Média indocile – nouvelle formule

Actuel

Actuel / «L’aumônier doit absolument éviter de se prendre pour un sauveur»

Loris S. Musumeci

18 février 2021

PARTAGER

Mais que peu bien faire un aumônier au sein d'une armée? A priori, la spiritualité de soldats ne semble pas être la préoccupation majeure des états-majors. Il n'empêche que la loi impose à l’armée suisse de fournir à ses membres des services d’aide médicale, psychologique, sociale et spirituelle. Rencontre avec Noël Pedreira, chef remplaçant de l’aumônerie de l’armée.



Garde à vous! On se tient droit, on obéit. C’est la première pensée qui vient à l’esprit quand on parle de l’armée. Elle suscite mille et un fantasmes. Elle est à l’origine de tant de récits. «De mon temps, mon petit, l’armée c’était pas de la rigolade!»

Chaque militaire a vécu son service à sa manière, et le raconte à sa manière. D’aucuns racontent leur passage à l’école de recrues avec tant d’emphase qu’on pourrait croire qu’ils ont fait la guerre du Viêt Nam. D’autres affirment en riant qu’ils ne se sont jamais sentis aussi inutiles de leur vie. Certains en gardent un souvenir traumatisant. Beaucoup parlent des amitiés, de la fierté à accomplir un service pour la nation. 

Avec ses défauts et ses qualités, le système de milice réunit tout type de citoyen au sein de l’armée. Souvent contesté, il est l’objet de critiques aiguës. Pendant que d’autres le défendent bec et ongles. En somme, il y a débat. Des discussions. Parfois passionnées. Ce qui montre un intérêt soit enthousiaste soit critique des Suisses pour leur armée. Alors pour en savoir un peu plus, nous avons rencontré l’un des responsables d’un service méconnu mais original de l’armée: l’aumônerie. Interview avec le capitaine Noël Pedreira, chef remplaçant de l’aumônerie de l’armée, dans son bureau à Thoune.


© Loris S. Musumeci

Que vient faire une aumônerie au sein de l’armée?

C’est la loi sur l’armée qui, dans son article 31, impose à l’armée de fournir à ses membres des services d’aide médicale, psychologique, sociale et spirituelle. C’est donc l’armée qui, reconnaissant la dimension spirituelle de l’humain, prend très à cœur qu’un service soit consacré aux besoins spirituels des militaires. 

 

Spirituel… est-ce à dire religieux? 

On est un peu piégé par les mots. En français, le mot aumônerie est effectivement chargé d’une connotation religieuse. Le rôle de l’aumônerie est de s’occuper de la vie spirituelle des militaires, que leur spiritualité soit vécue à travers une religion ou non. Chacun a une vie de l’esprit, qu’il soit croyant ou non, qu’il pratique une religion ou non. 

 

Je ne vois pas en quoi il y a besoin d’un service qui s’occupe spécifiquement du «spirituel». Le médecin militaire prend soin de la santé corporelle, et le service psychologique de l’armée se charge du mental. N’est-ce pas suffisant?

Non, parce que les besoins spirituels ne sont pas les besoins psychologiques. Bien sûr, ils sont souvent liés. L’être humain ne fonctionne pas en silos: de son âme à son corps, tout est lié. Une personne où différentes dimensions sont unifiées. C’est pourquoi l’aumônerie collabore étroitement avec les médecins, les membres du service psycho-pédagogique (SPP) et du service social de l’armée. Mais les missions sont différentes. Le SPP se trouve actuellement dans une phase où il redéfinit ses priorités. Actuellement, c'est un service externe à la troupe qui agit, entre autres, dans le registre de l'intégration des recrues et du coaching des cadres. L’aumônier, quant à lui, est incorporé dans la troupe qu'il accompagne. Il rejoint le militaire dans son quotidien et intervient face aux problèmes existentiels, face aux questions de quête de sens. L’aumônier est autant appelé à animer des temps religieux si la troupe en exprime le souhait, ou à discuter d’un petit souci de cœur avec un militaire. Ce qui n’est pas du ressort du psychologue. 

 

Comment l’aumônerie répond-elle aux besoins religieux du militaire?

S’il y a des militaires pour qui la vie spirituelle s’exprime à travers une pratique religieuse, l’aumônier va veiller à ce qu’ils puissent, si tel est leur besoin, continuer à pratiquer leur foi en service. Mais seulement dans la mesure où cela est possible. La marche du service prime toujours. L’armée reconnaît la liberté de croyance et la liberté de pratiquer sa foi, dans la mesure où la mission à accomplir n’est pas entravée. Durant la mobilisation CORONA au printemps dernier, certaines troupes ont demandé aux aumôniers qu’ils organisent une célébration pour Pâques, ou qu’ils mettent en place des lieux dans les casernes de recueillement avec des livres, des images ou des bougies. 

 

Quel est le profil d’un aumônier?

Ce qui est au cœur de l’engagement de l’aumônier, c’est le savoir-être. Par là, j’entends: l’accueil inconditionnel de l’autre, avec un regard bienveillant, qui encourage, qui aide à aller de l’avant, qui ne juge pas. Nous recherchons des gens qui ont l’habitude d’accompagner des personnes dans les questionnements existentiels ou des phases décisives de la vie. Notre condition est que les aumôniers soient eux-mêmes enracinés dans une tradition religieuse, pour le moment seulement chrétienne. C’est un ancrage qui me paraît essentiel. Savoir que tel aumônier est engagé dans telle ou telle autre église est aussi une garantie pour nous. Nous ne voulons ni de charlatans, ni de beaux parleurs, ni de prosélytes. 

 

Qu’entendez-vous par «accompagner des personnes»?

Il s’agit simplement de discuter, de passer un moment avec les militaires qui nous appellent. Nous ne leur apportons pas des réponses toutes faites. Par l’écoute, nous essayons de faire en sorte qu’ils trouvent par eux-mêmes les réponses qui ont du sens pour leur vie. Que dans la difficulté, ils trouvent en eux les ressources qui leur permettent de s’accrocher. 

L’aumônier est là pour les recrues comme pour les plus hauts cadres. Il parle d’égal à égal avec chacun. © Loris S. Musumeci

L’armée n’est-ce pourtant pas le lieu où l’on est censé laisser sa petite personne de côté pour obéir aux ordres?

Les jeunes qui commencent leur école de recrues entrent dans un monde qui les bouscule. Ils doivent faire passer au deuxième plan certaines de leurs habitudes et certains désirs personnels. Il n’empêche que c’est très compliqué d’accomplir un service militaire en laissant sa personnalité et ses éventuels mal-être à l’entrée de la caserne. L’aumônerie se concentre justement sur la personne des militaires et sur ce qu’ils peuvent vivre de difficile en service et hors service. Nous essayons d’offrir un espace de confiance, un espace de travail sur soi pour que le militaire trouve en lui des solutions ou la force d’affronter un problème irrémédiable. 

 

Qui peut compter sur l’aumônier dans l’armée?

L’aumônier est là pour les recrues comme pour les plus hauts cadres. Il parle d’égal à égal avec chacun. C’est ce qui crée la confiance. Il est évidemment tenu au secret professionnel le plus strict. Les entretiens, avec une recrue comme avec un commandant de compagnie, se déroulent dans un cadre confidentiel. Néanmoins, la confiance n’est pas un acquis. Elle doit se gagner dans le relationnel. C’est à l’aumônier de créer la relation de confiance pour que son travail soit ensuite fructueux. 

 

D’égal à égal avec tous, peut-être, mais il y a quand même des grades dans l’armée qui gèrent les relations entre militaires. 

Par tradition, l’aumônier porte le grade de capitaine. Ce qui le met en général au même grade, et donc au même niveau, qu’un commandant de compagnie qui est lui aussi capitaine. Ce grade permet à l’aumônier d’avoir une certaine crédibilité auprès des cadres. Une certaine tenue aussi. Un capitaine est un officier; il ne peut donc pas se permettre de faire preuve de négligence dans les aspects formels. C’est un gage de garantie. Le grade permet aussi de franchir les bonnes portes, en accédant aux décideurs. Mais toujours dans une optique de service: service de l’institution militaire et service de la personne en uniforme, quel que soit son grade. Le grade de capitaine permet à l’aumônier un bon espace d’adaptation: se faire proche des recrues en laissant le «capitaine» de côté. Et se faire proche d’un colonel en montrant la dignité du grade porté et une loyauté impeccable envers l’armée. Cela requiert une évidente maturité et un vrai savoir-être de la part de l’aumônier. 

 

Des voix courent dans l’armée: les aumôniers sont parfois perçus comme les «gentils», quand ce n’est pas carrément les antimilitaristes du club. Est-ce vrai?

Rires. Ces voix qui courent sont malheureusement fondées. Il y a eu une génération d’aumôniers qui se voyaient un peu comme la cinquième colonne de l’armée, qui voulaient saboter l’institution de l’intérieur. Mais cette histoire date d’il y a cinquante ans. Et il faut croire que l’opération de sabotage n’a pas marché puisque et l’armée et l’aumônerie sont toujours là. Nos sélections exigent désormais que les candidats à l’aumônerie soit compétents en accompagnement mais aussi qu’ils aiment l’institution pour laquelle ils s’engagent. Après, il est vrai que nous n’avons pas forcément dans nos rangs des foudres guerre. Mais on ne demande pas aux aumôniers d’être des guerriers. On leur demande en revanche, au-delà de la loyauté, d’avoir aussi une solidarité critique. L’aumônier doit être loyal, mais il doit aussi rester critique. Il n’est pas dans une position qui l’oblige à obéir au pas à chacun des ordres. C’est très précieux pour l’armée qu’il y ait aussi la place pour un rôle critique. Beaucoup de commandants apprécient de l’aumônier qu’il joue parfois un rôle de fou-du-roi. C’est lui qui avec délicatesse et respect va pouvoir signaler au commandant qu’il prend fausse route. A condition que cela soit constructif. Seul l’aumônier peut se permettre la critique, parce que ce n’est pas un décideur. Les autres ont des missions à accomplir, dans l’obéissance. 

 

A quoi ressemble la journée d’un aumônier?

Tout dépend des incorporations. En école de recrues, on n’attend pas la même chose d’un aumônier qu’en cours de répétition. En école, l’aumônier intervient lorsqu’il y a une demande pour un entretien. Il est tenu aussi de rendre des visites en dehors des entretiens. Il peut assister à un exercice ou participer à une marche, par exemple. C’est important pour faire mieux connaissance et pour instaurer la confiance. Tout dépend du profil de l’aumônier et de l’école. En cours de répétition, l’aumônier est aussi disponible pour des entretiens. Mais il participe un peu plus activement à la vie de la troupe. Il peut prendre part à des opérations sur le terrain, conseiller le commandant ou aider dans des tâches administratives pour soulager le travail de l’état-major. L’essentiel est que quoi qu’il fasse, l’aumônier soit toujours dans une attitude d’humilité et de bienveillance. 

Par tradition, l’aumônier porte le grade de capitaine. © Loris S. Musumeci

Et vous, qu’est-ce qui vous a poussé à devenir aumônier?

J’ai travaillé comme agent pastoral pendant douze ans dans le Jura. Je travaillais en zone rurale, dans une terre bien catholique. C’était très bien, mais je souhaitais me confronter à une autre réalité. J’ai accompli mon service ordinaire au sein de l’armée, école de sous-officiers comprise. Ensuite je me suis engagé dans l’aumônerie pour me mettre plus concrètement au service des jeunes de 18 à 25 ans. Le cadre militaire était idéal pour cela. Puis les années ont passé, et lorsqu’on m’a demandé de devenir chef remplaçant de l’aumônerie de l’armée, j’ai quitté mon poste dans le Jura pour me consacrer pleinement à cette tâche. 

 

Puisque vous vous y consacrez pleinement, en quoi est-ce que cette mission d’aumônier militaire contribue-t-elle au sens de votre vie?

Sacrée question! Je ne peux pas répondre n’importe quoi… Fondamentalement, je suis un passionné de l’humain. Et effectivement, me mettre au service de l’humain par l’écoute et l’accompagnement donne du sens à ma vie. L’occasion s’est présentée dans mon parcours pour que le service de l’humain se fasse dans l’armée, mais ça aurait pu se faire ailleurs. Ce qu’il y a de génial dans l’armée, c’est que vous avez affaire à des cas très divers, entre des jeunes passionnés par la vie militaire et d’autres qui la détestent. Vous avez affaire à la vie concrète, dans une période charnière pour beaucoup. Une période qui peut être difficile, mais qui peut tant vous renforcer, vous aider à découvrir qui vous êtes, vous pousser à puiser dans les ressources qui sont en vous. 

 

Quelle a été votre expérience la plus douloureuse en tant qu’aumônier?

Les moments les plus durs à affronter sont toujours les décès de militaires en service. Etre confronté à la famille qui vient de perdre son jeune reste horrible, mais c'est en même temps nécessaire d'être aux côtés des personnes touchées par un tel drame. Malgré la difficulté de ces moments, je n’ai jamais voulu jeter l’éponge. Aucun mot ne peut soulager la peine de parents qui enterrent leur enfant mort en service. Et pourtant en tant qu’aumônier vous êtes là, à leurs côtés, et vous les accompagnez sur ce chemin de deuil. 

 

Et le meilleur souvenir?

Il y a en a plein! Comment choisir?

 

Choisir c’est renoncer!

Alors je choisis les moments de gratitude. J’ai toujours été surpris de recevoir des remerciements sincères de la part de très hauts gradés après des engagements éprouvants. C'était bien différent de ce que je vivais lorsque je travaillais pour l'Eglise. A l’armée, où les gradés ont parfois la réputation d’être des bourrins, j’ai reçu nombre de lettres, de paroles et de gestes attentionnés. Sinon, chaque fois que je suis témoin de la vie qui parvient à être plus forte que toutes les morts, c’est une joie immense pour moi. Chaque fois que je vois quelqu’un à terre qui réussit à se relever, ça me comble. Comme une recrue que j’ai accompagnée et qui vivait une relation calamiteuse avec sa compagne. Plusieurs mois après son service, le jeune m’a envoyé une photo de son couple. Derrière la photo, il m’a écrit que grâce à cet accompagnement, ils avaient réussi à rester ensemble et à être plus forts que jamais dans leur amour. 

 

Etes-vous un superman spirituel alors?

Oh non! L’aumônier doit absolument éviter de se prendre pour un sauveur. Nous visons toujours l’autonomie des personnes. Nous sommes à l’écoute, nous cheminons avec ceux qui rencontrent des difficultés, mais le militaire reste maître de son vaisseau existentiel. C’est à lui de prendre les décisions qui lui conviennent. Nous l’aidons à trouver en lui les meilleurs outils pour réparer la casse, mais c’est lui qui répare.

 

Est-ce que selon vous l’armée peut-elle être une école d’humanité?

Je pense que oui. Mais toute expérience peut être une école d’humanité, où l’on apprend à se connaître, à voir ses ressources, à accepter l’altérité, à envisager l’humanité dans ce qu’elle peut avoir de plus sombre comme de plus lumineux. L’armée a ceci d’intéressant qu’elle pousse les gens à leurs limites, mentales ou physiques. Elle est un des rares endroits où l’on vit encore en communauté. Je crois qu’en cela elle ouvre l’esprit. On y découvre des personnes de toutes classes sociales, de toutes les régions de Suisse. Elle offre une mixité précieuse au vivre-ensemble en société. Elle est quasiment le seule endroit où un paysan appenzellois  catholique qui vote UDC partage la vie d’un jeune informaticien lausannois, musulman, originaire des Balkans. Et imaginez-vous que deux profils si différents peuvent devenir les meilleurs amis du monde. Ce n’est pas de la caricature. 

 

Quel message adressez-vous aux recrues qui ont commencé leur école en janvier, dans des conditions particulières, covid oblige?

Je leur envoie un message d’encouragement. Sans nier la difficulté particulière de leur volée, avec des sorties très restreintes et des masques sur le visage quasiment 24 heures sur 24. Je veux leur dire que malgré cette période difficile, ils peuvent trouver en eux toutes les ressources nécessaires pour affronter l’épreuve. Une fois derrière eux, ils en seront très fiers. Chères recrues, j’ai confiance en vous, le pays aussi. Et si vous avez besoin d’être soutenus, ou simplement écoutés, vous savez que vous pouvez compter sur l’aumônerie. 

VOS RÉACTIONS SUR LE SUJET

2 Commentaires

@Choui65 18.02.2021 | 13h05

«

Un grand merci pour cet éclairage sur un poste souvent méconnu. J'ai eu la chance d'être soutenue par un aumônier de l'armée lors du décès de mon fils dans le cadre de son service et cela a été une aide extraordinaire. Tous les cadres rencontrés avaient d'ailleurs été juste incroyables et très, très humains.

»


@simone 21.02.2021 | 15h49

«Merci pour cette excellente interview.
Suzette Sandoz»