keyboard_arrow_left Retour
AILLEURS / Conjoncture

Le plus grand programme de relance économique du monde

S ur Truthout.org, le journaliste, historien et documentariste américain JP Sottile, repris par le site d’information alémanique Infosperber, estime que le lobby militaro-industriel américain crée trop de postes de travail qui pourraient être autrement plus utiles à l’économie civile. A son avis, l’économie américaine est piégée. Et le piège se nomme Département de la défense.

Chaque année, l’Etat américain injecte des milliards de crédits dans l’économie, constituant ainsi le plus grand programme de subventionnement de la planète. Les dépenses militaires américaines dépassent allègrement les chinoises (censées défendre 1,4 milliard d’habitants). En fait, le complexe militaro-industriel étasunien est le plus grand employeur du pays, le seul Département de la défense comptant 2'867'000 collaborateurs sur ses listes de paie. Sans parler de 2 millions de retraités et leurs familles. Et immensément plus de sous-traitants.

Tweet jubilatoire

Le Département de la défense attribue des contrats de plusieurs milliards à un petit nombre de fournisseurs privilégiés. A eux seuls, les cinq plus importants ont obtenu en 2016 des adjudications pour plus de 109 milliards de dollars, grâce au travail d’influents lobbyistes et de hauts fonctionnaires de la Défense qui se retrouvent parfois, par rotation, à la tête de ces mêmes entreprises.

Le 14 juin 2017, Donald Trump annonçait la vente pour un montant de 12 milliards au petit émirat du Qatar de 32 avions de combat Fr-15QA. Dans un instant de jubilation, l’ambassadeur qatarien à Washington twittait: «En achetant ces avions de combat, le Qatar crée 60'000 postes de travail dans plus de 42 états américains.» En moins de 140 signes, il décrivait une économie en perte de rentabilité qui se ressource par toujours plus de ventes d’armes et toujours plus d’interventions militaires. Ces dernières déstabilisent de nouvelles régions, ce qui entraîne de nouvelles ventes d’armes à l’intérieur comme à l’extérieur.

Keynésianisme militaire

C’est pourquoi Donald Trump jabotait en s’écriant «Jobs, jobs, jobs» après avoir vendu pour 110 milliards de dollars d’armes au voisin et désormais nouvel ennemi du Qatar, l’Arabie saoudite, tout en se faisant photographier dans le cadre d’une danse du sabre. En somme, c’est du keynésianisme militaire.

L’économiste britannique John Maynard Keynes (1883-1946) avait développé sa théorie économique pendant la Grande Dépression: il jugeait utile que l’Etat dépense de l’argent, quitte à s’endetter par des emprunts, afin de stimuler la croissance, atténuer le chômage et stabiliser l’économie en période de crise. Afin d’amortir les creux conjoncturels, il plaidait pour de fortes injections de ressources de nature à stimuler la demande.

A vrai dire, un programme à l’allure typiquement socialiste, du genre de ceux que les conservateurs américains et leurs économistes abhorrent.


L'article original en anglais de Truthout: «The US Military Is the Biggest "Big Government" Entitlement Program on the Planet»
L'article traduit en allemand d'Infosperber: «Das weltgrösste Konjunktur-Ankurbelungsprogramm»

Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr, Geoffrey Genest, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud (président), Jacques Pilet, Chantal Tauxe, Faridée Visinand, Ondine Yaffi (ordre alphabétique).

© 2018 - Association Bon pour la tête | une création WGR