Média indocile – nouvelle formule

Actuel

Actuel / Le «hold-up» de la liberté d’expression est en marche

Amèle Debey

14 novembre 2020

PARTAGER

Le documentaire «Hold-Up», diffusé mercredi dernier sur Vimeo, a eu pour réaction de déclencher les positions qu’il dénonce: conformisme absolu, soumission aveugle, intolérance face aux opinions divergentes, biais médiatique, censure par les tribunaux du Web et assassinat de la liberté d’expression dans les grandes largeurs. Les détracteurs de «Hold-Up» se rendent-ils compte des conséquences délétères et contreproductives de leur acharnement aveugle sur l’opinion, alimenté par la bien-pensance et la pensée unique? Il semblerait que la raison ne soit pas près de rejoindre le débat, puisque débat il n’y a pas.



«L’effet Streisand est un phénomène médiatique au cours duquel la volonté d’empêcher la divulgation d’informations que l'on aimerait garder cachées — qu'il s'agisse de simples rumeurs ou de faits véridiques — déclenche le résultat inverse. Par ses efforts, la victime de l'effet Streisand encourage malgré elle l'exposition d'une publication qu'elle souhaitait voir ignorée».

A la base, j’avais prévu un froid compte rendu du film Hold-Up, dont il y aurait effectivement beaucoup à dire tant il n’est pas dénué de problèmes. Exercice rendu inutile, puisque des journalistes aguerris au milieu scientifique se sont précipités pour faire ce travail de vérification. Des «débunkages» et des alertes à la fake news fleurissent sur internet. Les Décodeurs du Monde se sont fendus d’un article et d’un live chat pour répondre aux questions des internautes. Les moyens mis en place pour démonter le docu de Pierre Barnérias et rétablir certaines vérités ne manquent pas. On peut d’ailleurs saluer l’effort, tout en regrettant la manière et la proportion, puisque ces réactions légitimes et utiles se sont muées en censure.

Suppressions en série

Vimeo, la plateforme qui hébergeait la version payante du documentaire, l’a supprimé sans sommation. Les créateurs sont parvenus à récolter assez d’argent pour couvrir leurs frais et le diffuser gratuitement sur d’autres plateformes, comme Odysée, mais nul ne sait jusqu’à quand. La cagnotte hébergée sur Tipeee (dont l’un des investisseurs est Xavier Niel) a été suspendue. Du côté de Ulule, plateforme de crowdfunding qui a servi en partie à recueillir les dons pour réaliser Hold-Up, on n’assume pas. Son PDG s’est désolidarisé de son contenu dans un long message posté sur Twitter. Tout comme Philippe Douste-Blazy, médecin et homme politique français, qui intervient dans le long-métrage et qui a demandé à en être retiré.

Contacté par téléphone, Pierre Barnérias affirme tomber des nues: «J’ai envoyé le film cinq jours avant à tous les intervenants. Phillippe Douste-Blazy pouvait me dire non. Il a accepté de venir, il a vu le titre, il a vu le sujet, on en a parlé ensemble, je lui ai indiqué l’identité des autres témoins. Pourquoi faire marche arrière maintenant?», s’interroge l’ancien journaliste, qui ne comprend pas la censure dont son film fait l’objet.

L’acharnement de certains internautes, dont des politiciens macronnistes, pour imposer leur vision à la cantonade a, une fois de plus, pris le débat en otage. Exit les interrogations légitimes et les remises en question, les incohérences, les «mensonges d’Etat» et les nombreuses erreurs – volontaires ou pas –  qui resteront dans l’histoire. Avec, en toile de fond, la question à trois milliards: jusqu’où ira-t-on dans la négation des libertés individuelles? Tout cela est relégué au second plan.

Hold-Up est affublé du sceau si commode du complotisme, critique arbitraire balancée à toutes les sauces. Puisque s’interroger sur la dangerosité des vaccins serait du même ordre de pensée que d’affirme que la Terre est plate. Encore une fois, pas de place à la nuance dans la perception des choses et le traitement de Hold-Up en fait la démonstration. Il s’agit maintenant de démolir tant le messager que le message, en brandissant l’argument stupéfiant de la mise en danger de la vie d’autrui. «Nous sommes en discussion avec notre service juridique. Si le film convainc les gens de ne pas se faire vacciner, cela ferait de nous des responsables d’homicides involontaires, selon un médecin. Comment peut-on laisser dire une chose pareille? Cela nous paraît grave», explique Pierre Barnérias, qui compte porter plainte pour diffamation.

Parmi les détracteurs, Ilana Cicurel. Déléguée La République en marche qui se dit «spécialisée en liberté d’expression». Elle a livré un spectacle stupéfiant sur CNews, en critiquant pendant 5 minutes la médiatisation – dont elle participe de fait – d’une «bombe complotiste» d’une «très grande dangerosité»:

 

Et puisque nous sommes dans la recherche des faits, quelques clics suffisent pour s’apercevoir que la dame n’est autre que la sœur de Michel Cicurel, créateur de la holding d'investissement La Maison, où on retrouve Xavier Niel, homme d’affaires co-propriétaire du Monde et membre du Conseil national du numérique. Ces liens d’intérêt existent et méritent d’être annoncés.

Bienvenue dans la quatrième dimension

En Suisse aussi, on assiste à des retournements de veste proches de la schizophrénie. Lorsque Stéphane Babey, rédacteur en chef de Vigousse, journal satirique romand, chantre de la liberté d’expression, qui fait usage de son droit à écrire ce qu’il veut en toute décontraction depuis dix ans, déclare publiquement sur Facebook: «Ce documentaire est un ramassis de débilités assénées par des charlatans qui cherchent à vendre leur soupe. Ce genre de mensonges sont censurés car ils sont dangereux, tout simplement. Il ne s’agit pas de liberté d’expression, mais d’escroquerie et de mise en danger de la vie d’autrui.»

Apparemment, la liberté d’expression est à deux vitesses chez Vigousse, qui semble lui-aussi avoir basculé dans le dogmatisme, en faisant de la chasse au bullshit sont nouveau cheval de bataille et en bafouant allégrement les principes démocratiques dont il jouit depuis sa création.

Pierre Barnérias a-t-il voulu provoquer en faisant la démonstration (pour le coup réussie) de la partialité du débat? Il s’en défend: «Je dois être naïf, mais je ne m’attendais pas à une telle censure. A partir du moment où vous avez des informations sourcées, destinées à ouvrir le débat, je m’étonne qu’on le referme encore plus».

La pensée dominante ne souffre d’aucune remise en question depuis le début de cette crise. Au nom du sacro-saint principe de précaution qui transforme tout sceptique en meurtrier, et tout débat (Infrarouge en fait la triste démonstration lorsque l’émission aborde le sujet du Covid) en discussion unilatérale entre intervenants du même avis. 

Hold-Up est-il complotiste? Pour autant que ce terme ait encore un sens, certainement. Encore faudrait-il savoir ce que l’on englobe dans cette appellation. Mais le complotisme n’est pas puni par la loi. Seul le complot au sein de l'armée est prévu par le code pénal (art. 276 CP). Le complotisme en soi ne constitue pas une infraction. En revanche, la façon dont il est relayé et/ou son contenu peuvent constituer des infractions: diffamation, calomnie, discrimination et incitation à la haine, par exemple. Les tribunaux ne sauraient cependant être substitués par ceux du Web.

Est-ce une raison pour admettre la censure? Pas si on défend des valeurs démocratiques telles que la liberté d’expression. Et celle-ci ne peut pas être à géométrie variable. Au lieu d’essayer de l’étouffer, il serait bon de s’interroger sur les causes de cette désormais fameuse «mouvance complotiste»: si les gouvernements français et suisses, pour ne citer qu’eux, étaient ouverts au débat et incluaient la population dans leurs prises de décisions liberticides autour de cette pandémie, peut-être ces mouvements ne rencontreraient-ils pas le même succès.

VOS RÉACTIONS SUR LE SUJET

13 Commentaires

@Bubblemaker22 14.11.2020 | 09h17

«Merci pour cet excellent article qui remet à sa juste place la frontière entre liberté d’expression et dogmatisme.
Liberté d’expression et démocratie sont intimement liées et comme vous l’écrivez magnifiquement en conclusion les gouvernements ont systématiquement fermé la porte au débat en appuyant sur la responsabilité individuelle et en reléguant les sceptiques au rang d’irresponsables tout en se dédouanant de leur propre irresponsabilités.
Questionner, remettre en perspective, imaginer des alternatives est un droit fondamental, je dirais même une obligation pour avancer dans une situation exceptionnelle où personne n’a la solution.
Nous devrions être libre de nous demander quel est la responsabilité du Conseil fédéral qui a fermé nos frontières avec certaines régions française sans y inclure la région Rhône-Alpes pourtant plus touchée alors que certaines qui ont été fermées.
Nous devrions être libre de nous demander pourquoi fermer les salles de spectacles et cinéma alors quel l’on peut sans problème passer plusieurs heures masqués dans un avion à quelques centimètres d’un inconnu masqué lui aussi.
Nous devrions être libre de remettre en question les bénéfices réels du port du masque en extérieur alors que ceux-ci n’ont jamais été conçu pour une telle utilisation, qu’aucune étude en conditions réelles n’a été faite et que les données rétrospectives des contaminations des villes ayant imposé tôt le port du masque en extérieur (Paris, Marseille, Madrid) ne montrent pas de différence statistiquement relevante avec d’autres régions ou villes voisines.
Nous devrions être libre de nous interroger sur l’effet que l’utilisation d’app de traçage aura sur l’acceptation générale que l’état de santé peut devenir à terme une discrimination légale en limitant l’accès à certains établissements à ceux qui refusent d’y adhérer ou pire à ceux qui sont malade.
Beaucoup d’autre questions existent et nous devrions être libre de les poser sans être immédiatement catégorisé comme complotistes au même titre que ceux qui pensent que le vaccin Covid contiendra un puce de traçage qui servira à des réseaux pedophiles satanistes dirigé par Bill Gates...
Non seulement nous devrions être libre de les poser, mais nous sommes aussi en droit d’attendre un vrai débat ouvert. Il en est de notre devoir de les poser pour assurer la pérennité de notre démocratie.»


@ArnaudVS 14.11.2020 | 09h40

«Excellent article! What else!»


@Rnagual 14.11.2020 | 17h13

«Excellent article ! A la lumière des dernières charges contre ce documentaire, la définition du complotisme me paraît être :
Toute tentative d’explication allant à l’encontre de la pensée dominante....
»


@Mariazalée 15.11.2020 | 11h01

«Article très intéressant! Je n’ai pas vu le film, mais j’ai suivi les réactions et cela conforte mon sentiment qu’actuellement si on émet des avis contraires à la pensée dominante, on se retrouve taxé de complotiste, de raciste, d’homophobe, d’antiféministe... peu de place au débat, effectivement!»


@automne 15.11.2020 | 11h56

«J'aime votre conclusion. En effet, c'est le manque de transparence et de débat qui produit les thèses complotistes. Ce film, dont je n'ai pas pu voir l'intégralité car censuré, est, si j'en crois les journalistes le citant, de nature complotiste. Je le crois volontiers, j'ai vu des extraits où une des intervenantes évoque une opération des riches pour éradiquer les pauvres (ce ne sont pas les termes exacts, mais c'est à peu de choses près ce qu'elle dit). Oui, ceci est complotiste. Et alors? On n'est pas obligé d'adhérer. Je n'adhère pas aux thèses complotistes, elles m'agacent et me révoltent souvent, comme toute bêtise humaine. Mais il y a aussi de bonnes choses dans ce film. Or, lorsque de bon journalistes analysent le film, ils tombent dans le même travers que les complotistes: ils font des raccourcis, et font souvent dire des choses au film que celui-ci ne dit pas. Combattre les complotistes en agissant comme eux, en censurant et en affirmant des choses sans fondements, il me semble qu'on tourne en rond... et le grand perdant c'est la Démocratie, autrement dit la population!»


@roger salengro 15.11.2020 | 16h40

«Quelle consternation pour un fidèle de l’Hebdo (pendant 30 ans) et de Bon pour la tête (depuis 3 ans) en constatant tant de complaisance face à ce « documentaire » qui relaie des thèses complotistes les plus délirantes et les plus nauséabondes.
À quand des articles d’Alain Soral pour faire entendre une voix tonique et différente du politiquement correct et de la bien-pensance? Après tout ce qu’il écrit n’est pas entièrement faux!
À quand des éditoriaux de Gilbert Bourdin sur l’aumisme pour contrecarrer la pensée unique diffusée à longueur d’année par Science, Nature, Le Lancet et le New England Journal of Medicine!
Le rédacteur en chef pourrait être le clairvoyant gilet jaune Maxime Nicole pour être certain d’éviter le conformisme absolu!
Au secours! Que sont devenues les grandes plumes qui m’ont tant fait apprécier mes journaux préférés! J’ai encore la nostalgie des éditoriaux de Charles Poncet!

»


@Catimini 15.11.2020 | 16h57

«Il y aurait beaucoup à écrire au sujet de cet article qui bat de l’aile. Je me concentrerai ici sur deux éléments. Le terme liberticide tout d’abord. Il est tout de même surprenant que sitôt que l’Etat prend des mesures pour protéger notre santé et éviter la saturation du domaine de la santé, on parle de mesures liberticides. Nous connaissons, ou pas, une collection de dispositions légales liberticides, nous vivons avec, elles nous contraignent chaque minute, la LCR (loi sur la circulation routière) pour n’en citer qu’une. Après chaque session des Chambres fédérales, l’État dévoile des lois ou ordonnances liberticides, souvent pour cadrer quelques égarés qui ne représentent pas l’ensemble de la population, et ceci dans l’insouciance la plus totale. Certes, il y a parfois un referendum, mais c’est exceptionnel !
Et que faites vous contre tous les agissements liberticides des GAFAM ?
Deuxième thème, l’État devrait consulter la population avant de prendre ses décisions. C’est ignorer notre organisations démocratique. Nous élisons chaque quatre ans des représentants de la population, taux de participation, entre 30 et 60 % dans les meilleurs cas… chaque projet de loi est soumis à une procédure de consultation des partis, des syndicats des organisations professionnelles, etc, etc, et après il faudrait encore consulter la population... »Bonjour Madame Delacrétaz, c’est Berset Conseiller fédéral, seriez-vous d’accord que nous décrétions le port du masque obligatoire ? « 
Vous trouvez cela absurde? Eh bien tant mieux, vous avez tout compris...»


@Pap'Alain 15.11.2020 | 17h13

«J'abonde dans le sens du commentaire de @roger salengro. Bien sûr que la censure est détestable, mais votre article est inutile puisqu'il ajoute la complaisance aux contre-vérités.
A. Frei»


@roger salengro 16.11.2020 | 12h12

«La liberté d’expression existe heureusement dans nos pays démocratiques.
Il ne s’agit donc nullement de censurer ou d’interdire, mais d’éviter - dans un média de qualité - de faire la promotion de théories fumeuses même si dans « Hold up » elles flirtent parfois dangereusement avec un certain antisémitisme. Réservons ces salmigondis de corrélations établies à coups « comme par hasard » à une certaine presse et aux sites spécialisés. L’ésotérisme et le conspirationnisme n’ont pas leur place à BPLT si ce n’est pour étudier leurs origines et leurs ressorts.
À part cela, le malheureux Bill Gates aurait mieux fait de continuer à vendre ces logiciels et d’accumuler de cette façon des milliards de dollars au lieu de consacrer une partie de sa fortune à éradiquer des maladies graves s’attirant ainsi l’ire des antivaccins et des complotistes de tout poil!»


@Elizabeth 17.11.2020 | 09h24

«Je suis surprise que "Bon pour la tête" ait cru bon de publier une telle apologie - ou du moins un commentaire aussi bienveillant - d'un film accumulant les contre-vérités et mettant en avant les thèses les plus délirantes. Non, s'attaquer à un tel discours n'est pas de la censure, c'est juste éviter la propagation d'un poison dangereux vu la crédulité des gens et la puissance de frappe des réseaux sociaux.»


@CEDKEL 17.11.2020 | 20h51

«On vit la distanciation physique mais aussi celle des idées qui évoluent sans se confronter ou en tous cas sans faire naître de débat. Je vois bien les biais chez ceux que l’on nomme par commodité des covidiots ou des coronasceptiques. Mais je les vois tout autant dans les médias d’information traditionnels, dans les omissions, les questions que l’on ne pose pas. J’avoue excuser plus facilement les coronasceptiques: ce n’est en général pas leur profession, même si certains en font leur métier. Et ce sont un peu des David face à des Goliath.»


@Marcot 19.11.2020 | 15h24

«Merci pour les éléments avancés permettant d'étendre le débat. A chacun d'ouvrir les yeux, de faire appel à sa mémoire, son sens critique après avoir été vérifier les faits énoncés auprès de sources fiables.
Ce qui me sidère, ce sont certains commentaires de personnes persuadées de connaître La vérité et en droit de condamner ce documentaire en prétendant qu'il "met en avant les thèses les plus délirantes".»


@FelixW60 23.11.2020 | 11h09

«La liberté d'expression consiste-e-t-elle à pouvoir dire tout et n'importe quoi ? Même les pires mensonges ? Le racisme est puni (ainsi que tous ses corollaires...) par l'article 261 bis du code pénal... est-ce aussi une répression de la cette sacro-sainte liberté d'expression ? Non bien évidemment... alors que là, on met en avant des théories du complot et ça devrait passer sans autres ? Pas d'accord...»