keyboard_arrow_left Retour
Lu ailleurs

L’avertissement du président de l’EPFL

M artin Vetterli publie dans la NZZ un article qui sonne comme un sérieux avertissement. Si la Suisse s’isole des réseaux scientifiques européens, ce sera dévastateur.

Le président de l’EPFL compare les systèmes universitaires en Suisse et aux Etats-Unis. Outre-Atlantique, grâce au «Tenure-Track-System», les chercheurs et jeunes diplômés peuvent avancer beaucoup plus tôt dans leur carrière. Vetterli lui-même y était professeur à 29 ans, alors qu’ici, il faut plutôt attendre la cinquantaine. 

L’enseignement scientifique et technologique en Suisse est de haut niveau. Mais il pourrait être menacé en cas d’isolement. Après l’initiative sur les étrangers de 2014, notre pays a été exclu de certains programmes. Si cette exclusion dure, ce serait dévastateur pour la recherche. «Nous perdrions vite de nombreux et bons chercheurs et nous aurions de la peine à attirer de nouveaux talents.» Un accord avec l’UE est donc plus que souhaitable.


Lire l'article en allemand sur le site de la NZZ.

Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr, Geoffrey Genest, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud (président), Jacques Pilet, Chantal Tauxe, Faridée Visinand, Ondine Yaffi (ordre alphabétique).

© 2018 - Association Bon pour la tête | une création WGR