, lire au fond de sa tasse de café pour prédire l'avenir est une tradition ancienne à qui une application a ouvert de nouvelles frontières, avec succès. Depuis son lancement début 2017, plus de vingt millions de personnes, principalement en Turquie et dans les pays du Golfe, l'ont téléchargée. Cette plateforme opère dans une sorte de zone grise car en Turquie, la lecture du marc de café est illégale, comme le raconte le magazine «Rest of World».

Je ne me souviens pas de ma réaction la première fois que mon amie turque m'a fait la lecture du fond de ma tasse de café, mais je me rappelle de tous les autres moments semblables qui ont suivi. Parce qu'au fil du temps, c'est devenu un rituel, et cette cérémonie a renforcé notre amitié. Lorsqu'un invité arrive chez elle, le café est le fait partie de l'accueil. La grande majorité des Turcs, même ceux qui disent ne pas y croire, ont lu l'avenir dans le marc de café au moins une fois dans leur vie. Un proverbe dit même: Fala inanma ama falsiz da kalma, ce qui pourrait être interprété comme: «Ne croyez pas ce que les voyants vous disent, mais ne vous privez pas d'aller vous faire lire l'avenir».

La pratique consistant à prédire l'avenir en lisant dans le marc de café (ci-dessus) s'appelle la cafédomancie. © DR

Alors, une vieille tradition peut-elle se combiner avec succès à la technologie? Plus de 20 millions de personnes principalement en Turquie et dans les pays du Golfe, peuvent le confirmer. Chaque jour, les utilisateurs de l'application Faladdin téléchargent des photos de leurs tasses et un millier de visionnaires fournissent des lectures personnalisées en un quart d'heure. Parmi ces lectures, sept cent mille sont en turc, deux cent mille en arabe et cent mille en anglais.

Sertaç Taşdelen est un entrepreneur turc qui a créé l'application Faladdin. L’art de la voyance (en turc son nom est fal), il l’a appris grâce à sa mère Binnaz, autrice d’un livre célèbre sur le sujet. Pendant plus de trente ans, Binnaz a dirigé une pharmacie dans la capitale turque, Ankara, où le futur entrepreneur travaillait l'après-midi après l'école. C'est là que sa mère avait l'habitude de lire les marcs de café. Mais une conversation entre Taşdelen et un collègue aurait changé sa vie et celle de sa mère. L'homme connaissait la célébrité de la dame et lui a demandé de lui révéler ce qui se dessinait au fond de sa tasse de café. Les deux hommes lui ont alors envoyé une photo. Quelques minutes plus tard, la mère de Taşdelen a communiqué sa lecture. L'idée de l'application était née. C'est ainsi que naissent les fortunes.

Cette plateforme et d'autres du même genre fonctionnent dans une sorte de zone grise: bien qu'il soit illégal de lire dans le marc de café en Turquie, ceux qui le font sont rarement punis. Mais pendant des décennies, les gens qui lisaient l'avenir dans les tasses ont été contraints de travailler illégalement.

Depuis l'année dernière, Taşdelen a décidé de confier les textes à une plateforme d'intelligence artificielle afin qu'ils puissent lire l'avenir de manière indépendante. Pour l'instant, les résultats ne sont pas à la hauteur des attentes mais Taşdelen rassure en annonçant que la technologie va s'améliorer. Et cela, il ne l'a pas lu dans sa tasse de café.


Lire l'article original.

VOS RÉACTIONS SUR LE SUJET

1 Commentaire

@SylT 15.11.2020 | 16h21

«Autour de la Méditerranée, nombreuses sont les personnes qui utilisent le marc de café pour se faire lire l'avenir. Je ne savais pas du tout que cette tradition avait maintenant un service en ligne. Merci pour cet article et belle illustration de l'ultra-moderne solitude :-)»


Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr (présidente), Geoffrey Genest, Yves Genier, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud, Jacques Pilet, Chantal Tauxe (ordre alphabétique).

© 2020 - Association Bon pour la tête | une création WGR