keyboard_arrow_left Retour
LU AILLEURS / Pratique à la dérive

Le Reiki, nouvelle arme des gourous?

L a technique japonaise consistant à manier l’énergie pour guérir a acquis une popularité certaine dernièrement. Cependant, le manque de réglementation entourant cette pratique offre la possibilité aux charlatans de profiter de la fragilité des adeptes, rapporte le site de Vice France.

«Le Reiki est l’apprentissage de la maîtrise de notre circuit énergétique et des souffles internes. Cet apprentissage permet de libérer nos énergies internes bloquées, qui créent des tensions au niveau du corps et de l’esprit», c’est du moins ce qu’on peut lire sur le site de la Fédération Française de Reiki traditionnel (FFRT). Cette dernière répertorie une quarantaine de praticiens labellisés Reikiologues, et met en garde contre les dérives ou «déviations» de la pratique.

Le Reiki a été créé en 1922, aux Etats-Unis, par le japonais Mikao Usui, qui est mort quatre ans plus tard, en 1926. Celui-ci n’ayant pas eu le temps de laisser nombre d’écrits pour définir le Reiki, d’autres courants New Age s’en sont emparé en le modifiant considérablement. «Aujourd’hui, le Reiki se trouve quasi-partout sous forme new Age, où les gens canalisent l’énergie universelle, qui n’a jamais été du Reiki. Certaines basculent sur des déviations sectaires», peut-on également lire sur le site de la FFRT.

Dans son article, le journaliste de Vice France cite plusieurs cas de plaintes contre des thérapeutes se revendiquant affiliés au Reiki, accusés d’abus de faiblesse. Plusieurs associations de prévention contre l’emprise sectaire ont affirmé avoir reçu des témoignages de dérives liées au Reiki. Deux hommes ont directement fait part de leur expérience au journaliste de Vice, relatant tous deux un mécanisme similaire: leur compagne fait un burn-out ou se retrouve dans un état de détresse psychologique, se tourne vers le Reiki pour y remédier, s’en suit une importante perte de poids et de repères et une séparation du jour au lendemain.

«S’agissant du Reiki, la méthode est mentionnée dans plus de 300 signalements qui nous ont été adressés sur les trois dernières années», appuie Audrey Keysers de la Miviludes, (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires). «Ce chiffre est à la mesure du succès que rencontre le Reiki comme de la variété de ce que recouvrent les offres dans ce domaine. La Miviludes a tenu à mettre en garde le public sur les risques à la mise en œuvre d’une technique qui, en l’absence de formation reconnue sur le plan légal, peut induire un amateurisme de la part de certains pseudo-praticiens».

A ce soir, la Fédération de Reiki Usui a validé 377 praticiens, tandis que lorsque l'on cherche «annuaire Reiki» sur Internet, plus de 570 résultats sont disponibles. Près de 200 de plus.


Retrouvez l’article original en cliquant ICI!

Amèle Debey

Amèle Debey est journaliste professionnelle autodidacte depuis 2009. Elle a fait ses armes à Paris, pui...

VOS RÉACTIONS SUR LE SUJET

1 Commentaire

@clm 07.04.2019 | 23h43

«Et si vous recherchiez la situation en Suisse au lieu de vous baser sur la France qui est connue pour créer der chasses à la sorcière aussitôt que la "laïcité = materialisme cartésien" pourrait être atteint? Il y a aussi de nombreux articles sur les effets bénéfiques du Reiki, comme d'autres approches énergétiques d'ailleurs. Et si la presse commençait à rapporter les situations et événements encourageants, enthousiasmants voir passionnants?»


Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr, Geoffrey Genest, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud (président), Jacques Pilet, Chantal Tauxe, Faridée Visinand, Ondine Yaffi (ordre alphabétique).

© 2019 - Association Bon pour la tête | une création WGR