keyboard_arrow_left Retour
AILLEURS / Overdose touristique

Interdiction d'ouvrir de nouveaux shops souvenirs à Amsterdam

U nanime, le conseil municipal de la ville d'Amsterdam proscrit l'ouverture au centre ville de nouveaux magasins timbrés «touristes». Une initiative unique pour réduire le flot de personnes dans la capitale hollandaise.

La nouvelle a fait le tour des médias. Aucun nouveau shop de cartes postales et autres gadgets aux couleurs d'Amsterdam ne sera autorisé à s'installer au centre ville. Pionnière dans la lutte contre le flux écrasant de touristes, la capitale des Pays-Bas a pris cette mesure drastique dans l'intérêt de ces habitants. Elle recense près de 280 échoppes dans ses rues. Une offre considérée comme suffisante. «La situation réclamait de solides mesures. Il y a beaucoup trop de boutiques du même genre, avec des offres uniquement dirigées pour les touristes. Les locaux et les entrepreneurs s'en inquiètent», explique la maire, Kasja Ollogren dans les colonnes du journal hollandais NL Times.

Le Sun, qui a repris l'information, parle lui d'un combat contre le «Disneyfication» des quartiers denses. 

Snacks en ligne de mire

Cette interdiction historique – une première face à un épuisement collectif lié à la frénésie touristique qui kidnappe les capitales d'Europe – touche deux types de magasins. Les premiers sont les boutiques traditionnelles de souvenirs. Mais pas que. Les sociétés de location de deux roues sont aussi concernées. A chaque demande de licence, la Ville déterminera systématiquement la validité du projet en question. Tout concept «touristico-centré» sera recalé.  

Les petits snacks qui vendent de la nourriture pour une consommation immédiate font également partis du lot des «bannis».

Dès 2018, toute la zone postale 1012 sera concernée, ainsi qu'une quarantaine de rue commerçantes environnantes.


L'article original en anglais du NL Times«Amsterdam bans new tourist shops from opening in the city center»


Précédemment dans Bon pour la tête

ACTUEL Chassez ces touristes que l'on ne veut plus voir!

AILLEURS Submergées par les touristes, les Cinque Terre pourraient disparaître

AILLEURS «Pour ne pas finir comme des figurants dans nos propres villes»


Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr, Geoffrey Genest, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud (président), Jacques Pilet, Chantal Tauxe, Faridée Visinand, Ondine Yaffi (ordre alphabétique).

© 2018 - Association Bon pour la tête | une création WGR