keyboard_arrow_left Retour
LU AILLEURS / Chine

La revanche de Xi Jinping

D ans un documentaire diffusé mardi dernier sur Arte, l’enfance ainsi que l’accession au pouvoir du dictateur chinois sont retracées, afin de permettre de mieux comprendre l’état d’esprit et les aspirations du leader de la seconde puissance mondiale. Xi Jinping est parti pour marquer l’histoire, comme le rapporte «Libération».

En Chine, il est interdit de critiquer le président sous peine d'emprisonnement. © Arte


Un mélange d’inquiétude et d’admiration. C’est le sentiment paradoxal que laisse le documentaire Le monde de Xi Jinping, qui relate à merveille la manière dont le destin du président chinois est lié à l’histoire de son pays. Comme la Chine, Xi Jinping était voué à un avenir radieux avant de tomber de haut et de subir persécution, traitements inégaux et humiliation. En 1962, alors qu’il est âgé de neuf ans, son père est accusé de fomenter un complot contre Mao Zedong et est envoyé en prison. Le jeune Xi Jinping passe donc de fils de personnage de hauts rangs du Parti communiste à traître à sa patrie. Il est obligé de dénoncer son père et d’intensifier son soutien au gouvernement pour ne pas subir le même traitement. A 15 ans, il est envoyé en «rééducation politique» dans la campagne, où il doit s’astreindre à toute sorte de travaux des plus durs. Des conditions de vie si difficiles qu'elles pousseront sa soeur au suicide. C’est à ce moment-là qu’il décide de ne plus jamais faire partie des victimes.


Le jeune homme a perdu sa soeur dans des conditions dramatiques. © Arte

A 22 ans, grâce à un ami qui efface son dossier et au bout de la neuvième tentative, il rejoint le Parti communiste chinois (PCC) et va alors en gravir les échelons un à un jusqu’à en devenir le secrétaire général et être élu chef de la République populaire de Chine en novembre 2012. Pragmatique, Xi Jinping a fait changer la Constitution afin de pouvoir s’autoproclamer président à vie. Son but: asseoir le communisme partout sur la planète et rétablir la grandeur de la Chine en en faisant la première puissance mondiale d’ici à son 100e anniversaire, en 2049.

Pour ce faire, Xi Jinping, plus prophète que président, étend peu à peu son pouvoir dans le reste de l’Asie, en Europe et en Afrique, où il n’a pas hésité à arroser les dirigeants corrompus de billets verts afin de faire fructifier l’industrie chinoise. Il a acheté le silence de ses citoyens persécutés, instauré un climat totalitaire dans son pays, fait les yeux doux à l’Afrique et ouvert des brèches dans l’Union européenne afin d’insérer sa politique.

Mieux vaut ne pas se laisser berner par son affabilité de façade. © Arte

«Laissez donc la Chine dormir, car lorsque la Chine s'éveillera le monde entier tremblera», aurait dit Napoléon 1er. La Chine de Xi Jinping semble bel et bien être en train de se réveiller...


Retrouvez l'article original de Libération en cliquant ICI!

Amèle Debey

Amèle Debey est journaliste RP autodidacte depuis 2009. Elle a fait ses armes à Paris, puis à Lo...

VOS RÉACTIONS SUR LE SUJET

1 Commentaire

@Frenetik 22.12.2018 | 01h35

«Encore une fois BPLT sait choisir, même quand il "lit ailleurs", les sujets les plus passionnants. L'histoire de Xi Jinping est édifiante. Elle est surtout celle de dizaine de milliers de fils de cadres de la 1re génération de dirigeants communistes. Mao Zedong, alors adepte de la révolution permanente, avait lancé deux ou trois fois dans les années 1960-70 et début 80 des campagnes prétendument anticorruption mais qui servaient surtout à asseoir son pouvoir en dressant le peuple contre les élites. La célèbre Révolution culturelle est l'une d'entre elles et Xi Jinping en a souffert. Pour les personnes qui seraient intéressées à comprendre ce mécanisme politique et en même temps à se plonger dans la vie d'un village chinois qui recevait des "fils de bourgeois corrompus" pour les "rééduquer", je conseille de lire l'oeuvre de Dai Sijie, et particulièrement "Balzac ou la petite tailleuse chinoise" (il existe en poche). Roman largement autobiographique, truffé d'anecdotes simplement incroyables sur l'époque et sur la crédulité des paysans de montagne chinois à cette période, il approfondit avec beaucoup de finesse et d'intelligence l'analyse des mécanismes qui font basculer les individus, les villages, les foules d'un côté ou de l'autre.»


Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr (présidente), Geoffrey Genest, Yves Genier, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud, Jacques Pilet, Chantal Tauxe (ordre alphabétique).

© 2019 - Association Bon pour la tête | une création WGR