Média indocile – nouvelle formule

Actuel

Actuel / Trans, détrans: alertes pour un scandale annoncé


PARTAGER

D’un côté, une flambée d’adolescentes qui demandent à devenir des garçons. De l’autre, des repentis et repenties de la transition qui alimentent le soupçon: changer de sexe ne serait-il pas un moyen d’échapper à l’homophobie pour certains jeunes? Surtout des filles? La «question trans» est complexe, paradoxale, ultra-délicate. Problème immédiat: des mineurs se voient prescrire des traitements irréversibles, sur des bases scientifiques controversées. Y compris en Suisse.



«Aujourd’hui le risque est que dans 20 ans le Conseil Fédéral se tordra les mains en excuses et constituera un fond d’indemnisation pour avoir poussé des jeunes à voir leur vie bouleversée par des soins inadéquats… »

Quel est donc ce scandale médical, si peu annoncé et néanmoins redouté par François Brutsch sur son blog Un Swissroll? Ce qui alarme ce haut fonctionnaire socialiste genevois à la retraite, c’est la trop grande facilité avec laquelle des enfants et adolescents en questionnement de genre se voient aujourd’hui prescrire des traitements de transition aux effets partiellement ou complètement irréversibles – bloqueurs de puberté, hormones de l’autre sexe, chirurgie. Un phénomène mondial, qui menace également la Suisse, affirme-t-il.

François Brutsch n’est pas exactement un conservateur crispé dans la défense de la famille traditionnelle. C’est un pionnier du combat pour les droits des homosexuels, co-fondateur de Pink Cross, l’association nationale des gays en Suisse. Il a donc dû braver les soupçons de traîtrise à la cause LGBT pour annoncer fin août, dans l’article sus-mentionné, qu’il avait signé «L’appel au respect du principe de précaution» lancé par l’AMQG, (Association pour une approche mesurée des questionnements de genre chez les jeunes), récemment créée à Genève par des parents concernés. Leur thèse: la médicalisation précoce des troubles de l’identité de genre fait aujourd’hui scientifiquement débat, il semble que ses effets délétères aient été sous-estimés. Des pays pionniers comme la Suède remettent leurs pratiques en question, écoutons ce signal d’alarme! Parmi les quelque 250 signataires de la pétition, on trouve deux autre militants gays historiques − Jean-Pierre Sigrist et Pierre Biner.

Plus largement, dans son article, François Brutsch éclaire l’enjeu idéologique sous-jacent à ce débat: le succès fulgurant d’une «idéologie trans» qui considère le genre comme une pure affaire de perception individuelle et va jusqu’à nier la réalité objective du sexe biologique. «Pour moi, il s’agit d’un dévoiement des études genre, précise l’auteur dans un échange par Skype depuis Londres où il vit depuis 20 ans. Je suis sidéré de voir la vitesse à laquelle cette vision s’est répandue, y compris dans les milieux institutionnels.» Dans plusieurs pays, la notion d’autodéclaration sexuelle est déjà entrée dans la loi.

Ce qu’il faut savoir, c’est que l’idéologie de genre suscite aussi des divisions dans ces mêmes milieux progressistes qui l’ont vue naître: «Chez les féministes comme chez les gays, des gens se battent pour défendre l’idée que le sexe est une donnée biologique objective», précise le Genevois. Ainsi, François Brutsch a rejoint la dissidence gay de la LGB Alliance, née en Grande Bretagne et présente dans divers pays, du Brésil à l’Australie («A quand la Suisse?»). Côté féministe aussi, la dissidence est d’abord anglophone. Mais la Déclaration pour les droits des femmes fondés sur le sexe (acronyme anglophone: WHRC) dispose depuis avril 2021 d’une plateforme en français.

Tous ces mouvements sont à mille lieues de la transphobie ordinaire: ils reconnaissent pleinement la souffrance vécue par les personnes trans et applaudissent les progrès survenus dans la reconnaissance de leur droits. Ils n’en dénoncent pas moins une médicalisation outrancière et prématurée qui menace la santé des enfants. Et sous laquelle, paradoxalement, ils lisent une forme d’homophobie qui ne dit pas son nom…

Retour de balancier

Mais n’allons pas trop vite. Pour comprendre l’inquiétude qui s’exprime aujourd’hui concernant la santé des adolescents, il faut revenir en arrière de quelques décennies. Les personnes trans ont derrière elles une longue histoire de souffrances, d’ostracisation et d’humiliations qui n’a trouvé une reconnaissance qu’avec le 20e siècle déclinant. S’est alors développée une prise en charge médicale dédiée, toute entière concentrée sur l’allègement de ces souffrances. Ainsi, selon les recommandations de l’Association mondiale des professionnels de la santé transgenre (WPATH), il ne s’agit plus de mettre longuement à l’épreuve les personnes qui veulent entreprendre une transition, mais d’«accompagner» leur demande sans la juger, avec effet immédiat si nécessaire. D’autre part, alors que par le passé on ne traitait que des adultes, il est aujourd’hui communément admis que plus la médication commence tôt, meilleurs sont les résultats. C’est ainsi qu’en Suisse, des mineurs se voient prescrire des bloqueurs de puberté, avant une prise d’hormones de l’autre sexe − affectant la voix, la masse musculaire, la pilosité − qui peut commencer à 14 ans ou même avant. Aucune limite d’âge inférieure n’est légalement prévue, pour la chirurgie non plus, pourvu que l’enfant ait sa «capacité de discernement». De même, l’accord des parents n'est pas exigé par la loi, même s'il est recherché par les professionnels consciencieux.

C’est dans ce contexte que l’on assiste, depuis une dizaine d’années, à deux phénomènes impressionnants: le premier, c’est l’explosion du nombre d’adolescentes qui veulent devenir des garçons. L’augmentation des personnes en questionnement de genre − plus 1500% en dix ans en Suède − est générale, mais la flambée particulièrement massive chez les filles de 13-17 ans. Alors que jusqu’ici, les trans étaient en majorité des hommes (adultes) devenus femmes, la nouvelle population des personnes en transition est composée à 70% de filles.

Le second phénomène est celui des détransitionneurs, majoritairement des détransitionneuses. A savoir des personnes qui, à un moment plus ou moins précoce de leur chemin entre un sexe et l’autre, regrettent leur décision et souhaitent revenir en arrière*. La plus célèbre est Keira Bell, cette jeune Britannique qui s’est retournée contre la clinique qui lui a − beaucoup trop facilement, juge-t-elle aujourd’hui − administré des hormones à 16 ans. Jusqu’ici, les détransitionneuses étaient toutes anglophones. Depuis peu, elles font aussi entendre leur voix en français, grâce notamment à l’association belge Post Trans.

Mises ensemble, ces données alimentent une hypothèse aussi inquiétante que plausible: tout à son zèle de se racheter du martyre infligé historiquement aux personnes transgenre, la médecine, la société en général, feraient preuve d’une fatale imprudence vis-à-vis d’une frange de jeunes en augmentation, victimes collatérales de la nouvelle posture thérapeutique dite trans-affirmative: des ados en plein bouleversement identitaire, qui se sentent mal dans leur corps, luttent contre les pensées suicidaires et se persuadent, portées par la vague trans-euphorique qui a gagné les réseaux sociaux, que tout ira mieux si elles changent de sexe. Mais qui se trompent.

A l’écoute des détransitionneuses


Le témoignage d'Elie, à 39:38.

Il vaut la peine d’écouter les détransitionneuses, elles nous aident à comprendre beaucoup de choses sur ce sujet délicat et complexe. Elie, la cofondatrice belge de Post Trans, livrait récemment un témoignage (à la 39e minute de la vidéo) impressionnant de lucidité dans le premier webinaire français sur la question. Sa souffrance d’adolescente trop grande et pas assez féminine était profonde, raconte-t-elle, tout comme sa conviction que l’approche médicale était l’unique réponse à y apporter. Lorsqu’elle s’est heurtée à un psychiatre qui a refusé d’entrer en matière, elle a simplement trouvé, via une association trans, un médecin qui lui a prescrit des hormones sans discuter. Le travail des professionnels de la santé face à ces jeunes en crise n’est pas simple, admet Elie. L’enjeu, c’est de «sortir de l’idée que la transition est la solution unique à la dysphorie de genre.» C’est bien de dysphorie dont elle souffrait, mais la réponse n’était pas dans les hormones et la mastectomie. C’était de s’autoriser à vivre comme une femme masculine, conclut-elle de sa voix posée, qui restera celle d’un garçon.

Via le site Post Trans créé avec sa compagne Nele, Elie diffuse une brochure d’information très bien faite, également disponible en français, où d’autres détransitionneuses se racontent. Elles reprochent au corps médical de ne pas s’être suffisamment intéressé aux causes de leur mal-être. «J’aurais aimé qu’on me pose des questions sur mes traumatismes», «J’aurais aimé que quelqu’un travaille sérieusement avec moi sur les raisons pour lesquelles je me sentais seule et isolée», «J’aurais désespérément souhaité que mes problèmes de traumatisme et de santé mentale soient examinés»…

Un autre leitmotif traverse ces témoignages, tous anonymes et pour cause: la crainte de dévoiler son identité par peur des réactions de la communauté trans. Le sentiment, au moment où les doutes surgissent, de trahir le groupe qui avait offert refuge, écoute et réconfort. «Lorsque j’ai détransitionné, j’ai eu l’impression de perdre ma religion», dit l’une d’elles. «Les gens me disent constamment que je suis transphobe», déplore une autre. «Dans la sphère LBGT, le sujet "détransition" est tabou», confirme Elie.

Dans le documentaire qui, en Suède, a alerté l’opinion et incité les professionnels à plus de prudence (l’hôpital Karolinska a notamment cessé de prescrire des bloqueurs de puberté avant 16 ans), d’autres détransitionneurs racontent la honte et le déni («On ne veut pas en parler», «On prend sur nous», «On désire tellement que tout soit facile et que tout le monde soit heureux après»). Le film s’intitule Transtrain, le train de la transition, pour traduire cette impression largement partagée: il fait bon monter dans cet engin plein de promesses, mais une fois qu’il est lancé, il ne s’arrête pas pour vous laisser descendre, il faut sauter. La seule détransitionneuse qui se soit à ce jour exprimée publiquement en Suisse, la quadragénaire Samantha K, parle carrément de «chaîne de montage» dans son témoignage à la NZZ. Elle déplore la trop grande connivence entre médecins spécialisés et transactivistes. Elle dénonce un «transdogmatisme» intimidant.

Les enthousiastes de l’approche dite trans-affirmative considèrent les détransitionneuses comme un épiphénomène trop minoritaire pour être pris en compte (ce qui, bien sûr, ajoute à leur désarroi): les personnes qui regrettent leur décision ne sont que 1%, répètent-ils.

Richard Montoro du centre d’orientation sexuelle Mc Gill à Montréal avance le chiffre de 2% à 5%. Le psychanalyste français Serge Hefez, pourtant plutôt trans-enthousiaste, cite, dans une interview à Elle, des études canadiennes selon lesquelles «20% des jeunes qui se font opérer deviennent des "regretteurs"». Mais les voix les plus autorisées tranchent: la vérité est qu’on n’en sait rien, aucune étude ne permet à ce jour d’articuler un chiffre. James Caspian, un psychologue britannique défenseur de la cause des jeunes trans, alerté sur des épisodes inquiétants, a voulu entamer une recherche. L’Université de Bath Spa a refusé son projet, politiquement trop incorrect. Caspain a porté l’affaire devant la justice.

Ce qu’on comprend en attendant des données scientifiques solides sur la question, c’est qu’une bonne partie de ces victimes collatérales du trans-enthousiasme échappe aux statistiques. En attendant la fameuse enquête, l’AMQG cite un indice intéressant: sur le réseau social Reddit, le groupe «Detrans» compte 22 000 membres, contre 15 000 il y a un an.

Et en Suisse?

Aux Etats-Unis, des détransitionneurs ont raconté avoir obtenu un diagnostic de dysphorie de genre puis des hormones, d’un seul clic, sur internet. La Suisse ne tombe certainement pas dans de tels excès. Est-elle pour autant à l’abri de l’erreur médicale redoutée par François Brutsch?  Le discours général, y compris dans les associations qui accompagnent les jeunes en questionnement**, est celui de la prudence et d’une prise en charge scrupuleuse et individualisée. Les parents membres de l’AMQG dénoncent, eux, un décalage massif entre ce discours et une réalité nettement plus expéditive, empreinte d’une périlleuse trans-euphorie. Un exemple en apparence anodin, mais révélateur: celui de l’école qui organise la transition sociale d’une élève sans en avertir les parents. L’association cite deux cas genevois, concernant des filles de 11 et 16 ans.

Au CHUV à Lausanne, Mathilde Morisod, responsable de la consultation «Dysphorie de genre» pour enfants et adolescents, affirme au contraire l’importance d’associer les parents − «au moins un des deux» − à la démarche de prise en charge. Sa consultation fait face, comme ailleurs, à une forte augmentation des cas – 17 nouvelles demandes, dont plus des trois quarts féminines, entre janvier et juin 2021 contre 8 en 2020, 17 en 2019, 5 en 2018. Mathilde Morisod n’exclut pas un phénomène de contagion sociale et dit repérer assez rapidement les ados mal dans leur peau qui croient à tort avoir trouvé LA réponse à leur inconfort.

Mais aussi: «Il y a de la souffrance, une souffrance parfois insupportable», chez ces jeunes patients, rappelle-t-elle. Pour certains, il n’y a pas de doutes quant à la présence d’une dysphorie de genre qui mérite d’être prise en charge médicalement. Et c’est «un travail d’équilibriste» que de déterminer, face à des mômes en plein remaniement identitaire, si la bonne réponse est celle de la transition médicalisée ou s’il faut chercher ailleurs. En tous cas, la pédopsychiatre lausannoise se dit «très consciente de l’irréversibilité des traitements» de transition et ne manque pas d’en avertir ses jeunes patients.

Mais puisqu’«on marche sur des œufs», comme elle le dit elle-même, puisque le risque de se tromper met les professionnels scrupuleux en état de «stress éthique» (l’expression est d’un médecin suédois dans Transtrain), pourquoi ne pas mettre en place des garde-fous élémentaires, comme l’interdiction des hormones avant 16 ans?

Au nom de l’approche «sur mesure» et de l’extrême variabilité des cliniques, Mathilde Morisod rechigne à toute restriction par catégorie d’âge. Tout comme Friedrich Stiefel, qui dirige, dans le même hôpital vaudois, le service de psychiatrie de liaison dont dépend la consultation «Dysphorie de genre» adulte. De plus, rappelle ce dernier, «le droit de disposer de son propre corps est reconnu à des enfants dans d’autres circonstances: un mineur atteint de leucémie par exemple, peut, indépendamment de ses parents, refuser un traitement, à condition qu’il possède le discernement. Une ado enceinte peut obtenir un avortement.» Certes, la capacité de discernement requise «peut parfois être très difficile à définir», n’empêche: prévoir un traitement d’exception pour les enfants en questionnement de genre serait problématique, selon ces spécialistes. Dans l’affaire Keira Bell, la Cour d’appel britannique vient d’ailleurs de trancher contre une interdiction des bloqueurs avant 16 ans et pour une décision laissée aux médecins. Mais comment dès lors se prémunir contre les dérives trans-affirmatives? Pour les deux psychiatres lausannois, un élément essentiel pour une approche « prudentielle » est de garantir la présence d’un professionnel du psychisme qui parvienne à explorer avec son patient les raisons profondes de sa demande.

Problème: actuellement déjà, n’importe quel médecin, pressé, ignorant des enjeux ou excessivement trans-euphorique, peut signer une ordonnance pour des hormones. Et l’idée de l’investigation psychiatrique comme porte d’entrée à l’indication de transition est combattue par les transactivistes. Au sein même de l’Association mondiale des professionnels de la santé transgenre (WPATH), il est question de faire l’économie de cette investigation. Absurde, avertit Friedrich Stiefel: «Certes, la dysphorie de genre n’est pas en soi un diagnostic psychiatrique. C’est une condition humaine douloureuse. Mais justement: le psychiatre de liaison est formé pour accompagner précisément l’effet des transformations physiques sur le psychisme et pour évaluer le rapport coût/bénéfice d’un traitement à l’aune de la souffrance humaine.»

En somme, le mouvement trans-affirmatif le plus radical, en faisant de l’autodéclaration la pierre angulaire de son accompagnement, part du présupposé vertigineux qu’on ne peut pas se tromper sur soi-même ni se mentir à soi-même. Difficile à avaler pour les spécialistes du psychisme. Dans un article paru l’an dernier dans la Revue Médicale suisse, dix psychiatres du CHUV et des HUG, dont leur deux sus-cités, plaidaient pour l’importance du rôle du psychiatre-psychothérapeute dans la prise en charge des personnes en questionnement de genre. Ils disaient la nécessité de déconstruire, chez certains, des attentes irréalistes proches de la «pensée magique». Ils pointaient le «risque de banalisation de la dysphorie de genre» et celui de l’«erreur médicale» en cas de mauvais diagnostic.

Ce qu’on comprend à demi-mots en parlant avec ces spécialistes, c’est que le milieu médical est divisé sur cette question ultra-délicate. Et plus ou moins sensible au risque de créer «des filles à barbe», selon la formule-choc d’Anne Waehre, médecin à l’hôpital d’Oslo.

Comment se prémunir contre ce risque? Mathilde Morisod verrait volontiers la Suisse adopter des «recommandations de bonne pratique nationales». Friedrich Stiefel propose de «déléguer la pose d’indications à des centres spécialisés.» Je traduis: si on veut s’assurer contre l’erreur médicale, les mailles du filet gagneraient à être resserrées, notamment en se dotant d’un guide de conduite plus restrictif que celui du WPATH. Quant à la demande faite aux professionnels dans l’appel de l’AMQG, à savoir d'agir avec prudence et de justifier au cas par cas que le rapport coût-bénéfices soit favorable au jeune patient, les deux psychiatres ne peuvent qu’être d’accord avec cette proposition et considèrent d’ailleurs qu’elle correspond à leur pratique usuelle.

L’attitude «prudentielle» a-t-elles des chances de gagner en Suisse? Dans l’ignorance des rapports de force sous-jacents, on ne peut que l’espérer. Pour l’heure, le CHUV annonce en primeur qu’il est en train de mettre sur pied une consultation interdisciplinaire dédiée: elle permettra aux personnes transgenres d’être prises en charge simultanément par différents spécialistes dont des psychiatres, pédopsychiatres, des endocrinologues, des pédiatres ou des généralistes d’Unisanté. Et aussi d’être suivies par des chirurgiens, des dermatologues, des gynécologues ou des ORL qui se rencontreront régulièrement autour d’un même ou d’une même patiente.

Mais pourquoi cette flambée de filles ?

La question la plus intrigante reste entière: pourquoi, dans la foule des adolescents qui veulent changer de sexe, l’écrasante majorité sont des filles? Aucune étude n’a à ce jour apporté une réponse mais on voit bien que cette dernière est à chercher du côté de la sociologie autant que de la médecine. Là encore, les détransitionneuses fournissent de précieuses clés de compréhension. Des clés pas très rassurantes, il faut le dire.

Elie explique qu’elle s’est sentie seule comme adolescente car elle ne correspondait pas aux stéréotypes de la féminité. Que ce qui lui a manqué, ce sont simplement des amies, une communauté, qui la rassurent sur ce qu’elle a toujours été: une femme, masculine, lesbienne, «et c’est ok». Faute de les trouver, elle a rejoint la communauté trans et s’est persuadée que pour une femme masculine, la seule issue est devenir un homme.

C’est ce qui fait dire aux dissidents du mouvement LGBT que l’insistance à promouvoir la transition cache une homophobie intériorisée. Malgré les discours sur la fluidité, le sous-texte est brutal: mieux vaut changer de sexe que de vivre son homosexualité. «A la limite, résume François Brutsch, la transition peut être considérée comme la thérapie de conversion ultime.» C’est aussi la thèse de cinq médecins qui ont quitté le Gender Identity Development Service de Londres, mal à l’aise avec cette constatation: trop de jeunes homosexuels demandent à changer de sexe pour échapper aux souffrances de l’homophobie. Ces médecins ont raconté dans les médias britanniques qu’un mauvais gag circulait dans la clinique: «Bientôt, il ne restera plus de gays…» Le lien entre souffrance homophobe et désir de changer de sexe serait confirmé par une étude de l’Université de l’Arizona, citée dans une longue enquête de Radio Canada .   

Mais cela n’éclaircit pas encore le mystère: si, pour un certain nombre d’ados contemporains, la transition est une manière d’esquiver leur homosexualité, que signifie cette surreprésentation de filles? Cela veut-il dire qu’il est plus difficile, pour une adolescente, en 2021, de se découvrir lesbienne que pour un garçon de se découvrir gay? On voit mal d’autre conclusion plausible. Tout se passe comme si, en quelques décennies, s’était produite une inversion de tendance: pour les filles, il est plus difficile aujourd’hui d’être un garçon manqué tandis que pour les garçons, il est devenu plus facile d’être féminin. 

«Sur Instagram, avec les images de filles super belles, féminines, sexy, tu te dis qu’il n’y a pas d’autre voie […] Ça a déclenché chez moi […] une anxiété intolérable, et, de l’autre côté, je ne voulais pas être lesbienne», raconte une détransitionneuse citée dans l’enquête de Radio Canada. On a beau se féliciter des avancées de la condition féminine, il est difficile, en regardant les cours d’écoles et les réseaux sociaux, d’échapper à ce constat: les stéréotypes de genre pèsent aujourd’hui plus lourd sur les filles qu’il y a 40 ans. Elie, trop masculine pour être heureuse, trop seule dans la cour au milieu de ses copines super moulées et maquillées, a grandi à Bruxelles, dans la deuxième décennie du vingt-et-unième siècle.

A côté de l'homosexualité douloureusement vécue, une autre thématique est très présente dans les témoignages des détransitionneuses: celle de l'abus sexuel et de l'insoutenable statut de proie. «J’ai fait une transition pour échapper à ma réalité de femme et de survivante de violences…», lit-on encore dans la brochure diffusée par Post Trans. Elie et Nele y invitent leurs lectrices à «se réconcilier avec [leur] sexe biologique». Tout indique que, pour diverses funestes raisons, la flambée des adolescentes en questionnement de genre est l’indice d’un mouvement contraire. Ce n’est pas une bonne nouvelle pour les femmes.


*Lorsque la transition hormonale ou chirugicale n’est pas entamée, on parle de «désisteurs» et «désisteuses».

** J’ai eu, pour préparer ce texte, un échange avec une répondante de la Fondation Agnodice, spécialisée dans l’accompagnement d’enfants et d’adolescents en questionnement de genre. Elle a exigé, pour être citée, de relire, non pas seulement ses citations, mais la totalité de cet article. Ce n’est pas acceptable dans une optique d’indépendance journalistique. J’ai donc renoncé à la citer.

Parus récemment sur le sujet


Claude Habib, La question trans. Gallimard, Le Débat, 2021.


Helen Joyce, Trans
, Onlyword Publications
En cours de traduction en français. La préface est déjà disponible via le collectif de traduction féministe TRADFEM


Serge Hefez, Transitions. Réinventer le genre. Calmann-Levy, 2020

 

 

VOS RÉACTIONS SUR LE SUJET

7 Commentaires

@Elizabeth 01.10.2021 | 07h55

«Enfin un peu de bon sens dans cet effrayant tsunami qu'est devenue la question du "genre". »


@Christode 01.10.2021 | 09h03

«Merci de tenter de nous alerter et de nous éclairer sur ce sujet terriblement complexe, sujet qui confirme que nous vivons décidément dans une époque bien tourmentée.
Ch. Demierre»


@Maryvon 01.10.2021 | 09h30

«Bravo pour cet excellent article. C'est extrêmement choquant de constater avec quelle facilité de très jeunes adolescentes et adolescents reçoivent des traitements parfois irréversibles. Vous dites dans votre article que les médecins du CHUV demande qu'au moins un des parents soit présent lors des consultations. Et bien ce n'est pas suffisant, je pense que les deux doivent être présents à moins bien sûr que l'un des deux parents soit décédé ou déficient. Le divorce des parents ne doit en aucun cas empêcher l'un des deux parents à être partie prenante de la décision.»


@Karen 01.10.2021 | 09h43

«Merci pour ce bon article qui ouvre un petit coin de rideau sur un thème extrêmement complexe et difficile à traiter, à cause des souffrances des personnes touchées. Cet article montre bien comment, en tant que médecin, il est difficile de traiter une demande/un besoin de santé lorsqu'il émerge par son ampleur - il manque l'expérience, la "maturité". Elles arriveront, les chercheurs et les médecins font leur travail, comme ils l'ont fait pour d'autres thèmes. En attendant, il faut trouver le juste équilibre pour chaque jeune, entre sa souffrance, sa réalité et ce devoir de précaution. Publier un tel article fait partie du processus, et il en faudra encore, questionnant et cherchant des réponses.»


@Hautecourt 01.10.2021 | 10h30

«Merci Anna pour cet article éclairant et bien documenté.
M.BéBoux»


@simone 01.10.2021 | 14h37

«Votre article est tristement passionnant. J'ignorais qu'on en était déjà à un stade aussi inquiétant. J'ai connu une personne trans à une époque où tout changement était inimaginable et en outre trop cher pour elle. Cette personne admirable était parvenue à transformer sa souffrance en une générosité et une bonté pour les autres absolument uniques. Elle avait en plus un sens de l'humour salvateur. Bravo pour votre article
Suzette Sandoz»


@guy.mettan 03.10.2021 | 18h53

«Bravo pour ce papier, éclairant et équilibré!»


À lire aussi