keyboard_arrow_left Retour
CULTURE / QUARANTAINE

Brève histoire de balcon

A vant d'aller étendre vos vêtements, de fumer une cigarette ou d'applaudir le corps médical, arrêtez-vous un instant pour découvrir l'histoire du balcon. Ce débouché sur le monde, qui jusqu'à hier occupait un espace mineur dans l'esprit du public, est devenu maintenant une pièce indispensable de notre habitat. Un lieu qui nous relie au monde extérieur, qui nous permet d’être témoins de la vie qui passe près de chez soi, vie que nous ne connaîtrions que grâce aux informations des médias ou peut-être par quelques mots échangés avec nos voisins. Et qui, s'il n'existait pas, auraient éclipsés bon nombre d’événements historiques. L'histoire du balcon est racontée par le magazine italien d'actualité et de culture, Rivista Studio.

Depuis l'entrée en vigueur de la quarantaine, le balcon est devenu - pour ceux qui ont le privilège d'en posséder un - un endroit pour calmer nos angoisses, pour redécouvrir le plaisir de regarder dehors, et aussi un nouveau moyen de réunion à distance. Mais il n'a pas toujours été un cockpit tel que nous l'imaginons aujourd'hui, meublé et rempli de fleurs ou de plantes. Au Moyen Âge, en l'absence d'égouts, il servait de toilettes à ciel ouvert avec un trou percé dans le sol. Boccace décrit bien cette utilité dans le roman d'Andreuccio de Pérouse.

Mais venons-en aux origines: quand est-il apparu pour la première fois? En Egypte, en 1218 av. J.-C.. Sur les rives du Nil régnait Ramsès III, l'un des dirigeants les plus éclairés du Nouvel Empire. Il vivait à Medinet Habu, dans la partie ouest de Louxor. Dans son palais, une projection vers l'extérieur au centre de la façade jouait un rôle essentiel dans les cérémonies de la cour.

Dans la Perse du roi des rois, Xerxès, le palais royal de Persépolis était parsemé de balcons.

Dans la Grèce du IVe siècle avant J.-C, non seulement les palais royaux, mais aussi les maisons privées étaient équipés de ces plateformes où l'on faisait le plein d’oxygène, et pour lesquelles des taxes étaient payées. Dans l'époque romaine, vers 318 av. J.C. Gaius Menius a été le premier architecte à proposer ce type de saillie pour mieux apprécier les spectacles du Forum. 

Du XVIe siècle à nos jours, le balcon a conservé sa fonction, devenant souvent un promontoire sacré des grands moments de l'histoire. De l'élection des papes à la basilique Saint-Pierre de Rome aux mariages de la royauté anglaise au palais de Buckingham. Des personnages importants de l'Histoire sont passés par là, Giuseppe Garibaldi pour annoncer l'annexion du royaume des Bourbons à l'Italie naissante, Evita Peròn pour haranguer les foules,  mais aussi Benito Mussolini qui a annoncé au balcon la sortie immédiate de l'Italie de la Société des Nations, (l'organisme international prédécesseur de l'actuelle ONU dont le principal objectif était de prévenir la guerre). Et puis, Fidel Castro, entouré de ses barbudos pour ses interminables discours, puis Julian Assange, fondateur de WikiLeaks pour ses conférences de presse. 

Et l'art a aussi transformé les balcons et les altanes (plateaux de planches en bois posé sur un toit) en points de vue privilégiés. Gustave Caillebotte, peintre et mécène, a réalisé des dizaines de tableaux de visions urbaines impressionnistes: du «Boulevard Haussmann, effet de neige» de 1880 à «Jeune homme à la fenêtre» (le frère de l'artiste), qu'il répète plusieurs fois et sous tous les angles possibles. Francisco Goya a peint «Las majas en el balcón» (Les belles au balcon) en 1814 et «Maja et Célestine au balcon» en 1812. Edouard  Manet et René Magritte se sont également inspirés de ce lieu.

Le cinéma a également fait usage du balcon: vous rappelez-vous d'Audrey Hepburn qui chantait Moon River dans «Breakfast at Tiffany's»? Ou de la célèbre terrasse qui ouvre «La Grande Bellezza» de Sorrentino? Sans doute vous souvenez-vous aussi de ceux qui s'y sont donné un baiser historique, peut-être parmi les plus sensuels de l'histoire du cinéma tel celui entre Cary Grant et Ingrid Bergman dans «Notorious» d'Alfred Hitchcock.

Avec la période de quarantaine que nous venons de vivre, beaucoup d'autres personnes ont probablement donné au balcon encore plus de notoriété.


L’article original en italien est ici.

Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr (présidente), Geoffrey Genest, Yves Genier, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud, Jacques Pilet, Chantal Tauxe (ordre alphabétique).

© 2020 - Association Bon pour la tête | une création WGR