keyboard_arrow_left Retour
AILLEURS / Californie

Cultiver des salades sur Mars? Une startup y croit

Sécheresse, inondations, incendies et vagues de chaleur. A Los Angeles plus encore qu’ailleurs, les évènements climatiques extrêmes se succèdent et leur durée s’allonge. Et l’on prévoit que d’ici à la fin du siècle, le nombre de journées tropicales (35 degrés et plus) aura triplé. Ces chaudes prédictions font bouillir les cerveaux et stimulent l’inventivité. Selon le quotidien The Guardian, Los Angeles compte des dizaines de startups qui font de la mégapole et de ses environs un laboratoire grandeur nature pour développer des produits et services propres à résister au désastre environnemental annoncé.

A l’instar de Local Roots, qui s’est spécialisée dans la transformation de conteneurs de transport maritime en mini-fermes de culture hors-sol. «Nous serions ravis d’être les premiers à cultiver des aliments sur Mars», dit benoîtement Brandon Martin, l’un des responsables. Il est sérieux. Des ingénieurs de Space X, la société de transport astronautique du milliardaire Elon Musk (fondateur de Tesla) sont venus étudier comment Local Roots recourt à des senseurs, à des algorithmes et à l’apprentissage automatique (machine learning) pour transformer des conteneurs de 12 mètres de long en l’équivalent de fermettes de 2 hectares, tout en utilisant 97% d’eau en moins.

Les gars de Local Roots ne sont pas que d’aimables écolos pétris d’idéalisme: «Nous voulons devenir le plus vite possible une entreprise milliardaire. D’ici à dix ans, nous entendons nourrir au moins un milliard de personnes», proclame Kipp Stroden, un autre visionnaire à la tête de la startup. Pour The Guardian, le temps dira si c’est de l’orgueil démesuré, mais cela reflète la confiance des startups de L.A., convaincues que les défis qu’elles affrontent en Californie leur ouvriront des marchés partout sur une planète en chaleur.

A propos, pas besoin d’aller jusque à Los Angeles pour se faire une idée. Le modeste village de Molondin (228 habitants) abrite une startup qui travaille avec succès sur le même créneau: Combagroup utilise dans ses serres du Nord vaudois la même technique que la NASA quand elle cultive des salades dans l’espace: l’aéroponie, autrement dit la dispersion d’un brouillard d’eau et de nutriments directement sur les racines, apparentes, des salades: 90% d’eau économisée, aucun pesticide et un rendement dix à quinze fois supérieur.


L'article du Guardian: «'Grow food on Mars': LA startups tackle climate change with inventive solution»



Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr (présidente), Geoffrey Genest, Yves Genier, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud, Jacques Pilet, Chantal Tauxe (ordre alphabétique).

© 2020 - Association Bon pour la tête | une création WGR