keyboard_arrow_left Retour

L’avenir de la Catalogne se joue aussi en Suisse

A trois mois du référendum sur l’indépendance, la région autonomiste intensifie sa présence internationale et s’apprête à ouvrir quatre nouvelles délégations en Europe. Celle de Genève aura un rôle clé pour faire entendre la voix du gouvernement catalan.

Défendre les intérêts de la Catalogne auprès des institutions internationales et de la Berne fédérale. C’est le rôle officiel de la représentation catalane qui vient d’ouvrir ses portes à Genève. Pourtant, sa mission ne s’arrête pas là puisque Manuel Manonelles, le nouveau représentant, tout juste arrivé dans la Cité de Calvin, compte bien faire également entendre à la communauté internationale et au gouvernement helvétique le point de vue de Barcelone sur le conflit qui l’oppose à Madrid.

«Il est de notre rôle d’informer sur la réalité du processus politique mené par le gouvernement catalan car de son côté le gouvernement espagnol ne se gêne pas pour communiquer sa version des faits. Il est sain d’avoir les deux sons de cloches», indique-t-il avant de préciser qu’il ne s’agit pas là de son rôle principal. «Nous avons pour mission de représenter notre gouvernement et de promouvoir nos institutions, notre culture, notre société et nos intérêts. Toute région de notre force économique et de notre taille est présente dans les lieux où se prennent les décisions, la Catalogne ne fait pas du tout figure d’exception en la matière.»

Manuel Manonelles. © DR

Une communauté active

Jusqu’ici c’est le représentant de la Catalogne à Paris, Martí Anglada, qui s’occupait des relations avec la Suisse. La création officielle de cette nouvelle représentation genevoise, qui devrait compter rapidement trois employés, permettra à la région séparatiste de mieux faire entendre sa voix. Le nouveau délégué compte également sur la communauté catalane installée en suisse (qu’il estime à 14 330 personnes) pour l’aider dans sa mission. Nul doute qu’il trouvera un soutien important auprès de la centaine de membres de la section suisse de l’Assemblée nationale catalane (groupement indépendantiste) qui organisent régulièrement des conférences à travers la Suisse, mais également auprès d’autres groupes ne prônant pas forcément la séparation avec l’Espagne tels que les cassals catalans, le nouveau réseau de professionnels catalans de suisse ProCat ou encore le groupe parlementaire d’amitié suisso-catalan qui a vu le jour en 2015 à Berne (lire ci-dessous).


Si la nouvelle représentation genevoise tiendra un rôle clé dans la politique extérieure du gouvernement catalan, ce dernier compte également accentuer sa présence dans d’autres pays. Il vient de nommer trois délégués à Copenhague (qui sera en charge de l’ensemble des pays nordiques), Varsovie et Zagreb.

Tensions accrues

Quelques semaines après l’annonce de la tenue d’un référendum portant sur l’indépendance de la Catalogne le 1er octobre prochain, l’arrivée de ces délégués pourrait encore exacerber le conflit qui oppose le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy et la région depuis de nombreuses années.

Car si ce type de délégation est officiellement autorisé, la question porte désormais sur les limites de leurs prérogatives. Interrogé sur la question, le gouvernement espagnol reste prudent et se contente de rappeler que «toutes les Communautés autonomes espagnoles peuvent promouvoir leur projection extérieure et défendre leurs intérêts», tout en précisant que leur action extérieure se doit de respecter la constitution ainsi que leurs statuts d’autonomie respectifs. Il souligne que leur action ne doit pas empiéter sur la compétence exclusive de l’État en matière de direction et de mise en œuvre de la politique extérieure.



Représentations catalanes

La Catalogne compte désormais deux représentations: celle de Genève et celle de Bruxelles (qui œuvre auprès de la Belgique et des Institutions européennes). Elle dispose également d’une délégation aux Etats-Unis avec une antenne à New-York et une à Washington, et de délégations à Paris, Londres, Lisbonne, Berlin, Vienne et Rome. Ceux de Varsovie, Copenhague et Zagreb prendront leurs fonctions dans les semaines à venir.



Madrid tient à l’œil certains députés suisses

Les conseillers nationaux Yannick Buttet (PDC) et Matthias Reynard (PS). © DR

«Laisse-t-on pourrir la situation catalane»? C’est le titre de l’interpellation déposée au début du mois par le conseiller national valaisan Yannick Buttet. Le document pose quatre questions précises au Conseil fédéral: Suit-il de près l'évolution de la situation en Catalogne? Sait-il que la Présidente du Parlement catalan est poursuivie pénalement pour avoir autorisé la tenue d'un débat parlementaire? Considère-t-il cette manière de faire comme respectueuse des principes démocratiques? Si non, compte-t-il le faire savoir au gouvernement espagnol?

Cette interpellation est la troisième du type déposée par des députés au sujet de la question catalane ces trois dernières années. Leur point commun? Elles sont toutes issues de conseillers nationaux appartenant au groupe d’amitié suisso-catalan qui a vu le jour en 2015. «Il existe de nombreux groupes de ce type avec de nombreux pays ou régions», précise d’emblée le conseiller national Yannick Buttet, coprésident de l’entité avant d’ajouter «nous ne sommes pas forcément tous pour l’indépendance de la Catalogne. Notre but est simplement de rester attentifs sur ce qui se passe là-bas. En tant que pays démocratique, nous estimons qu’il est essentiel de laisser les gens s’exprimer et la situation actuelle en Espagne nous préoccupe.»

Un activisme qui semble plaire moyennement au gouvernement espagnol. «Au début du mois, le président du sénat espagnol est venu en visite officielle à Berne et il a demandé à nous rencontrer avec le groupe d’amitié suisso-espagnol, indique le député socialiste Matthias Reynard. On va dire que c’était moyennement cordial.»

Le député ajoute qu’une autre rencontre avait déjà eu lieu en 2015 peu après la formation de leur groupe parlementaire, sur demande de l’ambassadeur d’Espagne de l’époque. «Il voulait connaître nos motivations. Nous lui avions simplement signifié qu’en Suisse on ne peut pas dire aux parlementaires ce qu’ils peuvent ou ne peuvent pas faire», conclut le conseiller national.




Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr, Geoffrey Genest, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud (président), Jacques Pilet, Chantal Tauxe, Faridée Visinand, Ondine Yaffi (ordre alphabétique).

© 2019 - Association Bon pour la tête | une création WGR