keyboard_arrow_left Retour
LU AILLEURS / L’emprise du milieu

Qui arrêtera la conquête chinoise?

L e plus grand port du Kenya s’apprête à tomber entre les mains des Chinois, rapporte le site Kaieteur news. L’empire de Xi Jinping s’étend progressivement par-delà les frontières, les océans et les continents. L’Afrique et l’Amérique du sud sont les premiers concernés, mais tout porte à croire que ce n’est que le début...

Dans le documentaire Le monde de Xi Jinping, récemment diffusé sur Arte, la stratégie développée par la Chine et son dirigeant «à vie» ne laisse pas de place au doute. Le but? Imposer le communisme sur la planète et restaurer la grandeur de l’Empire du Milieu. Pour ce faire, la Chine investit massivement dans des pays qui ont besoin de fonds importants pour continuer à se développer, pour ensuite leur faire payer le prix fort lorsque ces derniers n’ont pas de quoi rembourser leur dette. Ainsi, le port principal kenyan situé à Mombasa s’apprête à tomber entre les mains des prêteurs chinois, tout comme ses milliers de travailleurs, ainsi que le Container Depot de Nairobi, qui reçoit et expédie les marchandises transportées par les nouveaux trains de fret à partir du port maritime. La Chine s’octroiera également les revenus du port. Evidemment.

A l’origine de ce prêt contracté en 2016, la construction de deux tronçons du Standard Gauge Railway, une ligne de chemin de fer qui doit relier Mombasa à Nairobi. Dans un article publié cette année-là, Le Monde nous apprenait que les entreprises kényanes n’ont reçu que 25% du prêt chinois, estimé à 500 milliards de shillings (environ 5 milliards de dollars) car ces derniers ont choisi de faire appel à des matériaux de leur propre pays. Un procédé que l’on retrouve d’ailleurs dans la plupart des investissements de la Chine sur le continent Africain (voir notre reportage au Niger).

En 2017, le Sri Lanka a légué son port à la Chine pour les 99 années suivantes, dans un contexte similaire. En septembre dernier, l’aéroport international Kenneth Kaunda, en Zambie, est revenu à la Chine, toujours pour les mêmes raisons.

«La Chine s’empare lentement des points stratégiques de commerce et de défense de la région.»

La conquête de l’Amérique latine fait également partie des aspirations chinoises, qui, selon toute vraisemblance, souhaiterait relier l’Asie, l’Océanie, l’Europe, l’Afrique et les Amériques via des routes, des voies ferrées, des oléoducs et des gazoducs.

La question a été largement abordée récemment dans le magazine digital de l’armée états-unienne en Amérique du Sud, Dialogo: «… la Chine s’empare lentement des points stratégiques de commerce et de défense de la région, peut-on y lire. La tactique est claire et la Chine l’utilise dans d’autres parties du monde: de l’argent pour les ports en échange de l’énergie.»

Dans la ligne de mire de Pékin, qui fait pleuvoir les investissements et multiplie les projets, on trouve également d’importants ports mexicains (90 millions de dollars investis), péruviens ($2 millions), colombiens ($16 millions), uruguayens ($200 millions) et panaméens: «La société chinoise Landbridge Group est en train de construire le port à conteneurs Panamá Colón, un terminal destiné aux navires néo-panaméens, avec un investissement de plus d’un milliard de dollars américains, rapporte Dialogo. En outre, la société chinoise Harbour Engineering Company Ltd. construit une station portuaire pour les croisières dans la région d’Amador.»

Au Brésil, la Chine a racheté la société qui gérait le second port le plus important du pays pour 935 millions de dollars en 2017.


Retrouvez l’article original de Kaieteur News en cliquant ICI!

VOS RÉACTIONS SUR LE SUJET

2 Commentaires

@Granda 28.12.2018 | 16h36

«Il ne faut pas blâmer les chinois.
Selon l'adage égyptien "si vous voyez un âne qui passe et vous ne le montez pas, Dieu vous punira". »


@Bogner Shiva 212 06.01.2019 | 13h11

«Rien ! Absolument rien, comme pour certaines races de fourmis la totalité prime sur l'individu, et les objectifs totalitaires sont clairement définis et surtout mis en chantier et en pratique sitôt terminés. La grande différence avec n'importe quel autre pays et nation de cette planète ! Le résultat point barre ! Et les tergiversations stériles de nos gouvernements sont la vitrine parfaite de l'inefficacité de notre vison du monde ! Un jour la Grande Chine va fermer tous les robinets qui alimentent nos systèmes obsolètes, TOUS ! Et la vision globale de la pensée de la Chine s'imposera sur cette planète...et nous, nos gouvernements divisés et corrompus par la seule vison du profit immédiat n'auront AUCUN autre choix que d'y souscrire. Quand je dis TOUS les robinets je parle de l'énergie, sans, pas de civilisation, la finance...pas besoin de faire un dessin , un môme de 12 ans sera capable de le faire ! Et inutile d'avancer la stérile pensée de l'individu libre et autonome, il y a bien longtemps que cette vision hypnotique est totalement sans aucun fond sérieux quand on y réfléchit de manière honnête...La seule et unique dynamique de n'importe quelle espèce vivante est sa reproduction , sa pérennité il n'y en a pas d'autre sinon ce n'est pas vivant. Et la seule et unique solution qui peut être mise en pratique actuellement pour assurer la notre de pérennité, c'est l'attitude d'une espèce qui a survécu quelques millions d'années...celle des fourmis. Ignorer cette possibilité comprise par la Chine et ses dirigeants sera la disparition de NOTRE société...pas la leur...»


Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr, Geoffrey Genest, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud (président), Jacques Pilet, Chantal Tauxe, Faridée Visinand, Ondine Yaffi (ordre alphabétique).

© 2019 - Association Bon pour la tête | une création WGR