Média indocile – nouvelle formule

# 9 avril 2021

semaine n°14

Suisse

Un printemps d’émeutes en vue?

Sarah Dohr

Avec les températures plus élevées que le printemps apporte inexorablement, l'envie des jeunes de se retrouver et de faire la fête monte. Ce qui n’est pas compatible avec les décrets d’urgence Covid. En Suisse et dans plusieurs autres pays, au nom de la santé, les droits fondamentaux sont restreints depuis une année. La police intervient régulièrement pour disperser ces jeunes. Avec comme résultat des vitres cassées, du gaz lacrymogène et des arrestations. Verra-t-on émerger un climat d’émeutes sporadiques à l’image des banlieues françaises? Le point sur la situation ici et ailleurs.

La fermeture des centres de fitness, des restaurants, des bars, des clubs et des cinémas fait sortir les jeunes en masse. Ils affirment tous qu’ils ont des besoins fondamentaux, de leur âge: se retrouver dans la soirée avec des amis, ouvrir une bière ou deux, danser, faire des rencontres, c’est si important. Mais dès que la limite de 15 personnes dans la rue est dépassée, la police intervient. Et pourchasse ces rassemblements dits illégaux.  Ces deux dernières semaines, la police a dispersé des groupes de fêtards dans plusieurs villes de Suisse, comme à Sion où 300 étudiants se sont réunis dans une atmosphère bon enfant sur la place Planta, avant que quelques casseurs interviennent. Autre rassemblement avec une centaine de jeunes à Rheinhafen à Bâle. Une centaine aussi à Schaffhouse ou encore quelques dizaines de jeunes gens à St-Gall, vite rejoints par d’autres. Là, la confrontation avec la police a dégénéré. Ce qui avait débuté comme une soirée tranquille avec quelques noctambules le 26 mars, a tourné à l’émeute après l’intervention de la police. Lancers de pierres, vitrines cassées, arrestations. Comme si une soupape avait lâché chez les plus mécontents. Après cette nuit agitée, des jeunes se sont donné un nouveau rendez-vous le Vendredi-saint, au même endroit. Rebelote, cette fois-ci avec 400 jeunes. Bilan: deux blessés, 50'000 francs de dégâts, 21 arrestations, 33 expulsions de la ville. Lire la suite...


Le dessin de la semaine

Actuel / Attention, chutes fréquentes - Tony Marchand