keyboard_arrow_left Retour
AILLEURS / Tunisie

A Tunis, «Le Dictateur» fait frémir les autorités

chevron_left chevron_right
S ix ans après le début du Printemps arabe, le restaurant «Le Dictateur» tente depuis le mois de mars dernier de faire sa place dans la banlieue chic de Tunis, Cité Ennasr.

«Des décennies durant, la dictature a été ici un sujet tabou, admet Seifallah Ben Hammouda, 33 ans, propriétaire de ce restaurant à l’enseigne inédite, mais aussi diplômé en management et en marketing. Mais il fallait trouver le moyen de nous faire connaître.» C’est réussi. La déco rend hommage en photo à pas mal de personnalités politiques peu connues pour leur scrupule démocratique: Joseph Staline, Vladimir Poutine, Charlie Chaplin grimé en Adolf Hitler. Et Melania Trump, allez savoir pourquoi. Mais pas Zine el-Abidine Ben Ali.

La carte des mets évoque elle aussi des thèmes un rien tabou dans un pays qui s’extirpe à peine de la dictature, rapportent le Daily Mail britannique et le site Your Middle East: il y a l’entrecôte «Liberté grillée», les lasagnes «Mao» ou «Nicolae» (Ceausescu), la salade «Salazar». «Anarchie», «Opposition» et «Putsch» baptisent d’autres plats.

«En vertu de quelle loi?»

Eh bien, figurez-vous que le concept du jeune Hammouda n’a pas plu aux autorités. «Le dictateur est un nom interdit», lui a signifié la police. «En vertu de quelle loi?» a demandé le restaurateur. Aucune, en effet. Il a quand même reçu la visite de multiples visiteurs discrets et un ministre lui a conseillé de changer le nom de l’établissement «pour éviter des problèmes». Inutile de préciser que tout ce ramdam autour de l’enseigne du jeune restaurateur lui a valu un afflux inattendu de clients. Ainsi que la considération des lecteurs du site tunisien business.news.com.tn, dont l’un suggère au patron: «il suffit de rebaptiser [l’établissement] «Les guignols», «Les enfoirés» ou «Les abrutis» et personne ne s’apercevra de rien.»

Il n’y a pas à dire, la démocratie est en marche en Tunisie.


L'article de Your Middle East: «Freedom steak on menu at "Le Dictateur" in Tunis»
L'article de Business News: «Quand la réalité dépasse la fiction: Le restaurant "Le dictateur" à Ennasr, sommé de changer de nom!»

Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr (présidente), Geoffrey Genest, Yves Genier, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud, Jacques Pilet, Chantal Tauxe (ordre alphabétique).

© 2020 - Association Bon pour la tête | une création WGR