keyboard_arrow_left Retour
LU AILLEURS / ECOLOGIE

Les SUV, une espèce (peut-être) en voie de disparition

G rands pollueurs, les sport utility vehicle (SUV) n’ont pas de beaux jours devant eux. A en juger par plusieurs pétitions et dispositions à travers le monde, ces véhicules de plus d’1,5 tonnes ne vont sans doute pas tarder à être fortement taxés. Et donc, peut-être, à disparaître progressivement, au bénéfice de la planète. Petite revue de presse.

«Ça s’en va et ça revient», voilà comment Claude François définissait la chanson populaire. La mode, c’est précisément l’inverse: ça vient et ça repart. Cela semble être le cas des voitures SUV, qui faisaient leur entrée dans la gamme des modes occidentales à l’orée des années 2000 et qui semblent destinées à une vie plus courte que ce que l’on imaginait. C’est du moins ce que se demandent de plus en plus de nos confrères en Europe et aux Etats-Unis.

La spécificité du sport utility vehicle? Il est plus haut et plus lourd qu’une voiture lambda. En somme, 100% viril. Et ce n’est pas tout: il offre de grandes capacités de tout-terrain ou de remorquage. De quoi convaincre tous les beaufs de cette partie de la planète – et pas seulement en montagne... Très prisés au début de notre siècle aux Etats-Unis puis en Europe, la cadence s’accélère dès 2012. Avec des effets non négligeables en termes d’accidents et de pollution.

Les accidents, d’abord. En France, le média Slate rappelle que «ces 4x4 rebaptisés occupent plus de place que des voitures classiques et sont plus dangereux pour les personnes qui se déplacent à pied ainsi que pour les cyclistes en cas de collision». La raison est simple: le centre de gravité de ces véhicules est plus élevé, ce qui augmente le risque de tonneaux, notamment. Et toute le monde sait que ce ne sont pas les petites bêtes qui mangent les grandes, mais plutôt le contraire. Des chiffres? En voici: le National Post nous informe que «pour chaque 450kg ajoutés au poids d’une voiture, un véhicule a 40% plus de chances de transformer un accident survivable en une collision mortelle.»

La pollution, ensuite. «Il serait temps de considérer la possession d’un SUV comme aussi antisociale que la cigarette», peut-on lire dans un éditorial de l’Irish Examiner. «Selon l’Agence internationale de l’énergie, l’explosion de la demande en SUV a constitué la deuxième source d’augmentation des émissions mondiales de CO2 entre 2010 et 2018. [...] Aucun secteur de l’énergie, mis à part celui de l’électricité, n’a affiché un bilan carbone aussi mauvais. Ce qui place les SUV devant l’industrie lourde – y compris celle du fer, de l’acier, du ciment et de l’aluminium – mais également devant l’aviation et le transport maritime.»

L’affaire est simple: un 4x4 tout-terrain quand cela est nécessaire? Pourquoi pas. Des millions de SUV, même en ville, par mode plus que par utilité? La société civile semble ne plus le tolérer. A Bruxelles, on prévoit d’indexer la taxe des véhicules sur leur impact environnemental; à Lausanne, une récolte de signatures est en cours pour interdire dans la ville les voitures de plus de 1,5 tonnes. Un élan est en route, les SUV peut-être bientôt plus.


Retrouvez ici le dossier d'Eurotopics.


A lire aussi, sur le même sujet:

Voitures électriques? Oui, mais prenons garde - Sarah Dohr

Jonas Follonier

Etudiant, journaliste et musicien, Jonas Follonier est le rédacteur en chef de la revue mensuelle «Le Regard Libre», ...

VOS RÉACTIONS SUR LE SUJET

11 Commentaires

@Ph.L. 23.11.2019 | 12h48

«Rappeler, en passant (et n'importe quel garagiste vous le dira), que ce sont surtout les mères de famille, et non pas principalement les "beaufs", qui demandent des SUV (aller au-delà du cliché... et se questionner) et que, par ailleurs, l'offre de SUV hybrides ou complètement électriques s'étoffe chaque jour, ils sont donc bientôt "dépollués" de toute empreinte carbone (théoriquement...). Ne pas sous-estimer l'extraordinaire capacité de récupération de l'économie de marché...»


@Jonas Follonier 23.11.2019 | 14h24

«Merci pour votre commentaire intéressant. En effet!
Bien à vous,
Jonas Follonier»


@gugus 23.11.2019 | 18h05

«cette mode de 4x4 est absurde, chacun en veut une...Le symbole de la puissance ! Quant à "l'extraordinaire capacité de récupération de l'économie de marché" dont parle Ph.L. on a vu où cela nous a mené .»


@Ph.L. 23.11.2019 | 20h22

«M. (ou Mme) "Gugus" me comprend à l'envers, vraisemblablement. Il n'est pas assuré que je puisse être véritablement enthousiasmé par la faculté de "récupération" (le terme peut aussi avoir une acception péjorative, Gugus) du consumérisme industriel, ce serait plutôt le contraire. En réalité, tout comme Gugus, j'imagine assez bien où cela peut nous mener, justement... Donc d'accord avec lui sur ce point.»


@Reiwa 23.11.2019 | 23h06

«La photo n'illustre pas assez bien le propos. Une gentille Citroën comme celle-là "ne mange pas de pain". Je vous suggère de mettre la photo du célèbre "vert" Scharzenegger avec l'une de ses 5 HUMMER (le plus polluant des 4X4 sur terre). Bon, il ne faut pas dire du mal de lui puisque sa Fondation pour le climat est basé à Genève !»


@mariec 24.11.2019 | 10h50

«

@Reiwa , merci pour cette suggestion. Il y aurait évidemment beaucoup à dire sur les 4x4 mais... nous parlons ici des SUV, et cette gentille Citröen C3 est ... un SUV! Bien à vous

»


@willoft 24.11.2019 | 13h32

«Elon Musk avec son "cybertank" n'a pas l'air de vouloir suivre une piste "aimable pour le climat".

Car le poids c'est de l'énergie aussi, électrique ou pétrolière. Enfin ça doit sûrement s'adresser à ces riches qui se construisent des bunkers?
(même si la conception de ce pick up est brillante et intelligentissime)»


@Rolin Wavre 24.11.2019 | 22h03

«Quand on remonte (à vélo, légalement) une colonne de véhicule cherchant à entrer en ville de Genève, on constate que 1. il n'y a que 1,3 personne à bord en moyenne (chiffre officiel de l'Etat de Genève), 2, que ces véhicules ne semblent rien transporter d'autre que leur conducteur 3. que leur taille moyenne est très élevée, leur encombrement aussi (ce qui est très perceptible depuis un vélo). On se demande vraiment si ces gens n'ont vraiment pas d'alternative à leur voiture. Le Léman Express devrait améliorer les offres de solutions. »


@mézigue 24.11.2019 | 22h11

«le problème c'est pas un SUV, c'est le nombre qu'il y en a !
Si on fait interdire les SUV, d'autorité, et que les utilisateurs (comme moi je le ferais) le remplacent par la génération suivante, appelons-la l'Electruv, 4x4 électrique solaire éolienne, sièges, toit, chauffage, clim, bonne capacité de chargement, bas prix et bonne qualité, fabrication locale Max-Havelar, si tout le monde en achète, on aura un nouveau problème, pas identique mais similaire : c'est pas cette pauvre petite SUV (Citroen ?) de la photo qui met en péril le monde, mais bien -dans le monde- les millions, les milliards de véhicules non-SUV, de cylindrée, et de qualité de moteur et d'épuration de l'échappement ou du carburant utilisé qui crée le problème !
C'est bien les milliards d'humains sur Terre qui sont le problème de l'environnement, parce qu'à part les SUV, il y en a des quantités d'autres nuisances qui sont produites et consommées : s'il n'y en avait que quelques centaines, ou milliers (d'humains sur terre), beaucoup de problèmes seraient réglés.
Lugubre mois de novembre ...»


@Legrigou 25.11.2019 | 00h31

«Pour info à étudiant journaliste qui s'aventure en terre inconnue, une Toyota Prius Hybride voiture écologique mythique pèse à vide 1505 kg ......»


@mézigue 25.11.2019 | 08h38

«Bravo legrigou, bien vu : et en plus ce véhicule qui était une innovation majeure n'a même pas le 4x4, et volume de chargement un peu faiblichon !
Si on a un SUV 4x4 un peu plus léger, et un peu moins large (qu'un Hummer !! ;-(( ), on l'aura "hygiènisé", et il deviendra tolérable d'en acheter un !
pour info, j'ai pas de SUV ni 4x4, mais des voitures (2) un peu anciennes (plus de 10 ans d'âge), qui sont certainement plus polluantes et aussi nuisibles !
sauf que je ne m'en sers guère ! vive le vélo
»


Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr (présidente), Geoffrey Genest, Yves Genier, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud, Jacques Pilet, Chantal Tauxe (ordre alphabétique).

© 2019 - Association Bon pour la tête | une création WGR