keyboard_arrow_left Retour
ACTUEL / Etude

Le risque avec l’alcool commence dès la première goutte?

C e nouvel assaut hygiéniste a été publié à grand bruit médiatique par une revue médicale, le Lancet, cette fois peu regardante sur les conclusions tirées de sa publication.


Les conclusions abusives d’une étude scientifique très discutable analysées par le Dr. Jean-Charles Estoppey, médecin et vigneron à Cully


Cette étude a compulsé («méta-analysé») 694 (!) anciennes études qui donnaient des résultats différents de la leur, mais dont la qualité a été systématiquement disqualifiée par les auteurs du document actuel. Ils ont fabriqué une véritable usine à gaz statistique, avec un très grand nombre de données, la plupart issues d’estimations ou de chiffres tirés de statistiques de 195 pays (toutes fiables?). Toutes ces variables ont elles-mêmes une marge d’erreur non négligeable qui fait que, cumulées, les conclusions tirées sont pour le moins discutables.

Ces 694 anciennes études (de 1996 à 2015) ont donc ciblé des populations très diverses de par le monde, et qui avaient des habitudes de consommation complètement différentes. Ils n'ont par ailleurs pas différencié le vin, la bière ou les alcools forts, ce qui est pourtant un élément déterminant dans l’estimation du risque pour la santé. Il s'agit donc d'une étude de plus, inapplicable pour la Suisse, dont les habitants consomment relativement plus de vin. Il est de plus prouvé, que ce nectar de raisin dégusté à une dose raisonnable de 2-3 dl/jour, a un effet protecteur, du moins pour le système cardiovasculaire.

Le nœud du problème

Autre point discutable, cette étude attribue à l’alcool – selon des données discutables et sans aucune référence à la quantité ingérée – de très nombreux décès, dont beaucoup cancers et 22 autres maladies! Les auteurs admettent dans leurs conclusions qu’une de leurs faiblesses est justement qu’ils ne savent pas comment les gens consomment ces doses moyennes calculées. Or c’est précisément le nœud du problème: boire en une fois une quantité importante d’alcool et avoir un accident ou un coma éthylique ou consommer chaque jour 1-2 dl de vin a des conséquences complètement différentes sur la santé.

L’étude admet quand même un bénéfice pour les maladies cardio-vasculaires, mais seulement après 60 ans (ce qui n’est pas étonnant, vu que cela correspond au pic de fréquence de ces affections). Mais ce bénéfice serait annulé par les autres risques.

Tout ça pour ça

Tout ce travail pour conclure, comme l’a fait un commentateur de cette étude, que par rapport à la mortalité des abstinents (914 morts/100'000 personnes/année), boire 10 g d’alcool par jour fait «monter» ce nombre à 918, soit une augmentation de la mortalité de 0.39%.... Et la presse du monde entier de relayer que boire de l’alcool est dangereux dès la première goutte, alors que c’est une généralisation complètement spéculative. Sans nier les problèmes majeurs de la consommation abusive de l’alcool, on pourrait par exemple rappeler la mortalité autrement plus importante des accidents de la route, du tabagisme, des overdoses de drogues, des suicides, des meurtres, sans parler de la faim dans le monde et des conflits armés.

Les zélateurs de la prévention se trompent une fois de plus de cible et même le représentant du service d’alcoologie du CHUV avait de la peine à rester politiquement correct dans son interview à la RTS, comparant le risque défini dans cette étude à celui qu’on prend en conduisant sa voiture. C’est tout dire.

En bref une étude monstrueuse par le volume des données (traitées purement statistiquement), mais inutile et fallacieuse. L’OMS (qui l’a soutenue) et Bill Gates (qui l’a financée) auraient mieux fait d’investir dans d’autres domaines plus prioritaires…

VOS RÉACTIONS SUR LE SUJET

7 Commentaires

@smon 04.09.2018 | 04h29

«Etonnant que « Bon pour la tête », qui prétend que l’absence de publicité permet une meilleure indépendance journalistique, choisisse l’article d’un médecin vigneron pour commenter cette étude...»


@Paps 04.09.2018 | 07h42

«Article tout autant inutile car écrit par un vigneron derrière une apparence de médecin. »


@yvoire 04.09.2018 | 10h26

«Cette étude a été financée par la fondation du couple Gates. J'espère que cette fondation ne gaspille pas très souvent des sommes folles pour arriver à des conclusions insoutenables scientifiquement. Ils auraient dû comparer les états de santé d'un millier de vrais jumeaux, vivants dans les mêmes pays, dont l'un boit de l'alcool mais pas l'autre. Hélas une telle étude ne coûterait pas beaucoup d'argent, donc pas d'intérêt pour "les Managers" de l'étude. L'on ose espérer que certains vont croire aux conclusions de cette étude et d'arrêter de boire ou de boire moins. Excellent article bien courageux de brasser à contre courant.»


@sylphide 04.09.2018 | 12h02

«Par qui l’étude a-t-elle été menée ? Merci Docteur Estoppey.»


@yeppo 04.09.2018 | 22h25

«Réponse à Sylphide: il y a une liste de plusieurs centaines de collaborateurs pour cette étude sous la direction de :
Prof Emmanuela Gakidou, Institute for Health Metrics and Evaluation, University of Washington, Seattle, WA 98121, USA

Dr J.-C.Estoppey ( qui est un vrai médecin de famille installé à Cully depuis 35 ans).»


@Almg 09.09.2018 | 16h50

«Au sujet de cette étude, lire aussi l’excellentissime critique (en anglais) du prof. Katz:
Is Any Alcohol Dangerous to Your Health?
David L. Katz, MD, MPH, FACPM, FACP, FACLM | 31 août 2018
https://www.linkedin.com/pulse/any-alcohol-dangerous-your-health-david »


@yeppo 10.09.2018 | 12h57

«Et aussi ce lien qui m'a été transmis et qui est édifiant aussi:
https://www.infosperber.ch/Artikel/Gesundheit/Unstatistik-Ein-Glas-pro-Tag-raubt-Lebensjahre/&g=ad»


Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr, Geoffrey Genest, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud (président), Jacques Pilet, Chantal Tauxe, Faridée Visinand, Ondine Yaffi (ordre alphabétique).

© 2018 - Association Bon pour la tête | une création WGR