Média indocile – nouvelle formule

Actuel

Fake news / Assagir les médias!

Jacques Pilet

5 décembre 2020

PARTAGER

Dans maints pays d’Europe, le vent souffle, plus ou moins fort, dans cette direction. On clame la nécessité de combattre les «fake news». On critique les journalistes. Les pouvoirs sont tentés de mettre leur nez sur les fonctionnements médiatiques. En France, jusqu’à la caricature. Mais en Suisse aussi…



Les Romands ont suivi, abasourdis, le débat français autour de la nouvelle loi dite sécuritaire. Le ministre Darmanin voulait carrément exiger les journalistes et photographes assistant aux manifestations de rue qu’ils s’inscrivent au préalable auprès du préfet! Une mesure pire qu’en Hongrie ou en Russie… Ce projet a été rembarré, mais on ne sait pas encore ce qu’il en restera. Domestiquer les médias, un vieux rêve.

On n’en est pas là en Suisse. Mais une idée bizarroïde court sous la Coupole fédérale. Définir le rôle des médias, de tous les médias!

Rappel. Une loi est en préparation qui permettrait des soutenir les journaux et les sites d’information, comme le sont les radios et télévisions privées. Cela selon des critères d’audience (payante), mais sans aucune réserve quant au contenu. Le Parlement doit encore se prononcer.

Mais deux conseillers aux Etats, Beat Rieder (PDC/VS) et Filippo Lombardi (PDC/TI), ont estimé que pour cela, il faudrait carrément modifier la constitution. Celle-ci, aujourd’hui, prévoit que la Confédération peut définir le mandat des médias de service public, en clair la SSR, financée par la taxe-impôt. Logique. Mais cela ne suffit pas aux deux députés démocrates-chrétiens, pardon… centristes. Ils ont déposé un projet d’initiative parlementaire. Outil peu utilisé mais, en cas de succès, qui permet d’inscrire une modification de la constitution, tout comme l’initiative populaire.

Le nouvel article n’y va pas par quatre chemins:

Art. 93 Médias Al. 1 La législation sur les médias relève de la compétence de la Confédération.

Al. 2 Les médias contribuent à la formation et au développement culturel, à la libre formation de l’opinion et au divertissement. Ils prennent en considération les particularités du pays et les besoins des cantons. Ils présentent les événements de manière fidèle et reflètent équitablement la diversité des opinions.

Al. 3 L’indépendance des médias ainsi que l’autonomie dans la conception des programmes sont garanties.

En clair, TOUS les médias seraient soumis au même cahier des charges que la SSR. Qu’ils reçoivent une aide publique ou non. Cette proposition, pleine de bonnes intentions, ignore cependant l’essentiel: une vraie démocratie exige une totale liberté d’expression, sous réserve des dispositions pénales déjà prévues. Nous avons besoin d’opinions, de coups de gueule, de visions multiples, même farfelues!

Ce texte invraisemblable a été soumis à la commission du Conseil des Etats le 3 novembre. Accepté par une majorité de 7 contre 5! Il sera examiné par la commission du Conseil national. Puisse celui-ci le balayer... On verra alors qui, au Parlement, est encore attaché à la pleine liberté d’expression. Il est à prévoir que la droite libérale balaiera cette demande d’un surcroît de pouvoir gouvernemental. Et la gauche? Suspense…

Frappante, l’absence de réaction des journalistes jusqu’à ce jour. A mettre au compte sans doute de leur surcharge au Palais fédéral. La seule protestation enregistrée, dès la veille du débat en question, c’est celle de la section suisse de Reporters sans frontières. Qui dit «non à un assujettissement de la presse à un mandat général de prestation inscrit dans la Constitution».

Plus précisément:

«Le nouvel article constitutionnel proposé donnerait à l’Etat fédéral le pouvoir de légiférer sur l’ensemble des médias, quel que soit leur support technologique ou de diffusion. Il permettrait à la Confédération de fournir une aide directe aussi bien à la presse imprimée – ce qui est impossible actuellement – qu’aux médias en ligne et audiovisuels. RSF Suisse soutient cet objectif et reconnaît que les bases constitutionnelles actuelles, dont l’origine remonte à une époque antérieure à l’arrivée du web, ne correspondent plus à la réalité du 21e siècle. Toutefois, pour nécessaire qu’elle soit, l’aide aux médias ne doit pas servir de prétexte pour restreindre la liberté de la presse. Or, le texte qui doit être débattu par le Conseil des Etats y porte une atteinte inacceptable. Il propose en effet de soumettre la presse, sans la moindre justification, au même mandat de prestation que celui qui incombe aujourd’hui à la radio et à la télévision, spécialement aux programmes de service public. Cela signifie que les journalistes de la presse écrite pourraient se voir imposer des contraintes analogues: mandat culturel, représentation de la diversité des opinions, présentation fidèle des faits, etc. Avec, à la clé, les mêmes contrôles juridiques possibles sur les contenus publiés.»

En fait, la proposition Lombardi/Rieder a heureusement peu de chances d’aboutir. Mais elle lance un signe d’alarme. Tous les pouvoirs, même les plus modérés, sont tentés d’«assagir» les médias. C’est à nous tous de dire: non! On refuse la soupe mise aux normes fédérales. Beurk.

VOS RÉACTIONS SUR LE SUJET

8 Commentaires

@Philemon 05.12.2020 | 11h17

«Oui, merci M. Pilet. Et comment exiger de la RTS que des personnes telles que vous soient plus souvent invitées pour s'exprimer, comme vous avez pu le faire dans Forum la semaine dernière? Hier encore et jeudi soir, les interventions des politiques et d'une médecin étaient d'une incroyable idiotie. (La médecin conseillait de rester chez soi si l'on ne se sent pas très bien, même si on est testé négatif, car on peut être testé négatif et quand-même porteur du virus..! Mais alors à quoi servent les tests? Et cette idée qu'il serait dangereux d'avoir plus de deux membres de familles différentes à une même table de restaurant, ça vient d'où? Nous nageons en plein délire. Et Darbellay de nous rappeler que le port du masque sera obligatoire pour aller skier. Il ferait mieux de s'appliquer à lui-même le port du préservatif lors de relations extra-conjugales; là au moins, l'efficacité est démontrée de longue date.»


@Lagom 05.12.2020 | 19h02

«@Philemon : Votre attaque contre M. Darbellay est en dessous de la ceinture et rien ne peut la justifier. Ils invitent M. Pilet je pense pour attirer l'audience et non pas parce qu'ils l'apprécient plus que les autres. Pour les tests et la pandémie: nous sommes dans l'abus à tous les étages et tout est bon pour faire payer l'Etat au lieu et en place des assurances qui nous coûtent abominablement chers. Le mot d'ordre est de dépenser sans regarder puisque la Confédération régale. La conscience professionnelle est morte y compris dans le domaine médical, ils trouvent anormalement trop de Covid 19 chez les patients hospitalisés pour coller la facture à Ueli Maurer. La conscience professionnelle n'existe presque plus quand l'argent est l'enjeu !»


@Eggi 06.12.2020 | 15h49

«Monsieur Pilet a raison: ainsi qu'il l'écrit lui-même, "les journalistes de la presse écrite pourraient se voir imposer ... (une) présentation fidèle des faits". Quelle horreur!
Quant à Philemon et Lagom, tout occupés à encenser ou fustiger Jacques Pilet, ils en oublient que le sujet est une éventuelle loi sur les médias...»


@Lagom 06.12.2020 | 17h55

«@ Eggi : tout comme vous ne voulez pas laisser imposer aux journalistes certaines choses, ne m'imposer pas une ligne précise pour mes commentaires, merci ! »


@Francois 07.12.2020 | 17h59

«Ce serait drôle qu'on en arrive là, non? Les médias non publics se feraient un plaisir de transgresser l'esprit et la lettre, nous entrerions en résistance, avec des brigades médiatiques internationales en renfort, etc. La liberté d'expression dont nous bénéficions ici est parfois d'un ennui. Heureusement qu'il nous reste la loi antiraciste pour faire de temps en temps du borderline. Mais il n'y a même pas de racisme en Suisse. Alors contentons-nous du mainstream et de sa ferveur à vouloir réguler la pensée. Amicalement.»


@evo 12.12.2020 | 13h05

«Oui il faut vraiment surveiller tout projet de loi qui grignoterait la liberté d'expression et bien sûr celle des journalistes. Le prétexte de la pandémie covid-19 où autres ne se justifient pas. Je souhaite vivement que la gauche aux Chambres fédérales y veillent et condamnent toute velléité de rogner sur nos libertés fondamentales, libertés garantissant bien sûr les bases essentielles de notre démocratie. Il ne faut pas avoir peur de la presse...même si elle dérange parfois.
Eric Voruz, Morges (VD)»


@Lagom 10.01.2021 | 08h31

«La meilleure façon pour la Confédération d'aider la presse est de supporter une petite partie des abonnements des personnes physiques aux journaux/magazines, etc. sans distinguer entre les rédactions. Il faut que la presse se rassemble aussi pour offrir un large spectre de titres (bouquets) aux consommateurs à des prix abordables.»


@Philippe37 19.01.2021 | 10h11

«Je crois qu’il n’y a pas besoin d’assagir les media, ils sont déjà formatés. Nous avons été heureux de découvrir BPLT qui fait souffler un petit vent de liberté dans le totalitarisme ambiant. Pour sortir de la cloche médiatique, nous suivons aussi france soir, pratiquement le seul media indépendant en France. Fondé en 1941, comme journal résistant ,il reprend pleinement son rôle ! Loin d’être franco français, il couvre dans de longues interviews pas mal d’actualité internationale. Lui seul, je crois, a développé 30 ans de pédophilie à la RTS.»


À lire aussi