keyboard_arrow_left Retour
LU AILLEURS / Etats-Unis

John Bolton, le faucon qui menace la paix mondiale

E n un peu plus d’un an de règne chaotique à la Maison Blanche, Donald Trump vient d’engager son troisième conseiller à la Sécurité consécutif: John R. Bolton, connu pour avoir été un an durant l’ambassadeur le moins diplomatique et le plus contesté de mémoire de l’ONU à New York, rappelle «Infosperber».

John R. Bolton est membre des lobbies les plus conservateurs des Etats-Unis. Il pense que le droit international n’est qu’une vue de l’esprit, il est opposé à l’accord sur le nucléaire iranien, il prône l’agressivité contre la Corée du Nord et intervient régulièrement sur la chaîne TV conservatrice Fox News.

Et il est le président de l’Institut Gatestone, financé par la milliardaire juive américaine Nina Rosenwald, qui proclame en seize langues sa haine de l’islam. De quoi envenimer les relations entre l’Occident et des régions tendues comme Israël-Palestine, l’Iran, la Syrie, l’Irak et la péninsule arabique. Les interventions sont parfois d’une violence extrême, comme le souligne le site d’information suisse alémanique Infosperber.

Sauf celle de vendredi dernier: «L’Institut Gatestone est extrêmement fier que son président, l’ambassadeur John R. Bolton, ait été nommé à la tête du Conseil national de la sécurité des Etats-Unis. Nous le félicitons chaleureusement, ainsi que le président Donald J. Trump, pour cette nomination qui est un grand événement pour l’Amérique, pour ses alliés et pour le monde libre». Plusieurs ministres israéliens se sont réjouis de la nomination de ce va-t-en-guerre recensé à un poste très influent de la Maison Blanche.

Il y a plusieurs années, John Bolton avait tenté – en vain – d’inciter Israël à bombarder les sites nucléaires iraniens, comme l’a confirmé récemment l’ancien chef d’état-major israélien Shaul Mofaz. Précédemment, il avait été l’un des avocats les plus virulents de la guerre de 2003 contre l’Irak.

Outre sa présidence du très anti-islamiste Gatestone Institute, John Bolton, 70 ans, est Senior Fellow à l’influent think-tank néoconservateur American Enterprise Institute (qui combat le «mensonge du changement climatique»), membre du Jewish Institute for National Security of America, autre think-tank qui s’engage en particulier pour le renforcement d’Israël et entretient d’excellents contacts avec le Likoud, de la National Rifle Association, le lobby américain des armes qui refuse toute espèce de restriction au port d’arme en vertu du 2e amendement de la Constitution.

Reste que la vision de Bolton pour résoudre l’interminable conflit israélo-palestinien, pour iconoclaste qu’elle soit, est loin d’être idiote et permettrait peut-être un jour de débloquer une situation qui se dégrade depuis la guerre des Six-Jours en 1967. Au lieu d’une solution à deux Etats, de moins en moins envisageable au fur et à mesure qu’Israël colonise Jérusalem-Est et la Cisjordanie, il propose une solution à trois Etats, dans laquelle la Cisjordanie serait rattachée à la Jordanie et la bande de Gaza à l’Egypte.


Article original en allemand sur Infosperber: «US-Muslim-Hasser: John R. Bolton ist "grossartig für Amerika!"»

Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr, Geoffrey Genest, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud (président), Jacques Pilet, Chantal Tauxe, Faridée Visinand, Ondine Yaffi (ordre alphabétique).

© 2019 - Association Bon pour la tête | une création WGR