keyboard_arrow_left Retour
LU AILLEURS / TERMINATOR

Le Pentagone se prépare à créer des soldats cyborgs

U ne division scientifique de l’armée américaine a publié un rapport sur les possibilités de fusion entre machines et corps humain, afin de créer des soldats plus performants. Des tests sont déjà en cours et ces fantasmes dystopiques devraient devenir réalité d’ici à 2050, rapporte Vice.

Vous trouviez que la technologie avait déjà pris trop de place dans votre quotidien? Vous n’avez pas fini de rire jaune. Dans les 30 prochaines années, nous pouvons nous attendre à voir débarquer des cyborgs. C’est du moins ce qu’imagine très sérieusement l’US Army Combat Capabilities Development Command Chemical Biological Center, après avoir conduit une étude.

Dans ce rapport récent, on apprend notamment que les chercheurs du Pentagone se sont concentrés sur 4 domaines d'amélioration: la supervision, l'audition augmentée, les muscles améliorés et «l'amélioration neuronale directe du cerveau humain pour le transfert bidirectionnel de données», rapporte Vice. Seul petit hic à ce délire futuriste mégalomane, il faudrait tout de même limiter les fusions homme/machine aux soldats blessés, pour commencer. Ainsi, les combattants qui auraient perdu un membre ou un sens auraient la possibilité de le remplacer par des machines.

«L'amélioration oculaire serait une option médicale intéressante dans les situations où le tissu oculaire a été endommagé ou détruit par une blessure ou une maladie», ont déclaré les chercheurs. «Il est peu probable que des individus subiraient volontairement l'ablation de tissus sains dans une zone considérée comme sensible. Cependant, le rôle central et critique que joue la vision dans la société inciterait probablement les combattants qui ont perdu une partie ou la totalité de leur vision à subir volontairement une intervention chirurgicale qui rétablirait ou même améliorerait leur capacité de voir.»

Pour renforcer les muscles, le Pentagone améliorerait les tissus faibles avec un «réseau de capteurs sous-cutanés mis en place qui fournissent une stimulation optogénétique grâce à des impulsions lumineuses programmées», ont encore affirmé les chercheurs. L'optogénétique stimule les tissus musculaires, voire les neurones, avec de la lumière au lieu de l'électricité.

Cette technologie permettrait aux soldats blessés de retourner au combat avec des muscles cybernétiques, de contrôler des drones ou des armes à distance ou encore de laisser autrui prendre possession de leurs muscles. Rien de plus naturel en somme!

«Le corps humain aurait une gamme de petits capteurs optiques implantés sous la peau dans les zones du corps qui doivent être contrôlées», expliquent les spécialistes. «Ces capteurs pourraient se manifester par de minces fils optiques qui sont placés à intervalles réguliers sur les faisceaux musculaires et nerveux critiques et sont liés à une zone de contrôle centrale conçue pour stimuler chaque nœud uniquement lorsque les muscles en dessous sont nécessaires.»

L'étude imagine que les progrès futurs n'amélioreront pas seulement l'audition des gens, mais permettront également la «conversion et la transmission de ces signaux à d'autres sur de longues distances». En d'autres termes, les gens pourraient utiliser des oreilles cybernétiques pour accéder à un réseau de voix et de communication uniquement perceptible par eux. C'est comme implanter votre smartphone à l'intérieur de votre oreille, avec des fonctionnalités de traduction en temps réel pour les langues étrangères.

Des «puces de mémoire prothétiques» ont déjà été testées avec succès. Même Elon Musk travaille sur des implants neuronaux dans le but de «[réaliser] une symbiose avec l'intelligence artificielle». 

Les chercheurs du Pentagone ont tout de même soulevé les quelques considérations éthiques inhérentes à ces «progrès» en marche: les cyborgs peuvent-ils être piratés? Quel type de cryptage doit être utilisé et sera-t-il jamais suffisant? Un soldat qui rentre chez lui doit-il rendre ses améliorations? Est-il éthique de retirer les muscles renforcés qui permettent à un soldat blessé de marcher? Quels seront les effets à court et à long terme sur la santé?

«Tout ce que l'on sait, c'est que ces améliorations, sous une forme ou une autre, arrivent», écrit le journaliste de Vice dans son article. «Elles ne ressembleront peut-être pas exactement à ce que le Pentagone prédit ici, mais des gens puissants veulent qu'elles se produisent. L'armée américaine veut que cela se produise. La triste vérité est que la plupart des considérations morales, éthiques et juridiques seront probablement définies après coup.» 

On n’arrête pas le progrès!


Lire l'article original ici.

Amèle Debey

Amèle Debey est journaliste RP autodidacte depuis 2009. Elle a fait ses armes à Paris, puis à Lo...

Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr (présidente), Geoffrey Genest, Yves Genier, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud, Jacques Pilet, Chantal Tauxe (ordre alphabétique).

© 2020 - Association Bon pour la tête | une création WGR