Média indocile – nouvelle formule

Actuel

Actuel / Les Philippines interdisent le riz ETH génétiquement modifié


PARTAGER

Le riz doré, variété génétiquement modifiée pour pallier les carences en vitamine A, fréquentes chez les populations souffrant de malnutrition, devrait changer la donne. C'est en tout cas l'ambition de ses créateurs, à l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (ETH). Seulement, la justice philippine vient de proscrire la culture de ce riz dopé. La sécurité pour les consommateurs et pour l'environnement ne serait pas assurée.



Philippe Stalder, article publié sur Infosperber le 8 mai 2024, traduit par Bon Pour La Tête


«La graine a germé», annonçait l’ETH il y a un an et demi. Pour la première fois, des paysans philippins auraient cultivé le riz dit «doré» à grande échelle et auraient récolté fin 2022 quelque 70 tonnes de grains. Ingo Potrykus, professeur émérite de l'ETH, a célébré cette récolte comme une percée: «Après des décennies (...), le premier exemple de projet humanitaire visant à résoudre un problème de santé majeur devient maintenant réalité».

Potrykus est considéré comme le père spirituel et l'inventeur du riz enrichi en provitamine A. Il y voyait un moyen efficace de lutter contre les maladies dues à une carence en vitamine A, très répandues en Asie du Sud-Est et qui peuvent entraîner la cécité, voire la mort. Potrykus était alors loin de se douter qu'un tribunal philippin retoquerait son invention un an et demi après son autorisation.

Syngenta acquiert des droits de brevet

La route a été longue jusqu'à la première récolte du riz doré: en 1999 déjà, Potrykus et son collègue Peter Beyer avaient présenté un prototype. Celui-ci contenait des gènes de jonquille qui produisaient de la provitamine A dans le grain de riz et le faisaient ainsi briller d'un jaune doré. En 2005, les chercheurs avaient développé une deuxième variante en collaboration avec le géant de l'agroalimentaire Syngenta. Au lieu d'utiliser le patrimoine génétique de la jonquille, celle-ci était enrichie de gènes de maïs qui produisaient une quantité de vitamine A encore plus élevée. 

Grâce à sa participation financière, Syngenta a acquis les droits de brevet et de commercialisation. Le géant bâlois de l'agroalimentaire a toutefois promis de fournir gratuitement les semences aux agriculteurs dont le revenu annuel était inférieur à 10'000 dollars. L'espoir était que la variété représente ainsi 10%de la récolte de riz du pays en l'espace de huit ans. Suffisamment pour tous les ménages souffrant d'une carence en vitamine A.

Des organisations environnementales comme Greenpeace ont toutefois questionné le fait que les provitamines contenues dans les grains de riz puissent être absorbées par des personnes souffrant de malnutrition. En effet, le corps humain n'utiliserait la provitamine A que s'il dispose de suffisamment de graisse, ce qui, selon Greenpeace, n'est souvent pas le cas chez ces personnes. De plus, il y aurait un risque que le riz génétiquement modifié, une fois introduit dans le champ, se reproduise de manière autonome, se propage et contamine ainsi d'autres variétés de riz. En raison de ces doutes, il a fallu attendre 16 ans de plus pour que les autorités philippines en charge de la biosécurité donnent finalement le feu vert à la culture du riz doré en 2021.

Le tribunal révoque l’autorisation

Mais aujourd'hui, une nouvelle décision de justice met déjà un frein à la propagation de la variété de riz transgénique. Ainsi, une Cour d'appel philippine a révoqué l'autorisation le 17 avril dernier en se référant au principe de précaution: «En l'absence de consensus scientifique sur la sécurité du riz doré, il ne devrait plus être cultivé à des fins commerciales». L'interdiction s'étend en outre à la culture d'une aubergine génétiquement modifiée. La culture commerciale de ces variétés n'est pas autorisée «jusqu'à ce que les autorités gouvernementales concernées apportent la preuve de la sécurité et du respect de toutes les exigences légales», précise le tribunal.

Le tribunal a aussi relevé que le gouvernement n'avait pas mis en place de mécanismes de surveillance pour assurer la sécurité de la culture et de la consommation du riz doré. Le jugement met donc pour l'instant à l’arrêt de nouveaux essais menés en plein champ, dans des serres ou des champs ouverts.

Ce jugement intervient après que l'association d'agriculteurs philippins MASIPAG a porté plainte, avec d'autres organisations, contre l'autorisation de cultiver du riz doré. La plainte, déposée en 2022, se base sur un instrument juridique philippin appelé Writ of Kalikasan. Celui-ci protège le droit constitutionnel à une «écologie équilibrée et saine» et stipule que ce droit prévaut sur les activités humaines susceptibles de nuire à l'environnement.

Un recours porterait-il ses fruits?

Comme l'explique Aldrich Fitz Dy, avocat et consultant philippin interrogé par la revue Science, le gouvernement a désormais deux possibilités. Il peut soit faire appel, soit porter le jugement devant la Cour suprême. Selon Dy, la première solution est peu probable, la seconde prendrait au moins deux ans.

Adrian Dubock, membre du Golden Rice Humanitarian Board, voit les choses différemment. Il s'attend à ce que le gouvernement philippin fasse appel auprès de la Cour: «Je suppose que l'appel sera couronné de succès», estime Dubock auprès de la plateforme scientifique New Scientist.

Il reste à voir si l'interdiction actuelle de cultiver le riz doré peut encore être remise en question. En attendant, ce jugement devrait inspirer les mouvements qui, dans d'autres pays, s'opposent à l'introduction du riz doré et d'autres variétés génétiquement modifiées. C'est le cas par exemple au Bangladesh, où la demande de culture de riz doré est à l'étude depuis 2017.

VOS RÉACTIONS SUR LE SUJET

2 Commentaires

@Lou245 17.05.2024 | 10h56

«Quelle surprise! Syngenta qui s'intéresse et finance ces recherches, puis acquière les droits de brevet et de commercialisation.... Y aurait-il, pour cultiver ce riz, un besoin accru de produits phytosanitaires ... et un marché bien juteux en vue ? Je vois là que la logique est la même que pour la santé humaine: on ne cherche pas à la renforcer, mais à la maintenir à coup de médicaments, après l'avoir affaiblie par des "vaccins" et des recommandations contre nature.»


@Philippe37 18.05.2024 | 21h52

«Ah bon, il y a du riz OGM en Suisse ! N’était-ce pas interdit ?
Heureusement que les Philippins nous défendent contre ETH, Syngenta, « notre » gouvernement.
Tout sort ! Ouf
Martine Keller»


À lire aussi