keyboard_arrow_left Retour
AILLEURS / Italie

D’eux, on ne saura rien de plus que leur mort

«L’Espresso» relate l’histoire des «cadavres non-indentifiés» que le Ministère de l’intérieur italien recense année après année. Ils sont retrouvés sans pièce d’identité et seuls quelques détails permettent d’imaginer ce que pourrait avoir été leur vie.

Voilà un sujet qui pourrait être sinistre. La mort fait peur et l’on veut absolument que nos vies soient connues, reconnues. Alors on fait des selfies, on se montre sur Facebook, on s’affiche. On veut dire haut et fort qu’on existe. Et puis un jour, ça s’arrête. Que restera-t-il alors de nous? C’est pourquoi cet article de L’Espresso est finalement plus troublant que macabre. Il nous amène en des contrées de nous-mêmes que nous n’avons pas l’habitude d’explorer, des contrées que la spectacularisation de nos existences nie. 

La dernière liste

Une montre de la...