keyboard_arrow_left Retour
Le coup de gueule de Mohamed Hamdaoui

Non! Je ne me voilerai pas!

A u nom de la lutte contre le racisme, des femmes musulmanes invitent la population (hommes et femmes) à se promener samedi à Berne en portant le voile. Coup de gueule contre une action contre-productive.

La Semaine contre le racisme se déroule un peu partout en Suisse romande jusqu’au 28 mars. Noble initiative qui, hélas, demeure sans doute nécessaire. Même s’il est parfois permis de douter de l’efficacité ces «journées de» et de ces «semaines contre» très vite oubliées pour être aussitôt remplacées par d’autres «journées de» et d’autres «semaines contre». De nombreuses actions sont prévues pour favoriser la rencontre entre les peuples et l’acceptation des différences dans un cadre légal reconnu et respecté par l’ensemble. Mais une de ces actions me laisse pantois. Et me fiche même un peu en colère.

Des femmes ont en effet lancé une invitation qui se veut «initiatique»: «Je vous invite à venir nombreuses et nombreux le samedi 24.03.2018 pour vivre une expérience inédite. Porter le voile, faire un tour en plein centre ville de Berne et revenir nous rejoindre pour nous communiquer vos émotions par un EMOJI!!» En allemand, le texte est encore plus explicite, puisqu’il y est question de porter un voile «musulman» afin de voir «comment les gens réagissent» («Du ziehst ein muslimisches Kopftuch an und machst einen kurzen Rundgang. Wie fühlst du dich? Wie reagieren die Menschen?»)

Fichu fichu

Cette action part sans doute d’un «bon sentiment». Mais les «bons sentiments» inspirent peu de bons romans et ne font pas forcément toujours avancer les causes défendues. En tout cas, je le préviens. Non! Je ne porterai pas le voile.

Cette action me hérisse les cheveux. Porter le voile n’est pas une «expérience» anodine.

Le port du voile qualifié de «musulman» a certes paraît-il une signification religieuse et spirituelle pour certaines musulmanes qui font la démarche d’en porter librement un. Je les respecte. Mais il ne faut pas oublier que nombre de citoyennes et citoyens de ce pays y perçoivent d’abord un geste identitaire et politique. Or religion et politique n’ont jamais fait bon ménage.

Faire la promotion du port du voile «musulman» dans les sociétés occidentales représente aussi une provocation pour nombre de femmes qui, ici, se sont battues et continuent de se battre en faveur de leur dignité et leur liberté. Elles voient dans le port de ce vêtement porté jadis par leurs-grands-mères une forme de régression. En particulier quand ce fichu fichu est arboré par des fillettes qui en ignorent sans doute la signification et en mettent un par soumission.

Faire la promotion du port du voile «musulman» est aussi inacceptable au moment où, dans de plus en plus de pays, des femmes prennent des risques importants pour s’en débarrasser.

Et tombent les masques

Il y a peu, j’ai reçu une photo de ma sœur aînée que je n’ai pas eu le bonheur de voir depuis quatorze ans. Nous autres Touaregs avons longtemps affiché notre liberté et même notre libertinage. Chez nous, la drague était véritablement un art que les jeunes femmes maîtrisaient à merveille. Elles n’avaient aucune honte à montrer leur visage et à rivaliser d’imagination pour mettre en valeur leur chevelure. La poésie touarègue inventoriée notamment au sein de la division d’Ethnologie de l’Université de Neuchâtel regorge de vers qui n’ont rien à envier aux œuvres libertines et érotiques présentes dans tous les continents. Lorsque j’ai reçu la photo de ma sœur ainée, j’ai hurlé de douleur en la découvrant enveloppée d’un drap ressemblant à un linceul. Depuis, je m’interroge de manière quasi obsessionnelle pour tenter de comprendre comment et pourquoi ma frangine adorée a pu ainsi se faire laver le cerveau. Pardon, mesdames, qui proposez cette action «initiatique»: pour moi, le port du voile imposé ne sera jamais acceptable.

Enfin, faire la promotion du port du voile «musulman» est un appel irresponsable alors qu’il est au contraire désespérément urgent d’apaiser les tensions. Si l’on veut espérer que les musulmanes et les musulmans de ce pays et de l’ensemble de l’Occident puissent s’intégrer et vivre en bon intelligence avec le reste de la population, il convient sans cesse de rappeler que la pratique d’une religion, quelle qu’elle soit, est d’autant plus sincère et profonde qu’elle se fait dans la discrétion.

L’occasion est d’autant plus opportune que de plus en plus de masques tombent. En Suisse, le Conseil islamique central de Nicolas Blancho et sa clique de têtes à claques commence enfin à pourrir dans les poubelles de l’histoire. Partout en Europe, de plus en plus de personnes (y compris certaines et certains de ses thuriféraires) commencent enfin à découvrir ce que nous savions depuis longtemps, à savoir le vrai visage de Tariq Ramadan. Il n’était pour moi qu’un usurpateur médiatique doublé d’un Tartuffe peut-être pervers.

Mon Stetson d'homme libre

Nous autres musulmanes et musulmans «normaux» d’Occident commençons enfin à entrevoir un peu de lumière. Nous espérons à notre tour vivre notre «printemps».

En ce sens, cet appel à porter publiquement le voile «musulman» dans les rues de la capitale fédérale afin «d’observer les réactions» de la population risque de s’avérer contre-productif et d’attiser l’islamophobie au lieu de contribuer à la combattre.

Ce samedi, même si bien sûr j’ai la lutte contre toutes les formes de racisme chevillée au corps et au cœur, je ne porterai pas ce fichu fichu. Je lui préfère mon vieux Stetson en cuir usé qui ne me rattache à aucune communauté et dévoile un petit pan de ma personnalité d’homme libre.

Certaines «bonnes âmes» mettent inutilement de l’huile sur le feu. Mais nous commençons sérieusement à avoir marre de devoir porter le chapeau.

Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr (présidente), Geoffrey Genest, Yves Genier, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud, Jacques Pilet, Chantal Tauxe (ordre alphabétique).

© 2019 - Association Bon pour la tête | une création WGR