keyboard_arrow_left Retour
CHRONIQUE / Brèves de transport

Le clochard littéraire de la ligne 9

T ous les jours que Dieu fait, j’emprunte le bus No 9 des Transports publics lausannois (TL) entre Lutry et le centre de Lausanne. Et vice-versa. C’est tout un monde. Ou plutôt, ce sont des mondes, suivant l’heure à laquelle on y grimpe. C’est surtout l’occasion de tomber sur des portions d’humanité que l’on n’a pas forcément l’occasion de fréquenter assidument.

Ce matin-là, à l’arrêt «Marronnier», monte un hurluberlu sexagénaire sale, mal rasé et mal fringué. Presque pas fringué, à vrai dire, puisqu’il est en t-shirt et espadrilles alors qu’il gèle à pierre fendre. Son pantalon de survêtement noir est en lambeaux et il manque de le perdre à chaque pas. D’une voix de stentor, il dit «Bonjoooour!» à la cantonade, ce qui incite les passagers à se rencogner sur leur siège en regardant fixement ailleurs. Puis il fonce sur moi: «Je vous connais, vous êtes journaliste, vous avez travaillé longtemps en Italie. C’est quoi votre nom déjà?» Je le lui dis, il s’en souvient. Et s’assied à côté de moi. Quelle mémoire! me dis-je.

L’espace de quatre arrêts – disons six minutes – le singulier bonhomme m’explique qu’il adore Andrea Camilleri, qu’il a lu tout Italo Calvino en version originale, qu’il regrette la disparition de Fruttero & Lucentini, ces deux auteurs qui ont écrit tous leurs livres à quatre mains. Puis il passe à la littérature russe, me cite Le pavillon des cancéreux de Soljenitsyne et d’autres œuvres que je n’ai jamais lues. Je saurai encore qu’il a été bibliothécaire à l’Université de Lausanne ainsi qu’au Département des langues et littératures slaves de celle de Genève; que sa grand-mère venait de Domodossola et s’appelait Imperiali.

Juste avant de descendre, il me brandit sous le nez son abonnement de bus. «On dirait que je sors du goulag, hein?», dit-il en désignant la photo. Moi, je déchiffre plutôt son nom: Maurice Trollux. Une énigme. Comment fait-on pour se clochardiser pareillement quand on fréquente la grande littérature? Déjà engagé dans la porte de sortie, Maurice avise une quinquagénaire qui a fait de son mieux pour ne pas le voir ni l’entendre: «Au revoir, Madame, bonne journée!», vocifère-t-il. Elle sursaute, fixe désespérément la pointe de ses chaussures et, lorsque l’olibrius lettré est dehors, pousse enfin un grand soupir de soulagement.

Je me réjouis de revoir Maurice.


Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr (présidente), Geoffrey Genest, Yves Genier, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud, Jacques Pilet, Chantal Tauxe (ordre alphabétique).

© 2020 - Association Bon pour la tête | une création WGR