Média indocile – nouvelle formule

# 28 janvier 2022

semaine n°4

Actuel

L’Ukraine et les trous de mémoire

Jacques Pilet

La nouvelle la plus folle de la semaine: les Etats-Unis et quelques pays européens rapatrient leurs ressortissants établis en Ukraine. Comme si des Talibans allaient d’un jour à l’autre envahir Kiev. Episode ridicule de la guerre de l’info entre l’est et l’ouest, comme au temps de la guerre froide. On lit ces jours une foule d’hypothèses et d’analyses délirantes. Sur fond d’ignorance et de déni historique.

Oui, la Russie a massé des troupes à la frontière. Sur son sol et celui de son allié biélorusse. Qu’elle fasse ainsi pression pour que l’Ukraine ne devienne pas une tête de pont de l’OTAN à sa porte, c’est évident. Qu’elle envisage, comme tant le disent, l’invasion de ce pays plus grand que la France, c’est invraisemblable. Quel serait l’intérêt d’occuper un pays attaché à son indépendance? On peut faire bien des reproches à Poutine, mais pas celui de la déraison mégalomane. Cet animal à sang-froid sait qu’un tel conflit enfoncerait la Russie dans un désastre comme elle l’a connu autrefois en Afghanistan. Il a bonne mémoire. Les Occidentaux beaucoup moins. Ceux-ci veulent oublier que ces deux pays sont profondément liés par l’histoire, parfois tragique, parfois féconde. Voir leur voisinage pacifié est une aspiration profonde des deux peuples. Seuls les Allemands, semble-t-il, ont le passé en tête. D’où leur refus de rejoindre la frénésie anti-russe de leurs partenaires. Le chancelier Scholz a rappelé la responsabilité de son pays dans les tragédies du XXème siècle, et les sacrifices incommensurables de la Russie pour mettre fin au cauchemar nazi. Son propos en deux mots: restons calmes. Lire la suite...


Le dessin de la semaine

« C'est beau »

Un dessin Tony Marchand