keyboard_arrow_left Retour
ACTUEL / Irlande

Pendant que le pape prie, les victimes défilent

A l’occasion de la visite papale, des milliers d’Irlandais sont descendus dans la rue pour une marche silencieuse destinée à dénoncer les abus perpétrés par des membres de l’Église catholique depuis les années 1980, comme le rapporte le site du «Irish Times».

Stand4Truth, c’est ainsi qu’a été baptisée la manifestation silencieuse qui s’est tenue le dimanche 26 août, à Dublin, au même moment que la messe du Pape François. Selon le site du Irish Times, ce sont environ 5000 personnes qui se sont réunies pour dénoncer les abus dont des membres du clergé irlandais se sont rendus coupables au fil des ans. La veille, le représentant de l’Église catholique avait témoigné de sa «honte» et de sa «souffrance» au sujet de ce qu’il a qualifié de «crimes ignobles»: «Je ne peux que reconnaître le grave scandale causé en Irlande par les abus sur les mineurs de la part des membres de l’Église chargés de les protéger et de les éduquer», avait-t-il déclaré.

 

Les rues de Dublin gardent les traces de la manifestation. © Twitter @graapples

La manifestation, organisée par un membre d’Amnesty International lui-même victime de viol au sein de l’église, s’est déroulée en présence de nombreux artistes qui ont assuré le show, au milieu des pancartes bleues et jaunes marquées des notions de vérité, de justice et d’amour. De nombreuses victimes d’abus ainsi que leurs familles étaient présentes, selon le site du journal irlandais.

 

La messe du pape se tenait au même moment. © Twitter @NickyRyan_

«Ce qui arrive à l’un d’entre nous arrive à nous tous… a déclaré l’organisateur, Colm O’Gorman. Aujourd’hui, notre réponse est l’amour. La plus puissante manière de le faire est de défendre la vérité des faits, défendre l’idée que c’est important à l’heure actuelle, mais également demain, le jour suivant et le jour d’après.»

Depuis les années 80, le clergé irlandais est au cœur de nombreux scandales tels que les prêtres pédophiles, l’esclavagisme de jeunes filles, les bébés enterrés dans des fosses communes, ou encore les cas d’adoption illégale, comme le relate le journal La Croix dans son article.


Lire l’article original, en anglais, sur le site du Irish Times.

Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr, Geoffrey Genest, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud (président), Jacques Pilet, Chantal Tauxe, Faridée Visinand, Ondine Yaffi (ordre alphabétique).

© 2018 - Association Bon pour la tête | une création WGR