keyboard_arrow_left Retour
AILLEURS / Tourisme

«Pour ne pas finir comme
des figurants dans nos propres villes»

L es manifestations d’hostilité au tourisme de masse en Espagne, en Italie et au Portugal laissent pantois les amateurs de voyages vers ces pays. Sont-ils vraiment mal vus? En fait, c’est le problème immobilier qui exacerbe les mécontentements. Aucune solution n’est en vue. La colère risque bien de monter encore. Trois articles donnent la température.

Le site espagnol eldiario.es, plateforme de journalisme indépendant:«Los ciudadanos españoles como figurantes de un parque temático turístico»

«L’argent étant l’arme de ce combat inégal, les propriétaires de maisons de vacances ainsi que leurs clients seront toujours les plus forts. Les grands naïfs qui veulent se loger à l’année sont condamnés à rester sur la touche (...). C’est dans les Baléares que la situation est la plus extrême. Médecins, policiers et d’autres fonctionnaires – voire même le personnel hôtelier – ne trouvent pas...