keyboard_arrow_left Retour
ACTUEL / Elections

Les non-dits de la politique allemande

L e pays-clé entre tous en Europe s'apprête à choisir son gouvernement pour les quatre prochaines années: l'Allemagne. Or la campagne intéresse bien peu ses voisins. Il faut dire qu'elle ennuie aussi les électeurs eux-mêmes. Et pour cause: il est à peu près acquis qu'Angela Merkel restera au pouvoir. Son rival Martin Schulz se montre si gentil à son égard qu'on le soupçonne de chercher plutôt à reconduire l'alliance gauche-droite actuelle. Cette concordance des discours, triste expression de la démocratie, laisse dans l'ombre plusieurs sujets épineux. Rappel des non-dits.

La sécurité. Les Allemands s'alarment de la criminalité qui progresse dans les grandes villes. Or le système policier paraît dépassé. La division des pouvoirs entre les communes, les Etats et le pouvoir fédéral conduit à des incohérences dont profitent les bandes criminelles. Les policiers formés à la vieille école sont éloignés du terrain, perdent prise sur les quartiers où règnent les voyous. Face à cette inquiétude, Merkel et Schulz ont quelques rengaines convenues mais aucun plan. Seule la CSU, l'alliée bavaroise de la CDU, tape sur ce clou. Mais pas sûr qu'elle...