keyboard_arrow_left Retour
Le billet du vaurien

Psychologie en miettes

Une question à laquelle il serait malséant de répondre: la laideur du corps répond-elle en bonne sémiologie physiognomonique à celle de l'esprit?

***

Ce qui m'a dissuadé de me suicider, c'est l'impression que je ferai beaucoup d'honneur à une chose aussi vaine que la vie.

***

Dès lors que la bienséance et la logique basculent soudain dans la vulgarité et l'absurde, l'humour reprend ses droits.

***

Et si l'antisémitisme était un don de Dieu? Sans lui, il y a longtemps que le peuple juif aurait disparu.

***

Le peuple juif a toujours eu un problème. Il y a trop de mémoire par personne, surtout la mémoire d'atrocités. Hitler eut-il exterminé six millions de Belges, qui s'en soucierait encore aujourd'hui?

***

Adopter une pose tragique, c'est reconnaître qu'on peine à s'extraire d'une puberté prolongée et ridicule.

***

Se désolidariser de son passé est encore la meilleure recette pour ne pas vieillir. Tout reniement rajeunit.

***

Faute d'un Moi transcendantal, toute psychanalyse est bornée, sans fin, inutile, vouée à des explications qui n'expliquent rien. Le Moi est le point noir de la conscience. Freud s'y est heurté, Lacan l'a contourné. Le premier lui a substitué une mythologie baroque, le second des jeux de mots pour amateurs de mots croisés. N'est-il pas étrange que lorsque nos angoisses se dissipent, nous ne les comprenions plus? 

***

Tout remord est indécent, tout regret grotesque.

***

Je parle mieux de moi-même que des autres qui m'ennuient et du monde qui m'indiffère. Mais ne le dites à personne!

Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr, Geoffrey Genest, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud (président), Jacques Pilet, Chantal Tauxe, Faridée Visinand, Ondine Yaffi (ordre alphabétique).

© 2019 - Association Bon pour la tête | une création WGR