Média indocile – nouvelle formule

Analyse

Analyse / Gare au grand déclassement

Guy Mettan

20 mars 2021

PARTAGER

On n’est toujours pas sorti de la crise mais on commence à entrapercevoir ses conséquences politiques, économiques et sociales. Elles ne sont pas souriantes. Tentons d’esquisser un inventaire des maux que la pandémie aura laissés derrière elle quand elle aura reflué.



Les dégâts sont de tous ordres. Sur le plan sanitaire, il faudra réexaminer pourquoi les plans de lutte contre les épidémies ont mal fonctionné, pourquoi nous n’étions pas prêts et nous nous sommes laissés surprendre, pourquoi le système hospitalier, imprégné d’idéologie managériale à courte vue, obsédé par la gestion de lits et de matériel et d’équipement à flux tendus, a liquidé toute idée de stocks et de réserves. Pourquoi la médecine de ville et la médecine clinique ont été écartées au profit des chercheurs, statisticiens et théoriciens. En un mot: d’un scientisme niais.

De même, le lien public-privé, ou plutôt entre l’Etat et les pharmas, devra être analysé. Le modèle qui consiste à étatiser les pertes (traitement du Covid par les hôpitaux publics) et à privatiser les bénéfices (traitements coûteux et inefficaces comme le remdesivir et fabrication subventionnée de vaccins par un secteur privé qui cumule bénéfices d’exploitation et explosion des dividendes et de la valeur de ses actions). A revoir aussi, le modèle des pharmas qui se sont débarrassés de leurs labos pour sous-traiter la recherche à des start-ups et à des labos publics financés par le contribuable mais liés à eux par des chaires ou des contrats de recherche privés.

Sur le plan social et économique, il faudra reconstruire les secteurs sinistrés, financer le chômage, faire face à la diminution des recettes fiscales, trouver des moyens pour amortir la dette. Il faudra aussi reconstruire le lien social et la confiance politique dévastés par la crise, tout en limitant les dégâts du creusement des inégalités subis par les jeunes, les étudiants, les artistes, les cafetiers-restaurateurs et l’ensemble des bas revenus frappés par les RHT.

A court terme, on voudra oublier tout ça. Comme dans un après-guerre, on voudra revivre comme avant, et même plus qu’avant. Mais à moyen terme, le malaise social va ressortir s’il n’est pas traité.

Et sur un plan géopolitique, il faudra nous faire à l’idée que l’Occident aura été déclassé par la Chine, et même par la Russie ou Israël, en termes de gestion de la crise, de capacité vaccinale et de reprise économique. Le produit national brut a continué à croître alors que celui du monde occidental s’est effondré. Avec la crise sanitaire, le fossé entre l’Asie et l’Occident s’est agrandi tant sur le plan économique que sur le plan symbolique. L’inefficacité de la riposte américaine et européenne, la lenteur de la vaccination, les polémiques entre scientifiques, politiques et « complotistes », la gabegie qui a suivi les élections américaines ont décrédibilisé nos institutions et écorné durablement notre image.

Dur, dur sera le réveil. Mais rien ne sert de larmoyer, il faut se mettre tout de suite au travail et panser nos plaies.  Le plus tôt sera le mieux.

VOS RÉACTIONS SUR LE SUJET

10 Commentaires

@Qovadis 20.03.2021 | 16h53

«Autre bizarrerie: quelqu’un pourrait-il m’expliquer pourquoi la Suisse a commandé 35,8 millions de doses de vaccin contre le Covid alors que sa population est de 8,7 millions d’habitants.»


@brigo 20.03.2021 | 18h49

«"Dur, dur sera le réveil. Mais rien ne sert de larmoyer, il faut se mettre tout de suite au travail et panser nos plaies. Le plus tôt sera le mieux."
Encore faudra-t-il que les décideurs nous laisse nous y mettre. Car j'ai bien peur que ce ne soit pas dans leur intérêt ! Car ce jour-là, l'heure de devoir rendre compte aura sonné, et la facture risque bien d'être, pour eux, salée.
Ils n'ont dès lors d'autre choix que de poursuivre leur politique actuelle.
Et on n'est pas sorti de l'auberge ! Et croyez-moi, le prétexte du SARS-COV 2 ne s'arrêtera jamais, car, comme la grippe, à chaque saison il est différent (c'est le propre des virus de changer !)»


@yeppo 21.03.2021 | 10h04

«Remarquable analyse! A diffuser sur les réseaux sociaux svp et à télécharger si possible!»


@Apitoyou 21.03.2021 | 10h36

«Il aurait été intéressant de poursuivre l’analyse en prenant des hypothèses concrètes comme par exemple ce qui se passera en 2022 lorsque les recettes fiscales que ce soit nationale, cantonale, communale , auront chutées de -disons- 20% pour prendre un chiffre réaliste, mais qui sera peut-être plus élevé. »


@JeanMarc 21.03.2021 | 16h07

«Très bonne analyse merci
Au fait, que pensez-vous de la gestion suédoise?»


@Eggi 22.03.2021 | 22h55

«Et tout cela -et même plus- n'est jamais venu à l'esprit de nos autorités (législatives et exécutives). Il faut donc, selon Monsieur Mettan- les remplacer par une phalange de journalistes lucides...»


@moretet53 23.03.2021 | 14h55

«Petite réponse à @Qovadis. La Suisse a commandé environ 4 doses par habitants, j'y vois deux raisons:
- Les vaccins ont été commandés à plusieurs fabricant avant de savoir si les-dit fabricant pourraient enregistrer et livrer leurs vaccins. Commander plus que nécessaire permet de ne pas se trouver à cours de vaccin si un ou des fournisseurs ne peuvent pas livrer.
- Avec un nombre plus élevé de vaccins commandés, le gouvernement se donne la possibilité de revacciner la population après une année si nécessaire.

Comme pour toute action préventive dans un monde imprévisible, le gouvernement se trouve pouvoir être accusé de dilapider les fonds public en prévoyant trop ou d'être incapable de répondre convenablement à une crise en prévoyant trop peu.

Il y a là toute sortes de possibilité pour des journalistes de critiquer à peu de frais.»


@Qovadis 28.03.2021 | 18h14

«Merci à Moretet53 pour sa réponse.»


@Philippe37 04.04.2021 | 10h16

«Tout d’abord merci aux journalistes de BPLT de faire leur travail. Vraiment, merci.
Permettez-moi quelques réflexions générales :

L’accès au corps (test, vaccin, contrôle) autrefois prérogative du parent, de l’amant, parfois médicale devient largement licite à toute « autorité » (pensez aux contrôles aéroportuaires inouïs depuis 2001). Il est même la pierre angulaire de ce nouvel ordre mondial (Schwab, « great reset »,4ème révolution industrielle and co.) Il importe donc que les pouvoirs en place (et pas forcément démocratiquement élus) bloquent toute velléité de s’y opposer : voir la pérennisation d’un état d’urgence, les mesures terroristes de l’état etc. au nom d’un virus...qui ma foi trompe encore beaucoup de gens (malgré chiffres officiels et moultes articles prouvant sa modestie y.c bplt)
Cela m’amène à 2 autres remarques:
1)J’ai longtemps voulu croire - naïvement- à la bienveillance des autorités, des media, dans l’ensemble, à l’égard du peuple. Mais y-a-t’il une seule loi votée pour expressément élargir la liberté, la vie ? L’an dernier m’a décillée. Radicalement. Définitivement. Nos autorités haut-placées mentent, sciemment. Les autres par inconscience ordinaire sont dans «  la banalité du mal ». J’en fais encore le deuil. Beaucoup de nos concitoyens préfèrent le déni.
2)On est en plein changement de paradigme...en train de liquider celui de la Renaissance qui a généré le modèle de pensée linéaire et ce monde de la séparation que nous ne connaissons que trop. La découverte - il y a plus d’un siècle quand même- d’un monde quantique et... Un - rejoignant en cela les sagesses de tous les temps - met au grand jour la nocivité et la faillite de ce système déterministe et matérialiste de barbarie généralisée à l’égard du vivant... terre, animaux, plantes, humains. Traquer un virus comme nos autorités le font est juste hallucinant. Il reflète leur délire et représente le summum de la faillite de la coûteuse médecine occidentale.
Le vieux monde se défend becs et ongles.... notre défi est de le « mettre hors-jeu » (selon l’expression de Stéphane Hessel) avec détermination et si possible bienveillance ...ils sont une facette de nous-mêmes... Il est temps de vivre enfin une vie humaine.

Martine Keller
»


@bonpourmoi 10.04.2021 | 19h48

«Cela aurait pourtant été bien simple si les médecins généralistes ou de famille auraient pu soigner et écouter les gens avec des solutions de médicaments pas cher mais efficace, si les médiats auraient eux plus d'intérêts pour le peuple. Et en arrêtant de s'adresser aux citoyens comme à des enfants diminués...Si vous dites à un enfant même pendant moins d'une année mais tous les jours... fait attention... Met ton Masque...ne fréquente personnes de trop prêt, car il y a la maladie autrement les grands-parents etc..Il deviendra...quoi..? Jamais en une année nous n'avons entendu une seule phrase constructive et positives! Je sais qu'en Israël leurs grande capacité vaccinale...ils le paye très cher...! je crois qu'aujourd'hui personne ne peu plus envier personne, on veut absolument nous faire croire qu'on ne peu plus vivre sur notre terre sans être médicalisé...nous sommes au même niveau que l'insecte ..ils ont déjà modifié presque tout le vivant et maintenant c'est NOUS...»