Média indocile – nouvelle formule

Actuel

Actuel / Vietnam-Suisse, une relation qui monte en puissance


PARTAGER

Vendredi, à l’occasion du 50ème anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques, la Suisse accueille le président vietnamien Nguyen Xuan Phuc, accompagné d’une délégation de 70 dirigeants économiques, pour une visite d’Etat de trois jours. C’est une première, qui sanctionne le classement de ce pays au 37ème rang des économies mondiales et l’intérêt grandissant de la Suisse pour ce marché de cent millions d’habitants, en pleine croissance.



Les deux présidents ont prévu d’animer un forum économique bilatéral vendredi. L’intérêt est fort des deux côtés. En 2019, le ministre de l'Economie Parmelin s’était rendu en visite à Hanoi. En 2020, il avait rencontré le vice-premier ministre vietnamien à Berne et en septembre dernier, le président de la Confédération rencontrait une première fois son homologue vietnamien à New York. D’après les dernières statistiques, le montant des échanges bilatéraux dépasse les 3,5 milliards de dollars. 

La Suisse est le sixième investisseur européen au Vietnam, tandis que le Vietnam est le quatrième partenaire commercial de la Suisse dans l'ASEAN. 150 projets d'investissements suisses pour près de deux milliards de dollars sont en cours d’exécution. 140 entreprises y travaillent, dont Nestlé, Novartis, Roche et Holcim. Et les deux parties espèrent bientôt conclure la négociation de l’Accord de libre-échange Vietnam-AELE. 

Le potentiel économique et les opportunités d'investissement sont élevés, surtout depuis la hausse des coûts de fabrication en Chine et la relocalisation de nombre de centres de production en Asie du Sud-Est. Le pays est devenu aujourd’hui une grande économie ouverte avec 17 accords de libre-échange avec plus de 60 pays. Son marché est facile d’accès. Outre sa situation géographique, Hanoi met en avant sa stabilité politique et sociale, sa forte croissance (7% en moyenne ces dernières années), ses atouts touristiques et ses nombreuses opportunités d'investissement et d'affaires. 

La taille de l'économie a augmenté de 140% en cinq ans. Le pays est devenu la 4ème économie de l'ASEAN et la 37ème dans le monde. La croissance économique s'est maintenue à un niveau élevé ces dernières années (taux moyen de 7%), l’inflation est sous contrôle et son économie de mieux en mieux intégrée dans le système économique mondial. 

Les tensions croissantes avec la Chine jouent en sa faveur. Les frictions avec le grand voisin se multiplient d’ailleurs dans la Mer de l’Est (Mer de Chine). L’Union européenne ne s’y est pas trompée, qui considère le Vietnam comme son premier partenaire dans la région. Avec la signature de l'accord de libre-échange EVFTA en 2019, la coopération économique et commerciale entre le Vietnam et l'UE a passé à la vitesse supérieure.

Dernier point, le Vietnam a bien maîtrisé la crise du Covid-19, faisant aussi bien que ses voisins asiatiques. Après une brève remontée à la fin de l’été, l’épidémie est en recul. 85% des personnes âgées de 18 ans et plus ont reçu au moins une dose de vaccin et plus de 40% ont reçu leurs deux doses. Début décembre, plus de 60% de la population adulte sera pleinement vaccinée.

La reprise en vue, le pays espère bien en profiter pour améliorer ses conditions-cadre en matière de garantie et de sécurité des investissements, de modernisation de ses infrastructures de transport et de formation de la main d’œuvre. Tout un arsenal législatif est en train de se mettre en place. 

De son côté, outre les investissements directs, la Suisse a développé des programmes d'aide au développement d'une valeur de 650 millions de dollars au cours des trois dernières décennies.  Elle importe surtout des produits agricoles saisonniers (fruits du dragon, litchis, longanes), du poisson et des crevettes, des meubles et des produits d’habillement.

Les deux pays se rencontrent régulièrement au Forum de Davos et organisent des consultations régulières sur les droits de l'homme, l'ONU et l'ASEAN. Le Vietnam soutient l'adhésion de la Suisse au Conseil de sécurité de l'ONU pour la durée 2023-2024 tandis que la Suisse s’est engagée à faire de même pour le Vietnam. Les deux pays ont souligné l'importance d'assurer la liberté de navigation et de survol, la sécurité, la paix et la stabilité en Mer de l'Est et de régler les différends sur la base du droit international. 

Bref, en dépit de leur éloignement et de leurs différences, les relations entre le pays des montagnes et celui de la mer semblent parties pour durer.

VOS RÉACTIONS SUR LE SUJET

0 Commentaire

À lire aussi